KUHN S.A

4 Impasse Fabriques
BP 50060
67706 Saverne CEDEX
Tél : 03 88 01 81 00
Fax : 03 88 01 81 01

  • CIPAN de moutarde
  • Kuhn Espro : Semis de blé dans un couvert de moutarde en un seul passage
  • Colza en semis direct associé à une féverole
  • Kuhn- faucher les chaumes pour lutter contre les mulots
-

Le dernier article publié

Rénovation des prairies en semis direct… avec le semoir pour semis simplifié ESPRO

Voir l'article

Le mercredi 21 septembre 2016, la chambre d’agriculture de la Corrèze a organisé une journée sur le thème de la rénovation des prairies en semis direct. Elle a débuté par une Intervention de Thierry Savaroche (Ets Jaladi) et Benoît Lac (Chambre d’agriculture 19) présentant les généralités, les précautions à prendre et les espèces fourragères adaptées à la rénovation de prairies en semis direct.
Rappel des précautions à prendre :
Anticiper suffisamment la destruction du couvert végétal en place avant la (...)

JPEG - 261.8 koLe mercredi 21 septembre 2016, la chambre d’agriculture de la Corrèze a organisé une journée sur le thème de la rénovation des prairies en semis direct. Elle a débuté par une Intervention de Thierry Savaroche (Ets Jaladi) et Benoît Lac (Chambre d’agriculture 19) présentant les généralités, les précautions à prendre et les espèces fourragères adaptées à la rénovation de prairies en semis direct.

Rappel des précautions à prendre :
- Anticiper suffisamment la destruction du couvert végétal en place avant la rénovation afin de limiter les problèmes de concurrence, et les effets allélopathiques de l’agrostis stolonifère (graminée diffusant des substances anti-germinatives qui empêchent les plantes situées autour d’elles de se développer).
- Opter pour des espèces à germination rapide (RGI, RGH, RGA, Trèfles…) et des variétés agressives et dominantes.
- Privilégier un apport d’engrais starter localisé au semis.
- Rester vigilant sur les attaques de limaces qui consomment les graines et plantules.
- Éviter les semis trop profonds (1 cm maximum).
- Semer en terre suffisamment chaude pour optimiser la vitesse de levée.
- Analyser les raisons pour lesquelles la prairie est dégradée : absence ou insuffisance de pâturage tournant, surpâturage, acidité des sols, sècheresse, déficit ou déséquilibre de fertilisation,…

JPEG - 290.2 koLes différentes marques ont ensuite présenté leur matériel. Sur les 4 semoirs, 3 étaient spécifiquement pour le semis direct. Seul l’ESPROde KUHNest un semoir polyvalent pour semis simplifiés.
Dans cet exercice, le travail des disques de déchaumage n’est pas souhaité. La polyvalence du semoir ESPRO et sa conception modulaire permet d’utiliser uniquement la barre de semis, par une simple sélection depuis le terminal ou le joystick, afin de relever les disques de travail.

Suite à la présentation des semoirs, les essais ont eu lieu. Chaque semoir devait semer sur une parcelle présentant 3 modalités de semis :
- une bande témoin ayant été simplement pâturée.
- une bande traitée au préalable au glyphosate, 10 jours avec les semis pour détruire le couvert.
- une bande broyée à ras pour ralentir le couvert en place.

JPEG - 213.4 koLors de l’essai, nous avons pu observer la qualité de semis des différents semoirs présents. Malgré le fait que l’ESPROne soit pas un semoir de semis direct, il a permis une très bonne mise en terre des semences. En effet, l’ESPROest très bien adapté aux semis de régénération de prairies. La barre de semis CROSSFLEXet ses doubles disques décalés de 41 mm offrent une très bonne qualité de pénétration, malgré une pression plus faible par rapport aux semoirs 100% directs. De plus, le décalage des disques et son écartement réduit limitent le foisonnement de terre. La roulette de rappui favorise le contact sol/grain et la fermeture du sillon. Autre point important pour la régénération des prairies : la pression et la profondeur de semis sont des réglages indépendants. Il a donc été possible de mettre de la pression pour la pénétration des éléments semeurs tout en conservant une faible profondeur de semis (1 cm).

