Les vidéos

Liste des vidéos

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 25 |

15 février

nouveau Journée Agronomique avec Soil Capital dans L’ Aube

Résumé d’une journée agronomique sur la ferme de Sarah Singla dans l’Aveyron, organisée par Soil Capital.

En savoir plus

Résumé d’une journée agronomique sur la ferme de Sarah Singla dans l’Aveyron, organisée par Soil Capital.

AC Climat_-_transition
27 janvier

Tour de plaine #9 : 27 ans de semis direct avec Noël Deneuville

Noël Deneuville accueille AgroLeague sur son exploitation au Chaumont, dans la Nièvre pour un tour de plaine co-animé par Étienne Gautier, agronome du secteur ! Au programme, un temps de (...)

En savoir plus

Noël Deneuville accueille AgroLeague sur son exploitation au Chaumont, dans la Nièvre pour un tour de plaine co-animé par Étienne Gautier, agronome du secteur !

Au programme, un temps de présentation sur la technique et une partie visite de parcelle en SD, semis nature.

Noël est en semis direct depuis 27 ans déjà. Il est sur une ferme en polyculture, où il travaille pour améliorer ses sols et ses cultures.

Au programme :
☑️ Présentation technique de son système ;
☑️ Visite de parcelles ;
☑️ Céréales d’hiver ;
☑️ Culture de printemps.
— 
Voici les différentes parties de la vidéo :

02:53 : Depuis combien de temps es-tu en non-labour ?
03:18 : Quelles sont tes rotations ?
04:29 : Quelle évolution des taux de MO ?
05:07 : Qu’est-ce que tu apportes comme MO exogènes ?
06:38 : Comment gérer la composition des couverts ?
07:38 : Les semis opportunistes
14:32 : À part le sarrasin, quelles autres cultures en seconde récolte ?
21:12 : Association soja-maïs
23:25 : Que penses-tu des associations de cultures plus largement ?
26:48 : Y’a-t-il des pré-requis pour faire des semis nature (semis à la volée) ?
27:24 : Comment gères-tu le pH des sols ?
29:59 : Gestion des vulpins
34:58 : Gestion des oligo-éléments
38:41 : Un avis sur les macérations de plantes
40:11 : Parcelle de maïs
47:17 : Quand détruire un couvert végétal ?
52:32 : Gérer les compactions par les adventices
01:01:11 : Parcelle de colza

— -
AgroLeague est le 1er groupe technique indépendant en France. En plus de la dynamique de groupe, on met l’accent sur un conseil technique de proximité et personnalisé au service des membres qui souhaitent concilier performance économique et environnementale.

AC Fermes Itinéraire_technique
15 janvier

Stratégie de mécanisation en agriculture de conservation des sols, Julien Herault

Cette conférence à eu lieu lors du 23e festival de Non Labour et Semis Direct. Julien HERAULT est issu d’une famille d’agriculteurs depuis plusieurs générations. Sa formation professionnelle fut (...)

En savoir plus

Cette conférence à eu lieu lors du 23e festival de Non Labour et Semis Direct.
Julien HERAULT est issu d’une famille d’agriculteurs depuis plusieurs générations. Sa formation professionnelle fut intégralement réalisée en alternance et lui a permis de multiplier ses compétences de terrain sur des exploitations agricoles aux productions variées en France mais également au Canada et en Australie. Titulaire d’un BTSA Génie des Equipements Agricoles, il a depuis multiplié ses expériences en tant que chauffeur en ETA et CUMA avant de devenir enseignant spécialisé en Machinisme Agricole. Il a développé de nombreux cours en utilisation, entretien et maintenance des agroéquipements en atelier. Son travail chez des constructeurs de matériels agricoles lui a permis de compléter ses compétences et de participer à bon nombre de formations techniques.
Pour en savoir plus, cliquez ici : https://nlsd.fr/ledition-2023/

Machinisme AC
15 décembre 2023

Compaction des sols agricoles : mythes et réalités, Lionel Mesnage

Webinaire gratuit avec Lionel MESNAGE, conseiller agricole et expert du sujet, et animé par Martin ROLLET, agronome. Ce webinaire vous est proposé par le Centre national d’agroécologie : (...)

