Magazine TCS

19 février

nouveau Agriculture de Conservation et économie

Même si nous parlons beaucoup plus d’agronomie, d’environnement et de biodiversité aujourd’hui, réduire les coûts de production a été et reste encore le principal moteur de changement vers la simplification du travail du sol. C’est d’abord l’économie très substantielle de traction d’équipements et de pièces d’usure mais aussi de travail qui séduit et pousse à franchir le pas. Cependant, celle-ci n’est réalisable qu’à partir du moment où l’on développe une approche qualité du sol, associée à une approche (...)

en savoir plus
4 janvier

Un projet de science participative à l’initiative d’un groupe d’agriculteurs

Le non travail du sol, notamment en agriculture de conservation, peut-il réduire le transfert des produits phytosanitaires et des éléments nutritifs vers les milieux aquatiques ? C’est la question que sont venus poser, fin 2018, les agriculteurs du GIEE INSYS de la région Crécy la Chapelle-Coulommiers (Seine-et-Marne) à AQUI’ Brie. L’association, reconnue pour son expertise sur cette thématique de transfert des substances au sein des différents compartiments du milieu (nappe, rivières, …), a saisi (...)

21 décembre 2020

L’agriculture du carbone : un projet innovant à porter ensemble

Alors que se joue l’avenir de notre filière avec l’élaboration de la nouvelle PAC, qui va vraisemblablement aboutir à une forme de compromis subtil entre les pressions internationales de libéralisation, les demandes environnementales internes et les soucis d’économies pour financer l’élargissement, l’agriculture est tout simplement en manque d’idées, en panne d’ambitions et surtout de projets forts pour redonner un souffle nouveau à l’activité qui a permis la construction de l’Europe. Cependant en (...)

en savoir plus
28 octobre 2020

Entre dogmatisme écologique et difficultés climatiques : c’est compliqué d’être agriculteur en 2020 !

Fin septembre, s’est ouvert le grand débat national sur l’agriculture rassemblant 134 français tirés au sort mais dont seulement deux agriculteurs pour représenter la profession qui est au cœur des sujets de discussion. La mise en pratique de cette nouvelle forme de démocratie participative est censée répondre à des questions aussi complexes que : « Qui décide de la PAC ? », « Quelle transition agroécologique ? », « Eau, air, sols, biodiversité ? », « Comment cohabiter dans les campagnes ? », « Comment (...)

en savoir plus
16 juillet 2020

Lucien Séguy, 1944-2020, agronome du génie végétal

Lucien Séguy est né dans une famille de petits paysans du nord Dordogne, fiers de leurs racines et durs à la tâche. Il sera le seul de sa fratrie de quatre frères et sœurs à accéder à l’université. Diplôme d’ingénieur agronome de l’ENSA Toulouse en poche, suivi d’une spécialisation en pédologie à l’ORSTOM (ex IRD…) de Bondy, il épouse Jacqueline qui l’accompagnera durant toute sa carrière. Son service civil se déroule au Sénégal de 1967 à 1969 ; à la grande station IRAT (Institut de Recherche Agronomique (...)

en savoir plus
16 juillet 2020

Nitrates, phyto et carbone : quel manque d’approche globale !

Bienvenue dans ce monde qui veut laver plus blanc que blanc ou plutôt imposer le « vert », préserver la biodiversité et sauver la planète en proférant de grandes idées, en clamant des engagements forts, et même, en imposant de sérieuses contraintes. Cependant ces bonnes volontés, saupoudrées d’une dose de « bien pensance » et/ou de populisme, s’éloignent de la réalité et du terrain et débouchent sur des propositions qui manquent beaucoup de cohérence, sont souvent inefficaces et peuvent même être (...)

en savoir plus
13 mai 2020

En quête de nouveaux débouchés ? Et si on cultivait le carbone !

Alors que des programmes d’échanges de certificats carbone existent pour le monde industriel suite notamment à la directive européenne n° 2003/87/CE de 2003, l’agriculture et les agriculteurs sont restés les enfants pauvres en la matière, bien que ce soient eux qui aient de loin le potentiel de séquestration de CO2 le plus important, le plus efficace et le plus économique. Leurs capacités de stockage de carbone ne sont pas seulement les plus formidables, mais elles sont aussi accompagnées de services (...)

en savoir plus
17 avril 2020

De l’agribashing à l’agriloving !

Au moment où nous bouclons ce TCS de printemps, j’avais, bien évidemment, prévu de commenter l’annonce du ministre de l’Agriculture de la fin février sur l’AC et le glyphosate. C’est d’abord une position forte et politiquement courageuse. C’est aussi une certaine forme de retour à la raison, à l’écoute de la science et surtout à une approche globale où les orientations et décisions sont prises au regard d’un bilan avec la recherche des meilleurs compromis. Inévitablement, cette annonce va projeter (...)

en savoir plus
3 mars 2020

Roumanie : quand l’AC conduit à l’AB

Originaire de Belgique, j’ai jusqu’à présent très peu travaillé dans mon pays d’origine. Non issu du monde agricole, j’ai la chance durant mes études d’agronomie de côtoyer des précurseurs de ce que l’on appelait encore le non-labour dans les années 1998-2002. Après mon stage de fin d’études effectué en Pologne, l’envie de gérer une grande exploitation dans les pays de l’Est était intacte. Commence alors fin 2005 une première expérience de 3 ans en Roumanie comme second d’exploitation sur 2200 ha. Là je prends (...)

en savoir plus
21 février 2020

AC : Penser interaction plutôt qu’addition !

Un petit coup d’œil dans le rétroviseur permet de constater que nos approches ont beaucoup évolué en 20 ans et continuent de le faire. Si l’AC prend sa source dans l’abandon du travail du sol, perçu à juste titre comme une activité coûteuse et très agressive sur le milieu avec des impacts collatéraux conséquents comme l’érosion, au cours des années, nos pratiques se sont énormément affinées mais également diversifiées. Des couverts simplistes aux Biomax, des associations de cultures aux plantes compagnes, de (...)

en savoir plus