la tribune d'A2C

La tribune est un espace dont le contenu est strictement réservé au contributeur qui souhaite participer à l'aventure qu'il soit contributeur régulier, rédacteur occasionnel ou encore partenaire professionnel, chacun peut prendre sa place.
Si cela vous intéresse, n'hésitez pas à nous contacter.nous contacter

LES CONTRIBUTEURS

À LA TRIB'une

Le dernier article publié dans la tribune

Azote de synthèse, bouée de sauvetage ou bombe à retardement ?
Ulrich Schreier

Ulrich Schreier a fondé en 1994 la société Ecodyn qui développe des solutions en biodynamie et agriculture régénérative. Ecodyn fait partie des partenaires d’A2C.

C’est un sujet épineux qui divise le monde scientifique et agricole depuis au moins l’époque de Justus von Liebig et plus particulièrement depuis la synthèse de l’ammoniac et des engrais azotés par le processus Haber-Bosch au début du siècle dernier. Pour les uns, il a sauvé l’humanité de la famine ; pour d’autres, il a dégradé nos sols agricoles en minéralisant l’humus et en perturbant la vie du sol, notamment la vie microbienne. Pour palier aux déséquilibres provoqués par les fortes doses d’engrais synthétiques, et notamment de l’azote, on a développé d’un côté les herbicides pour gérer la pression croissante d’adventices et de l’autre des insecticides et fongicides pour protéger les cultures affaiblies par un excès de sels dans l’eau circulant du sol (sels NPK) ; une situation qui provoque l’hypertrophie des parties aériennes et une atrophie des parties racinaires et de la rhizosphère. Or, ces dernières sont la base même d’une plante vigoureuse ayant une bonne résistance face aux bio-agresseurs et au stress. En optant pour un arsenal sophistiqué et coûteux d’outils mécaniques et de produits chimiques pour gérer cette situation, on a amorcé une spirale descendante qui ne fait qu’accentuer les problèmes et rend les cultures de plus en plus vulnérables face aux adventices, maladies, ravageurs et aux stress liés aux aléas climatiques.

L'azote synthétique détruit les agrégats du solReconnaissant que toute production agricole est avant tout basée sur des processus biologiques et notamment micro-biologiques, des pratiques agricoles centrées sur le vivant, l’humus et la fertilité biologique du sol se mettent en place un peu partout sur la planète. Productives, économiques et écologiques, ces initiatives remettent en état notre capital sol et permettent d’assurer une production durable aussi bien en qualité qu’en quantité.

La suite à lire dans le document à consulter sur ce lien.