À LA trib'UNE


  • Pâturage dans les vignes
    Lire la suite

  • Interview de Claire Chenu dans une revue belge grand public
    La revue belge TCHAK vient de sortir du nid. Elle en est à son deuxième numéro et paraît 4x par an. Son projet (...)Lire la suite

  • Sans Prétention
    Allez, si on se laissait un peu rêver en cet fin d’été, si on rêvait d’un monde meilleur... Le hasard a fait que vous (...)Lire la suite

  • Les vaches n’ont plus un brin d’herbe.... La pompe biotique peut les aider
    Pour certains agriculteurs, cet été 2020 devient vraiment très problématique ; ceci vous l’aurez compris, à cause de la (...)Lire la suite

  • Si je pratique l’agriculture de conservation des sols, est-ce que je fais de l’agroécologie ?
    L’agriculture de conservation des sols est parfois appelée à tord "non labour". C’est un ancien concept qui ne (...)Lire la suite

Les derniers billets

1 | 2 | 3 | 4 | 5

septembre 2020
Tas de branches et de pierres

Cet automne, faites un geste de plus pour la biodiversité : installez, sur votre parcellaire, des tas de branches ou de pierres. Ils seront des abris très utiles pour nombres d’espèces, vertébrés (...) - Voir l'article


septembre 2020
Pâturage dans les vignes

- Voir l'article


septembre 2020
Les guêpes, ennuyeuses certes

Voici - Voir l'article





LES RÉDACTEURS

PARCOURIR LA TRIBUNE

LES CARNETS


LES RÉDACTEURS
ÇA TWITTE !

Tas de branches et de pierres pour la biodiversité
(septembre 2020)

Cet automne, faites un geste de plus pour la biodiversité : installez, sur votre parcellaire, des tas de branches ou de pierres. Ils seront des abris très utiles pour nombres d’espèces, vertébrés comme invertébrés ; abris pour se reposer, passer la mauvaise saison ou, si l’endroit convient vraiment bien, élever leur progéniture.

Tas de pierres en bord de parcelle dans l'Yonne
Tas de pierres en bord de parcelle dans l’Yonne
Tas de pierres issues de la parcelle voisine, photographié dans l’Yonne. Il peut être un refuge pour insectes, reptiles ou même abriter la nichée d’un oiseau cavernicole. Toutefois, si on veut qu’il abrite plus et notamment une hermine, une belette ou des hérissons, il faut mieux l’aménager avec une chambre à l’intérieur, garnie de paille ou de foin. Ceci est très bien expliqué dans la video jointe à cet article.

C’est ainsi que ces abris pourront profiter aussi bien aux petits mustélidés de type hermines et belettes, grandes amatrices de campagnols qu’aux hérissons, consommateurs d’insectes et de gastéropodes ou abriter les nids de certains oiseaux ou insectes. On y trouvera également des batraciens ou des reptiles.
Ces tas de pierres ou de branches doit être relativement gros (ce n’est pas parce qu’ils doivent abriter de petites espèces qu’ils doivent être de petite taille). Ils feront dans les 1 mètre de hauteur pour 2-3 mètres de largeur ou diamètre. L’espace entre les branches ou les pierres ne doit pas être inférieur à 4 cm pour laisser passer les petits mustélidés mais pas plus pour éviter que leurs prédateurs puissent y pénétrer (renards ou chats). Ils seront positionnés près des zones de chasse : parcelles à campagnols, par exemple, en bordure de bois ou dans une bande enherbée ou tout espace "non productif". La présence de ronces à proximité est un plus. Attention cependant à ne pas les installer près d’une voie passante, route ou chemin (risques de mortalité avec les véhicules ou les chiens de promeneurs...)
Tout cela est très bien expliqué dans cet article relatant l’expérience suisse en la matière. Attention, une petite erreur de traduction persiste : dans la video, ce sont bien des hermines qui sont filmées et non des belettes !
Bon visionnage et bonnes installations !



Les autres publications récentes

Interview de Claire Chenu dans une revue belge grand public (août 2020)

La revue belge TCHAK vient de sortir du nid. Elle en est à son deuxième numéro et paraît 4x par an. Son projet éditorial est axé autour de la nécessité d’un changement de modèle en matière d’agriculture (...)
Lire l'article


Sans Prétention (août 2020)

Allez, si on se laissait un peu rêver en cet fin d’été, si on rêvait d’un monde meilleur... Le hasard a fait que vous êtes plusieurs à m’avoir contacté pour s’informer d’une agriculture meilleure !!! Je (...)
Lire l'article


Les vaches n’ont plus un brin d’herbe.... La pompe biotique peut les aider (août 2020)

Pour certains agriculteurs, cet été 2020 devient vraiment très problématique ; ceci vous l’aurez compris, à cause de la sécheresse. Voici un article qui en (...)
Lire l'article


THÈMES

PARCOURIR LA TRIBUNE

Pâturage dans les vignes septembre 2020 [ Ecologie, Biodiversité, Environnement ]-[ Elevage ]-[ Viticulture ]



Les autres publications récentes

Quand la connaissance des machines facilite la sortie des sentiers battus - Les cultures en bandes (août 2020) [ Agriculture biologique ] - [ Associations culturales ]

