Mon soutien au renouvellement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union Européenne

recommander cette page


Au sein de l’Union Européenne, le renouvellement de l’autorisation du glyphosate est à l’ordre du jour. Ce qui aurait dû être un simple processus scientifique est devenu un enjeu politique. La situation est compliquée car le produit est sur le point de se faire interdire. Il est fort probable que la Commission Européenne ait à décider du sort du produit le 14 décembre au soir. Pour ma part, je soutiens le renouvellement du glyphosate.

L’Union Européenne (EU) est en train de décider du renouvellement de l’autorisation du glyphosate. La Commission Européenne (CE) peut décider du renouvellement d’un produit. Mais dans le cas du glyphosate, les commissaires ont senti une certaine pression politique et ont décidé de laisser le choix aux pays membres en transférant le dossier au PAFF (the standing committee on Plants, Animals, Food and Feed). La CE a clairement exprimé sa confiance dans les conclusions des autorités d’évaluation européennes et son soutien au renouvellement de l’autorisation.

Mais le processus de renouvellement s’est transformé en chasse aux sorcières. Certains militants écologistes proclament que l’herbicide engendre toutes sortes de pollutions et de maladies. Ils accusent sans véritables preuves scientifiques. Néanmoins, les accusations sont un superbe carburant pour la presse et les médias. Ces derniers (et particulièrement en France) diffusent les accusations et mettent en scène une version moderne de David contre Goliath et proclament un nouveau scandale de l’amiante. Le grand public se nourrit des médias et, grâce à une couverture intense du sujet et les répétitions incessantes, a finit par croire que ses accusations sont des faits établis et prouvés. Ceci a transformé la question du renouvellement en une situation de conflit : d’un côté, la science qui déclare le produit sûr et, de l’autre côté, le grand public qui croit qu’il ne l’est pas.
Certains disent que le glyphosate est protégé par Monsanto qui aurait une armée de lobbyistes à ses ordres. Dans les faits, Monsanto n’a que 2 lobbyistes à la CE (figure 1) alors que les ONGs militantes en ont des dizaines.

JPEG - 117.1 koDeux sessions consécutives du PAFF ont échoué à renouveler l’autorisation du glyphosate. Le dossier a maintenant été transmis au comité d’appel qui, je pense, va échouer à son tour. Je crois que la proposition de renouvellement ne va pas atteindre la majorité qualifiée. Cela nous projette dans la situation où la CE récupèrera le dossier et aura à prendre une décision dans la première moitié de décembre.
Je pense que la position de la CE n’est pas facile. Ce n’est pas une décision facile à prendre. Elle a exprimé être en faveur du renouvellement. Cependant, les états membres n’ont pas validé la proposition initiale et les militants anti-glyphosate ont réalisé une campagne de lobbying très efficace. C’est pourquoi, il va être difficile pour la CE de maintenir sa position initiale et de renouveler l’autorisation du glyphosate. Je crois qu’ils ont besoin de soutien afin de rassembler suffisamment de courage politique pour mettre la science et le rationalisme en avant.

J’ai écrit une lettre à monsieur Vytenis Andriukaitis que j’ai envoyée par la poste. Je l’ai déjà posté pour être sûr qu’elle soit arrivée début décembre. Je pense que tout va s’accélérer très vite dans les 4 prochaines semaines. C’est pourquoi, j’ai décidé d’être en avance pour être à l’heure.
Ceux qui lise régulièrement mes billets savent que je me concentre sur les problèmes de sol et d’Agriculture de Conservation. Alors … quel est le lien entre Agriculture de Conservation et glyphosate ? Il y a 3 liens :

  • Le glyphosate est un outil clé pour terminer un couvert végétal et commencer une nouvelle culture. En effet, lorsqu’une nouvelle culture est semée dans un couvert, il est important de bien gérer le couvert. Ici, le glyphosate est un outil efficace et, dans de nombreux cas, n’a pas d’alternative mécanique.
  • Le glyphosate est un outil important pour gérer les adventices. L’Agriculture de Conservation s’appuie sur la rotation des cultures, les couverts végétaux, la biodiversité, le semis direct et la vie du sol pour gérer les mauvaises herbes. Cependant, ces 5 outils principaux ne sont pas toujours suffisants pour contrôler les adventices. Cela signifie qu’il faut prévoir un désherbage. Ce dernier est souvent une intervention au pulvérisateur. Je pense qu’il est important de maintenir toutes les substances sûres sur la liste des produits autorisés. Cela permet à l’agriculteur de choisir le meilleur outil pour une stratégie de désherbage au cas par cas.
  • L’Agriculture de Conservation est l’agriculture « avec ». Cela veut dire que c’est une agriculture avec vie du sol, avec résidus, avec biodiversité, une agriculture avec du savoir, avec de la science, avec du pragmatisme et du rationalisme, une agriculture avec des réseaux, une agriculture avec des essais et des erreurs, une agriculture avec une vision du futur, une agriculture avec des objectifs, une agriculture avec la vie … l’Agriculture de Conservation est « l’agriculture avec » et non « l’agriculture sans ».


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?