1 semis pour 2 récoltes dans les pays froids

recommander cette page


Dans certaines régions de France, il est aujourd’hui possible de semer une fois pour battre deux fois. C’est le principe de l’association Colza d’hiver-Sarrasin. Dans les pays connaissant un froid intense tel que l’Islande, cela semble impossible. Néanmoins, il semble y avoir une opportunité avec l’association colza de printemps-céréales d’hiver.
Ed Tollenaar est un agriculteur canadien qui sème son blé d’hiver dans son colza de printemps (figure 1). Il fait du relay-cropping et celà semble fonctionner assez bien (figure 2).

Relay cropping blé d'hiver dans colza de printemps Blé d'hiver à la récolte du colza de printemps

Je ne savais pas que le relay cropping colza de printemps-blé d’hiver existait et cela m’a interpellé et m’a renvoyé à une idée que j’avais eu en lisant un article sur la céréaliculture en Islande. Cet article était paru en 2015 dans le magazine du GRDC (équivalent d’Arvalis en Australie) et présentait l’agriculture islandaise (référence : O’Brien Lindsay ; 2015 ; Farming in Eyjafjallajokull’s shadow : Easier said than done ! ; Australian Grain september-october 2015 : Vol. 25, No. 3 ; page 10, 12 & 14).
Malgré le froid, ces agriculteurs cultivent de l’orge de printemps, du colza de printemps et du blé d’hiver. En Islande, les cultures se sèment au mois d’avril/mai. L’orge et le colza se récoltent en octobre de la même année et le blé se récolte en octobre de l’année suivante (figure 3). Le blé d’hiver Islandais a de bons rendements mais mobilise la terre deux années. Du coup, en se basant sur l’idée du Colza-Sarrasin, je me disais qu’il devrait être possible de faire 1 semis-2 récoltes en Islande avec une association colza de printemps-blé d’hiver (figure 4).

Semis et récolte respectives des cultures en Islande
Idée d'1 semis-2 récoltes en climat tempéré froid

Au Canada, Ed Tollenaar n’a que 4 semaines d’écart entre le semis du colza et le semis du blé (figure 1). Par conséquent, il s’approche assez de l’idée 1 semis-2 récoltes.
De plus, il faut ajouter que Ed Tollenaar n’est pas dans une région particulièrement froide. Ce dernier est agriculteur dans les environs de Matheson (Ontario) et il cultive du maïs grain. Il y a des régions au Canada, en Alaska, en Russie et dans le nord de l’Europe oú l’été est trop froid pour cultiver du maïs grain. En France, dans le Jura, il y a aussi des agriculteurs qui cultivent les pistes de ski. Ils y sèment de l’orge de printemps car la belle saison est trop froide pour faire une culture d’été.
Voir le travail de Ed Tollenaar me fait penser que 1 semis-2 récoltes en climat froid est possible. Au début, je pensais que l’association colza de printemps-blé d’hiver était la plus prometteuse. Avec le temps, je commence à penser que l’association colza de printemps-orge d’hiver peut également bien fonctionner. Ceci n’est qu’une idée. Elle n’a, à ma connaissance, jamais été mise en pratique. C’est une idée complexe qui demande du travail de mise au point mais qui permet, avec peu d’investissement financier, d’augmenter la productivité.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?