Lundi 7 janvier 2013
Matthieu Archambeaud

Après avoir rejoint F. THOMAS dès 2003 et mis en place le site agriculture-de-conservation.com, M. ARCHAMBEAUD
a été l’un des initiateurs d’Icosystème, plate-forme d’apprentissage en ligne dédiée à l’agroécologie, l’agroforesterie et l’agriculture de Conservation qu’il anime aujourd’hui.

ÉCARTEMENT DES RANGS : LES CHOSES BOUGENT

Frédéric Thomas ; TCS n°70 - novembre/décembre 2012

Si dans l’absolu, et quelle que soit la culture, la répartition la plus homogène possible est favorable à une meilleure interception de la lumière et à une meilleure valorisation des ressources du sol, l’écartement des lignes de semis des cultures dites « sarclées » a toujours été une forme de compromis entre un optimum agronomique, la gestion de la culture et les contraintes de mécanisation pour l’implantation, le désherbage et la récolte. En fait, ce sont plutôt ces dernières qui ont conduit et imposé les standards d’écartement (75 à 80 cm pour le maïs, 50 à 60 pour le tournesol et 45 à 50 pour la betterave). Cependant avec l’AC et les recherches d’optimisation, de nouveaux éléments font évoluer les conditions de semis et apportent de nouvelles contraintes obligeant à revoir ou à standardiser autrement les écartements entre lignes de semis.


Télécharger le document
(PDF - 1.4 Mo)