Produire + avec - d’agris !!!

recommander cette page


J’aime bien les jeux de mots, mais dit comme cela, j’aime moins. Pourtant, le recensement 2010 de l’Agreste est sans appel avec 26% d’exploitations de moins en 10 ans. Nous ne sommes plus que 751 000 travailleurs agricoles (UTA) pour nourrir la France, ( en considérant que la balance du commerce alimentaire extérieur est stable ), et comme tout le monde a remarqué que la population Française augmente constamment, mon titre est fatalement juste.
En 2000, 1 UTA ( unité travailleur agricole) devait nourrir 65 personnes, 10 ans plus tard, les UTA restant devront nourrir 86 personnes .
Il a donc fallu augmenter la production de 32% ( la surface agricole travaillée étant stable ), certains font preuve de beaucoup d’imagination et le font savoir :

La vidéo ci-dessus me fait rire, mais pas très longtemps tout de même. Et si maintenant on durcit le titre et on dit qu’il faut diminuer les consommations d’énergie ( engrais, fioul, pesticides), comment je fait ???

- Installez vous confortablement, les images qui suivent parlent d’elles mêmes :

- D’autres vidéos de Steve sont disponible ici. Steve n’est pas un agriculteur isolé, nous avons aussi la chance en France d’avoir quelques pionniers comme Frédéric et Christophe qui nous livrent leurs expériences sur les vidéos suivantes.

- Avec tout cela, il était bien évident que mes pratiques agricoles allaient changer, mais je ne savais pas il y a 10, 15 ans ce à quoi pourrait ressembler l’agriculture en 2011, qu’en sera t’il en 2020, je n’en sais rien...
Pour finir ce topic, je vous propose un petit texte que j’ai écrit pour les prochains Entretiens de l’AEI qui auront lieu le 25 et 26 Octobre. Ce texte résume ma transition vers le non labour, les échecs rencontré m’ont souvent obligé a aller à la rencontre de spécialistes Français ou étrangers, et j’ai fini par comprendre que la majorité des problèmes rencontré se situaient entre "le siège et le volant". Une bonne remise en cause est donc primordiale, puis un programme de remise en forme des champs sécurise une transition durable. ( citation de Jocelyn Michon, agris du Québec).

"Ce que je sais, c’est que je ne sais rien"

- 15 ans d’embûche avant de commencer à réellement prendre plaisir dans mon métier et de voir mes champs devenir plus fertile. Beaucoup de pionniers ont essuyé des plâtres avant moi, heureusement que le monde change et que nos dirigeants sont conscient du défi à relever. Nous serons peut être encore moins d’agriculteurs demain, mais on peut espérer que la formation et l’information finiront par arriver sur le terrain, bonne chance à la Chaire AEI qui vient d’être signée.


Documents joints

  • (PDF - 56.4 ko)

Contact - Mentions Légales - Problème technique ?