Julien Senez Horsch Academy
HORSCH academy 2019
Programme Journée Horsch
Horsch soc thinedge
Julien Senez Horsch Academy
Société Agro KMR en Ukraine
Levier à ressort de l'AVATAR
Régularité de semis
horsch Le Clézio
gestion pailles (horsch)
horsch Velghe

Ferme de la Lucine
52120 Chateauvillain
France

Tél : +33(0)3 25 02 79 80
Fax : +33(0)3 25 02 79 88

4 agriculteurs français en Ukraine

50 salariés, 12 000 hectares. Les 4 amis ne se fixent aucune limite et leur imagination fertile leur ouvre de nombreuses pistes. Toutes les solutions sont étudiées.

La société Agro KMR a été créée par quatre agriculteurs français, Jean-Paul Kihm, Jean-Loup Michel Alan et Florent Renard en 2006 près de Pavlohrad. L’entreprise emploie 50 salariés et cultive 12 000 hectares (donnée 2019) dont 6 000 de blé, 3 000 de colza et 3 000 de tournesol. Les 4 amis ne se fixent aucune limite et leur imagination fertile leur ouvre de nombreuses pistes : augmentation de la surface exploitable, diminution des charges de mécanisation, agriculture à passages raisonnés, investissement dans la recherche et le développement, réflexion sur les rotations, la logistique, les itinéraires culturaux... Et pourquoi pas une meilleure formation de leurs chauffeurs, le StripTill, un CTF (controlled traffic farming) mieux maîtrisé ? Toutes les solutions sont étudiées.

Jean-Paul Kihm est catégorique : « Notre philosophie est claire : une exploitation agricole n’a pas lieu d’être si celle-ci ne permet pas de dégager un revenu suffisant pour ses propriétaires et ses salariés. Les cultures choisies doivent donc être rentables et les charges limitées à leur maximum. Nous n’oublions pas, par ailleurs, que pour perdurer, l’entreprise doit respecter ses ressources agronomiques et humaines. C’est un tout ! Et pour atteindre ces objectifs, toute idée intéressante doit être testée ».

[News guerre en Ukraine.]

Société Agro KMR en Ukraine

Quel équipement

Sur l’exploitation, on retrouve déjà 2 pulvérisateurs de 36 mètres, 1 Avatar 18 SD (un deuxième sera livré courant juillet), un Maestro 36 SW et un Evo encore à l’état de prototype. « Il manque encore un Cultro de 18 mètres – celui que nous avons à l’heure actuelle ne fait que 12 mètres, et une coupe de moissonneuse de 18 mètres aussi. » précise Jean-Paul Kihm. « A l’origine, nous avions un Joker 12 RT, un Terrano 12 FM, un semoir à dents HORSCH de 18 mètres ainsi qu’un Maestro 36 SW. Mais en raison des spécificités des terres locales, nous avons vite atteint les limites du système. Nous nous dirigeons progressivement vers le travail très superficiel, le semis direct et le StripTill. Nous avons revendu ce matériel, sauf le Maestro 36 SW, et investi dans un HORSCH Evo (prototype), HORSCH Cultro (prototype) et un Avatar 18 SD. »

Quelle rotation, quel sol, quel climat

« Une réflexion a été entamée depuis 10 ans sur la rotation des cultures à privilégier », explique Jean-Paul Kihm. « Nous avons testé plusieurs rotations, notamment avec du sorgho et du pois, selon notre expérience française. Mais nous avons aussi testé sur plus d’hectares la rotation traditionnelle ukrainienne, à savoir colza-blé-tournesol-blé. Il s’avère que cette dernière est la plus rentable économiquement. Nous pouvons nous permettre ce type de rotation car nous n’avons pas les mêmes problématiques de salissement qu’en France. Nous n’avons pas de vulpin résistant, ni de raygrass. Nous avons éventuellement de l’ambroisie mais qui peut être traitée avec un anti-dicotylédone. »

« Nous souhaitons travailler le moins possible le sol car nous estimons que lorsqu’un sol n’est pas bousculé, celui-ci n’a pas besoin d’être travaillé. Par ailleurs, le travail du sol augmente les charges de mécanisation. Lorsque cela est possible, nous répartissons les pailles avec une simple herse étrilles puis nous semons en direct. Mais sur précédent tournesol, la gestion des pailles est importante afin de semer en direct du blé. En Ukraine, le ratio grain/paille du blé n’est pas le même qu’en France et les résidus sont plus abondants. Nous avons donc besoin de laisser sécher la paille juste après la moisson des blés, de la briser et de la répartir uniformément avant le semis de colza ou avant le passage de l’Evo pour semer du tournesol. Nous obtenons ainsi un paillage permanent qui maintient l’eau et la réserve utile dans le sol. Cela permet aussi de lutter contre les rongeurs. Le Cultro est l’allié idéal puisqu’il permet d’accomplir cette mission sans travailler le sol à outrance.

La suite de cet aticle issu du magazine "Terra" de Horsh : le strip-till, le controlled traffic farming, l’utilisation du matériel Horsch.

Les autres articles