En savoir plus

Webinaire gratuit avec Lionel MESNAGE, conseiller agricole et expert du sujet, et animé par Martin ROLLET, agronome.
Ce webinaire vous est proposé par le Centre national d’agroécologie : https://centre-national-agroecologie.fr/

— -
Chapitrage :

00:00:00 Introduction et présentation
00:04:02 État des lieux de la compaction des sols
00:25:08 Causes de la compaction
00:31:31 Solutions techniques
01:01:40 Questions-réponses
01:01:59 « Avais-vous des témoignages ou des retours d’expérience sur la compaction des sols en contexte viticole et arboriculture ? »
01:03:31 « Quel est votre avis sur le sous-soleur par rapport au Paraplow à dents Michel ? »
01:04:50 « Comment gérer et placer les tas de fumier sur la parcelle avant épandage ? Faut-il faire un tas toujours au même endroit ? »
01:06:37 : « Dans un système en ACS, comment gérer les bennes à la moisson ? Faut-il les laisser en bordure de parcelle ? »
01:08:46 : « Quel est votre avis sur la méthode de la fissuration avec incorporation d’EM (Micro-organisme efficaces) ? »
01:10:57 : « Selon vous, les plantes de couverture du sol ont-elles en rôle dans la protection de la compaction avec leur pouvoir racinaire ? »
01:13:18 : « Quel est le meilleur fissurateur ? Faut-il garder en rapport profondeur / espacement entre les dents ? Quelle vitesse maximale ? »
01:14:20 : « Quand on observe un sol, à quel moment voit-on que l’on a gagné contre la compaction ? »
01:16:30 : « Voyiez-vous un lien entre la présence de certaines adventices et la compaction des sols ? » (Méthode Cerf)
01:19:57 : « Quel conseil donner pour gérer le piétinement des animaux dans une parcelle pour gérer la compaction ? »
01:22:35 : « Faut-il en plus de la microfissuration verticale procéder à une fissuration plus en profondeur tous les X années ? »
01:26:02 : « Quelle est l’importance du taux de matière organique pour soutenir un sol ? Et donc quelle applicabilité du travail de Pascal Boivin (chercheur suisse) ? »
01:28:38 : « Que pensez-vous de l’efficacité d’un point de vue de la fissuration du déchaumeur à patte d’oie, de l’Actisol ou d’un outil muni d’un sabot de fissuration ? »
01:32:50 : « Quel impact de l’irrigation sur le tassement des sols ? »
01:35:58 : « Quel est votre avis sur les différentes dents sur l’Actisol : dent classique droite et vibrante VS avec patte d’oie ? »
01:39:07 : « Quelle technique utiliser pour passer d’une prairie en sol limono-argilo-sableux à une zone de maraichage ? »

Machinisme AC Sols_vivants
15 décembre 2023

Auto-construction d’un semoir à semis-direct : le témoignage de Benjamin

Direction le sud des Deux-Sèvres pour découvrir la ferme de Benjamin. Son exploitation est conduite à 100% en agriculture de conservation depuis 5 ans. Dans la continuité de cette pratique, Benjamin (...)

En savoir plus

Direction le sud des Deux-Sèvres pour découvrir la ferme de Benjamin. Son exploitation est conduite à 100% en agriculture de conservation depuis 5 ans. Dans la continuité de cette pratique, Benjamin a décidé de concevoir son semoir à semis-direct.

Accompagné de Jérôme, , Benjamin nous explique sa démarche d’auto-construction. Il partage également le fonctionnement de son exploitation, sa technique culturale, son contexte pédoclimatique et les raisons qui l’ont poussé vers l’agriculture de conservation.