Après avoir fait des essais avec différents semoirs, la chambre d’Agriculture a également procédé à des essais avec différents mélanges de semences :
-  Mélange 1 : 5kg/ha chicorée + 5 kg/ha trèfle hybride
-  Mélange 2 : 5 kg/ha plantain + 5 kg/ha trèfle hybride
-  Mélange 3 : Fléole/fétuque/ray-grass et mélanges trèfles blancs

Le semoir ESPROde KUHNa été choisi pour réaliser le semis de ces différents mélanges.

L’essai ayant été réalisé en septembre, il a été fortement pénalisé par la sècheresse qui s’est étendue jusqu’en octobre. Pour ce qui est des levées, il est à ce jour impossible d’en tirer des conclusions, hormis que les levées ont été meilleures sur la modalité où la prairie a été détruite avec le glyphosate. Autre constat : le plantain et la chicorée ont mieux réussi à s’implanter que les autres semences.


Les autres articles

Le semoir KUHN ESPRO : un taux de levée élevé pour une récolte optimale

Voir l'article

Lors de l’été 2015, KUHN a mis en place un essai agronomique dans la plaine alsacienne afin d’évaluer la qualité de semis de son semoir TCS ESPRO face à un semoir présent sur le marché. La culture semée, en sol limono-argileux, était un colza d’hiver hybride. Le dispositif expérimental comportait 3 répétitions pour chaque semoir, réparties aléatoirement dans la parcelle d’essai.
La réussite de l’implantation d’un colza s’évalue par la vitesse de levée, la structure du peuplement obtenue et la qualité de la (...)

JPEG - 200.6 koLors de l’été 2015, KUHN a mis en place un essai agronomique dans la plaine alsacienne afin d’évaluer la qualité de semis de son semoir TCS ESPRO face à un semoir présent sur le marché. La culture semée, en sol limono-argileux, était un colza d’hiver hybride. Le dispositif expérimental comportait 3 répétitions pour chaque semoir, réparties aléatoirement dans la parcelle d’essai.

La réussite de l’implantation d’un colza s’évalue par la vitesse de levée, la structure du peuplement obtenue et la qualité de la croissance racinaire, du pivot en particulier (J.Labreuche et al., 2014). Afin d’atteindre au mieux ces objectifs, la combinaison des interventions sur la parcelle a été choisie en tenant compte de l’état du sol : un horizon très sec en surface comme en profondeur dû à l’absence de précipitations sur la période précédant et suivant le semis, et une importante quantité de paille issue du blé d’hiver précédent.

JPEG - 191.5 koAprès la récolte, l’agriculteur qui a confié sa parcelle au constructeur avait procédé à un premier déchaumage à l’aide d’un déchaumeur à dents et à disques. Le jour du semis, un second déchaumage a été réalisé avec le déchaumeur à disques indépendants KUHN OPTIMER. Le semis a été réalisé dans les 2 heures qui ont suivi afin d’éviter un assèchement trop important en surface.

L’ensemble de ces opérations, combinées au travail du semoir ESPRO, a permis de créer un lit de semence optimal avec une répartition homogène des résidus dans l’horizon travaillé et avec un degré d’affinement de la structure suffisant pour assurer un bon contact sol/graine.

Ces opérations ont également permis de maintenir la structure du sol et donc d’éviter les risques d’érosion et de battance, phénomènes relativement fréquents en sol limoneux à cette période de l’année. Le rappui homogène du sol par le train roulant central du semoir KUHN a aussi réduit le risque de limaces (ennemies numéro 1 du colza à la levée) et l’évaporation, en limitant la formation d’un lit de semence trop creux.

