Vendredi 3 mai 2013
Matthieu Archambeaud

Après avoir rejoint F. THOMAS dès 2003 et mis en place le site agriculture-de-conservation.com, M. ARCHAMBEAUD
a été l’un des initiateurs d’Icosystème, plate-forme d’apprentissage en ligne dédiée à l’agroécologie, l’agroforesterie et l’agriculture de Conservation qu’il anime aujourd’hui.

Du pollen pour nos abeilles !

Jean Godet et Thierry Savoie ; Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir

A l’échelle d’une campagne de butinage, la floraison des cultures mellifères est précédée et suivie de longues périodes pauvres en ressources alimentaires où il est impératif pour l’abeille de trouver des plantes relais. Celles-ci sont présentes dans les éléments fixes du paysage (haies, talus, chemins, bords de route). Or leurs modalités d’entretien ont souvent pour conséquence la destruction de cette flore (fauche précoce, gyrobroyage, désherbage systématique). Pour répondre à ce manque de ressource alimentaire, des méthodes correctives sont couramment employées par les apiculteurs telles que la transhumance ou le nourrissement des colonies lors des périodes de disette. Dans ce même but, des pratiques agronomiques et environnementales sont possibles. Elles consistent à implanter des plantes mellifères et pollinifères au travers des dispositifs imposés par la réglementation (directive nitrates et éco-conditionnalité). En Eure-et-Loir, le manque de nourriture pour les abeilles se fait surtout ressentir en fin de saison de butinage. Or c’est une période primordiale pour constituer des réserves suffisantes permettant à la ruche de passer l’hiver.


Télécharger le document
(PDF - 526.4 ko)