Cultures en bandes de 12 m Un champ de 15 hectares cultivé en bandes de 12m de large qui alternent deux cultures différentes, il faut oser. Les freins sont nombreux : « (...)
Lire l'article


Si je pratique l’agriculture de conservation des sols, est-ce que je fais de l’agroécologie ? (juillet 2020) [ Holistique/Système ]

L’agriculture de conservation des sols est parfois appelée à tord "non labour". C’est un ancien concept qui ne correspond plus à ce qui se passe vraiment sur le terrain en France chez les agriculteurs (...)
Lire l'article


Un écartement réduit maintenant disponible sur tous les semoirs de semis direct Maschio Gaspardo (juillet 2020) [ Semis / Implantation ]

Semis de maïs sur chaume d’orge avec un Gigante Pressure 600 – 40 rangs en Seine-Maritime (2 modalités : 16 rangs semés en double rang et 8 rangs semés en simple rang) Afin de répondre à une demande (...)
Lire l'article


LES PARTENAIRES

PARCOURIR LA TRIBUNE

LES PARTENAIRES

Quand la connaissance des machines facilite la sortie des sentiers battus - Les cultures en bandes
août 2020

Cultures en bandes de 12 m

  • Cultures en bandes de 12 m
  • Broyage des couverts entre triticale / feverole
  • Cultures en bandes : chanvre entre triticale / (...)

Un champ de 15 hectares cultivé en bandes de 12m de large qui alternent deux cultures différentes, il faut oser. Les freins sont nombreux : « on n’a jamais fait comme ça », « c’est du travail en plus », « si je veux irriguer, c’est pas possible », … C’était sans compter sur l’esprit d’ouverture du gérant de la société Sky et d’un certain goût… pour l’innovation. Les deux cultures qui s’alternent sur la parcelle sont, l’une classique : une céréale, l’autre moins classique : du chanvre.

« Ma motivation première était de pallier aux effets des sécheresses récurrentes. Après la moisson, c’est très compliqué de réussir une implantation de couvert tellement il fait sec. Il faut souvent attendre septembre et le retour des pluies » explique David Guy. Pourtant il voulait du vert dans ses champs pour abriter la faune auxiliaire. En plantant du chanvre en alternance avec ses céréales, il s’assure ainsi d’avoir du vert dans ses parcelles pour tous les mois de juillet, août et septembre.

La concrétisation de l’idée des bandes lui vient de son deuxième métier (son premier étant agriculteur) de fabricant de semoir. Il fallait faciliter le travail de l’agriculteur en choisissant une largeur multiple de 3, 4 ou 6 qui reprenne la largeur de toutes les machines. 12m s’avère un bon chiffre pour lui. Il le confirme après expérience : « au niveau logistique, ce n’est finalement pas très compliqué à mettre en place".

En outre, deuxième avantage, la culture en bandes lui ôte la peur du feu. Les étincelles des moissonneuses sous 40°C dans un champ de paille hypra sec peuvent vite entraîner des feux. Si tel est le cas, alors le feu se limitera à une bande.

Last but not least, troisième avantage, le chanvre est une culture très peu demandeuse en intrants que l’on peut cultiver en « zéro phyto ». Elle constitue donc un bon refuge pour les auxiliaires. « Je n’ai pas encore de mesures, mais j’ai l’impression que la présence d’auxiliaires va diminuer la pression des pucerons sur les céréales. On n’en est qu’au début. Rendez-vous dans quelques années pour voir si ces corridors écologiques arrivent à nous aider sur le plan agronomique ».



Les autres publications récentes

Un écartement réduit maintenant disponible sur tous les semoirs de semis direct Maschio Gaspardo (juillet 2020)

Semis de maïs sur chaume d’orge avec un Gigante Pressure 600 – 40 rangs en Seine-Maritime (2 modalités : 16 rangs semés en double rang et 8 rangs semés en simple rang) Afin de répondre à une demande (...)
Lire l'article


KUHN et l’Agriculture de Conservation : un retour aux sources avec le semoir AUROCK (juillet 2020)

Le semoir Aurock de chez KuhnToujours la référence en semis direct après maïs grain. Le triple disque, l’association d’un disque ouvreur et d’un double disque semeur, permet de découpler l’ouverture (...)
Lire l'article


Deux innovations biocontrôle en anti-limaces pour l’AC (juin 2020)

Les limaces peuvent être à l’origine de disparition de couverts végétaux ou de cultures principales, les premières années, avant de trouver un équilibre plus global. La R&D de la société DE SANGOSSE (...)
Lire l'article


AVEZ-VOUS LU ?

Des articles qui pourraient vous intéresser...

KUHN S.A
#dernieres_carnets:TITRE
Strip-till Striger : Disques de reprise de printemps - La suite

Philippe Pastoureau
#dernieres_carnets:TITRE
Win-Win - La suite

Victor Leforestier
#dernieres_carnets:TITRE
Partir un jour... - La suite

MORRIS DMK France
#dernieres_carnets:TITRE
Le semoir canadien Morris en action en Bourgogne - La suite

Horsch France
#dernieres_carnets:TITRE
Thierry Le Clézio, Côtes-d’Armor : une rencontre et … un déclic - La suite

Thierry Stokkermans
#dernieres_carnets:TITRE
Gestion du pâturage : les clôtures deviennent virtuelles - La suite


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?

Hébergeur web vert