Mardi 2 octobre 2018

Frédéric Thomas

Après une formation BTA/BTS, suivie de nombreux séjours aux États-Unis et en Australie, Frédéric Thomas devient professeur de mécanique et d’agronomie dans un lycée agricole, puis débute son activité de conseil de terrain en matière de simplification du travail du sol.En 1999, il crée la revue « TCS » spécialisée dans les techniques sans labour.

Également agriculteur en Sologne, il cultive des terres sableuses hydromorphes à faible potentiel. En associant les techniques sans travail du sol, la conception de nouvelles rotations de cultures, les couverts végétaux et les apports de compost, il a réussi à améliorer la fertilité de ses sols.

Il est aujourd’hui l’un des acteurs du développement de l’agriculture de conservation en France.

Rémunérer les agriculteurs pour les services qu’ils rendent à la société

L’agriculture de conservation des sols favorise le stockage du carbone dans les sols et contribue ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique. L’ONG « The forest trust » travaille avec différents acteurs du monde agricole sur une méthodologie de quantification du carbone stocké dans les sols. L’objectif : développer ces pratiques culturales et rémunérer les agriculteurs pour les services qu’ils rendent à la société.

Voir en ligne : Rémunérer les agriculteurs pour les services qu’ils rendent à la société