Sarah SINGLA

  • Le couvert après récolte du maïs
  • Pâturage tournant en Roquefort
7
juin
2016

Non travail du sol, rotations et couverts végétaux, mais pas uniquement...

Si l’agriculture de conservation des sols repose sur 3 piliers que sont le non travail du sol par des outils mécaniques, la couverture permanente du sol et la rotation, il serait peut-être intéressant d’apporter une précision quant aux espèces utilisées au sein même de ce système.
La "sod-based rotation" qui fait son apparition est basée sur une rotation dans laquelle on introduit des plantes pérennes.
A l’image de la photo qui compare les systèmes racinaires d’un blé annuel et d’un blé pérenne, nous pouvons voir que la culture annuelle ne va pouvoir développer son système racinaire que sur une période inférieure à 1 an uniquement et que nous "repartons à zéro" une fois la récolte effectuée.
JPEG - 55.6 ko
La raison d’introduire des plantes pérennes au sein du système est justifié par l’intérêt du système racinaire de ces plantes qui vont pouvoir continuer de se développer une fois que la récolte aura été effectuée. L’avantage de cela est que le sol continue d’être structuré en profondeur et que nous ne sommes pas obligés de "remettre les compteurs à zéro" à la récolte.
Si les plantes pérennes sont faciles à introduire dans les systèmes avec de l’élevage qui vont pouvoir mettre en place des prairies, nous pouvons continuer de pousser la réflexion sur les systèmes en grandes cultures sur l’exemple de ce qui se fait avec la mise en place de céréales dans des luzernes vivantes.


1er
juin
2016

Couvrir l’inter-rang du maïs : et si on allait plus loin que le trèfle blanc ?

Stefan Zehetner, agriculteur américain, expérimente depuis plusieurs années le semis de couverts en inter-rang dans le maïs.
Sur tous les essais réalisés au cours des dernières années, il a constaté que si le semis était réalisé après le stade 6 feuilles du maïs, le couvert inter-rang se développait mal, faute d’une mauvaise installation.
Après avoir fait des essais avec une seule espèce, il s’est laissé tenté par les couverts multi-espèces et reste sur ce choix car il est convaincu de développer et de stimuler davantage la vie du sol.

  • Semis du couvert au quad
  • Le couvert multi-espèces sous le maïs
  • Le couvert sous le maïs prêt à être récolté
  • Le couvert après récolte du maïs

Sur les photos, le couvert est implanté à la volée avec le quad au stade 4-5 feuilles du maïs. Dans ce mélange, il a mis du ray-grass, du trèfle incarnat, du mélilot, du trèfle hybride, du trèfle blanc, du trèfle rouge, de la vesce, du colza nain, de la navette et du radis.
A la récolte du maïs, il laisse ce couvert en place pendant tout l’hiver. Il implante l’année suivante un soja ou un maïs à nouveau.


15
avril
2016

Pâturage tournant en Roquefort

Pâturage tournant en Roquefort
Voici un "rapide" cliché pris lors d’une vadrouille dans le berceau de l’appellation Roquefort.
Ce coteau a été scindé en plusieurs parcelles de tailles à peu près équivalente, ce qui permet un pâturage tournant (on distingue, en effet, la troupe de brebis dans la parcelle du haut, au milieu). Objectif du pâturage tournant : améliorer la productivité de l’herbe (les parcelles laissées libres ont le temps de se régénérer entre deux passages des animaux) et, bien sûr, améliorer la qualité du lait.