0:00 – Introduction
1:08 – Présentation : contexte, cultures, matériels
3:55 – Choix et intérêts de l’ACS
6:06 – Choix du semoir à dents
8:30 – Types de cultures implantées
10:10 – Equipements du semoir
14:20 – Avantages du semoir
18:48 – Choix de la dent vibroflex
20:37 – Temps de conception
21:05 – Atout de la dent vibroflex
22:10 – Choix de la double descente
23:48 – Améliorations possibles ?
25:29 – Le semoir en fonctionnement
25:59 – Autres projets d’auto-construction ?
27:05 – Coût du semoir auto-construit
28:08 – Semis de couverts végétaux
28:48 – Contexte de semis et pédoclimatique
30:23 – Semis de colza
32:03 – Intérêts agronomiques du semis-direct
35:25 – Intérêts des couverts
37:44 – Gestion des pierres
40:37 – Conclusion

Machinisme Fermes
9 novembre 2023

Est-ce la fin de la féverole en couverts végétaux ?

Philippe MOUQUOT, conseiller Grandes Cultures - Diversification de la Chambre d’Agriculture de la Gironde, vous présente les résultats de l’essai Couverts Végétaux 2022-2023. Objectif : trouver une (...)

En savoir plus

Philippe MOUQUOT, conseiller Grandes Cultures - Diversification de la Chambre d’Agriculture de la Gironde, vous présente les résultats de l’essai Couverts Végétaux 2022-2023.

Objectif : trouver une alternative à la féverole pour limiter le développement du sclérotinia, tout en conservant l’intérêt des couverts.

AC Plantes Biodiversité
28 octobre 2023

Glyphosate et agroécologie : question cruciale

L’herbicide est-il un instrument indispensable ? Une agriculture biologique de conservation est-elle possible ? Avec la proposition de la Commission européenne d’une réautorisation du glyphosate (...)

En savoir plus

L’herbicide est-il un instrument indispensable ? Une agriculture biologique de conservation est-elle possible ?
Avec la proposition de la Commission européenne d’une réautorisation du glyphosate pour 10 années supplémentaires, le journaliste Pierre Girard fait le point sur les faits scientifiques et vous emmène à la rencontre de quatre agriculteurs qui ont des points de vue différents sur ces questions.

Chacun a opté pour une forme d’agroécologie différente :

- Sébastien Méry, agriculteur dans le Gâtinais : 200 hectares de blé, orge et maïs en techniques culturales simplifiées (TCS). Il utilise du glyphosate pour la destruction des couverts végétaux avant semis de céréales.

- Jérémy Ditner, agriculteur en Alsace, à la ferme du Krebsbach : 85 hectares de miscanthus, soja, maïs, blé et pomme de terre en agriculture biologique de conservation des sols. Il n’utilise pas de pesticide chimique de synthèse.

- Alain Krebs, agriculteur en Bourgogne, membre fondateur du GIEE Magellan et co-concepteur de la plateforme de recherche CA-SYS d’INRAE : 325 hectares de grandes cultures et élevage bovin. Il a converti sa ferme de l’agriculture de conservation des sols à la bio, par souci d’arrêter le glyphosate.

- Félix Noblia, agriculteur au Pays basque, à la ferme Larrous : 150 hectares de grandes cultures et élevage bovin à l’herbe, en agriculture biologique "opportuniste", selon ses termes. Il cultive une partie en semis direct, et l’autre avec un travail du sol très superficiel.

Dans cette vidéo, il fait le point sur les propriétés et les usages du glyphosate, ainsi que sur les alternatives à l’herbicide, avec Xavier Reboud, scientifique à INRAE et auteur du rapport de 2017 sur la sortie du glyphosate, et Stéphane Cordeau, coordinateur de la plateforme CA-SYS d’INRAE.

Vidéo-à_la_une_pépites-best_of Expérimentation AC Fermes Itinéraire_technique
20 septembre 2023

Fertilité et matière organique des sols, François Hirissou

Les bases de la fertilité des sols à travers le prisme de la vie du sol, mises au goût du jour par l’agronome François Hirissou. Cette vidéo a été réalisé dans le cadre du Carrefour des Éleveurs 2023 (...)

