Lundi 25 juin 2018

Guillaume Bodovillé

Ce sont tout d’abord des questions environnementales (lutte contre l’érosion, la battance et la lixiviation des nitrates) qui m’ont conduit à m’intéresser aux couverts végétaux en interculture puis aux techniques culturales sans labour.
J’ai ensuite découvert l’agriculture de conservation et le semis direct sous couvert en 2005 grâce à Agricool.
Impressionné par cette technique spectaculaire, j’ai voulu en savoir davantage, en recherchant un maximum d’informations et en multipliant les visites d’exploitations. Comme quoi il n’est pas nécessaire d’être agriculteur pour s’intéresser à l’agriculture. Je vous propose avec ce carnet de me suivre dans mes tours de plaine.

Développer un partenariat autour des couverts végétaux

Belle initiative collégiale (chambres d’agriculture et Institut de l’élevage) qui incite au partenariat entre céréaliers et éleveurs (pâturage des CV par les animaux d’un éleveur).

Voir en ligne : Développer un partenariat autour des couverts végétaux