En savoir plus

Les bases de la fertilité des sols à travers le prisme de la vie du sol, mises au goût du jour par l’agronome François Hirissou.
Cette vidéo a été réalisé dans le cadre du Carrefour des Éleveurs 2023 organisé par La Vache Heureuse : https://www.lvh-france.com/

AC Sols_vivants
18 août 2023

Philippe Pastoureau : L’agriculteur contemporain face à la science

Au cours des millénaires qui ont suivi les balbutiements de l’agriculture, les humains n’ont cessé de développer savoirs et savoir-faire agricoles, au contact direct de la terre. Pour en tirer le (...)

En savoir plus

Au cours des millénaires qui ont suivi les balbutiements de l’agriculture, les humains n’ont cessé de développer savoirs et savoir-faire agricoles, au contact direct de la terre. Pour en tirer le meilleur parti et s’assurer une production durable, il valait mieux composer avec la nature. Et au fur et à mesure des siècles de sédentarisation, chacun travaillant sa petite parcelle, les producteurs ont fini par connaitre sur le bout des doigts le lopin de terre dont ils avaient la charge, dans les moindres particularités du sol, des variétés cultivées, de la faune et de la flore environnante. Pendant des générations, les savoirs et savoir-faire se sont transmis et accumulés.

Au sortir de la deuxième guerre mondiale, face à une pénurie alimentaire et une croissance démographique forte, les gouvernements occidentaux se sont donnés pour objectif prioritaire de développer la production alimentaire. C’est dans cet objectif que l’on a fait le choix d’industrialiser l’agriculture. Modernisation matérielle symbolisée par l’arrivée des tracteurs, mais aussi rationalisation des processus de production : on a confié à la science institutionnelle la mission d’organiser en amont la production agricole, avec pour objectif de l’optimiser...

Faciliter et optimiser le travail de l’agriculture, c’est adapter le parcellaire et la topographie aux techniques et engins agricoles modernes (remembrement), c’est la traction mécanique généralisée, l’augmentation de la taille des fermes, l’affaiblissement de la polyculture-élevage au profit des monocultures protégées par des produits phytosanitaires. Les paysans deviennent des « exploitants agricoles ». Le traditionnel agriculteur-expérimentateur change de monde : la science fondamentale a pensé pour lui le modèle agricole optimal, elle en a créé les techniques, transmises aux paysans par des techniciens ; il ne lui reste qu’à les appliquer. Il devient le garant d’un modèle qu’il ne maîtrise pas et qui s’impose à son écosystème plutôt que de s’y adapter...

La modernisation de l’agriculture n’a pas lieu de façon simpliste et linéaire, et tous les acteurs du monde agricole y participent, bon gré mal gré. Il n’en demeure pas moins que cette nouvelle orientation, impulsée par les gouvernements, théorisée par les chercheurs et mise en œuvre par les agriculteurs, bouleverse les techniques, les relations sociales et les modes de vie et transforme considérablement le rôle de l’agriculteur et son rapport au savoir.

Le monde contemporain est confronté aux limites des modèles de production agricole « modernes » face à la fragilité des ressources naturelles. Il nous faut prendre en compte l’environnement sous peine de le détruire, les modèles agricoles vont donc devoir s’adapter aux écosystèmes et non l’inverse. Indispensables à l’évolution de nos modes de production agricoles, les scientifiques pourront-ils se passer des acteurs majeurs des écosystèmes que sont les agriculteurs, ou devront-ils travailler avec eux ?

C’est pour tenter de répondre à ces questions que TerrEthique a invité Marcel Mazoyer, Philippe Pastoureau, Daniel Nahon et Claude Aubert à s’exprimer et à débattre lors des Entretiens de Cluny.

Retrouvez-nous sur www.terrethique.org

Vidéo-à_la_une_pépites-best_of