Les jours suivants le semis, des comptages de levées ont été réalisés dans chaque micro-parcelle de l’essai. 3 micro-parcelles étaient établies par semoir et 3 placettes étaient comptées, ce qui fait 9 comptages par semoir sur plusieurs jours pendant trois semaines après le semis. La tendance globale du test [1]montre un meilleur taux de levées avec le semoir KUHN ESPRO (jusqu’à 20%) ainsi qu’une plus faible variabilité (écart-type de 6 contre 7) entre les différents comptages par rapport au semoir présent sur le marché comparé. A noter que les conditions sèches ont pénalisé les levées sur l’ensemble des modalités.

Ci-dessous, nous pouvons constater le résultat des levées du colza sur chaque photo avec la barre de semis CROSSFLEX avec profil en croix sur le semoir KUHN ESPRO du côté gauche de la photo, en comparaison avec une autre barre de semis présente sur le marché disposant d´un profil carré du côté droit de la photo.

Développement du colza

L’élément de semis CROSSFLEX du semoir ESPROest monté sur une barre dont le profil en croix, combiné aux plots en polyuréthane, permet un placement de la semence précis et régulier par les doubles disques à la position souhaitée (profondeur et pression) même à des vitesses d’avancement élevées. Le rappui des roues plombeuses suivi du passage des herses de recouvrement permet de créer un environnement qui assure les transferts de l’air, de l’eau et de la chaleur favorisant ainsi une bonne oxygénation des semences.

Le semoir KUHN ESPRO a montré dans ce test une levée dynamique et un peuplement homogène permettant une croissance aérienne capable de résister aux différents bioagresseurs et de concurrencer les adventices, conditions indispensables pour obtenir un bon rendement.

En 2016, KUHN a d’ores et déjà prévu de nouveaux tests pour mesurer les performances de son semoir ESPROet des autres machines de la gamme. Affaire à suivre…

JPEG - 62.1 ko

[1Données établies lors d’un test interne réalisé en 2015. Les résultats peuvent varier selon les conditions de travail et les équipements des machines. La barre de semis du semoir présent sur le marché comparé disposait d’un profil carré.


Refaucher les chaumes pour lutter contre les mulots

Voir l'article

Les faucheuses KUHN sont utilisées pour faucher une grande variété de fourrage (luzerne, méteil, trèfles,…) de part de monde. Mais, elles sont aussi utilisées dans le cadre particulier des itinéraires en semis direct pour répondre à la problématique de la refauche des chaumes de pailles après le semis.
En semis direct, chaque détail compte. Dès la récolte, il faut déjà penser à la culture suivante ! La hauteur de coupe peut influencer ou handicaper le semis de la culture suivante. Pour un semis de qualité, (...)

Kuhn- faucher les chaumes pour lutter contre les mulotsLes faucheuses KUHN sont utilisées pour faucher une grande variété de fourrage (luzerne, méteil, trèfles,…) de part de monde. Mais, elles sont aussi utilisées dans le cadre particulier des itinéraires en semis direct pour répondre à la problématique de la refauche des chaumes de pailles après le semis.

En semis direct, chaque détail compte. Dès la récolte, il faut déjà penser à la culture suivante ! La hauteur de coupe peut influencer ou handicaper le semis de la culture suivante.
Pour un semis de qualité, une implantation dans un environnement sol/graine idéal avec un minimum de paille en fond de sillon est essentielle.

Les agriculteurs en semis direct conservent des chaumes relativement hautes ce qui a comme inconvénient de favoriser la prolifération des mulots. Les hauts chaumes les protègent de leurs prédateurs tels que les rapaces. La refauche des chaumes est une solution pour limiter cette prolifération de mulots. En complément de cette méthode qui améliore la prédation, des nichoirs à rapace peuvent être installés dans la parcelle.

La gamme de faucheuses GMD peut être utilisée pour mettre en place cette technique. Cette gamme de 1,60 m à 9,90 m apporte une solution économique avec un débit de chantier important.

Côté pratique :
1. Pour améliorer la longévité de la machine dans cette utilisation innovante, le réglage de l’allégement LIFT-CONTROL est très important. Son augmentation permet de réduire la pression sur le sol et donc de limiter l’usure.
2. Dans les conditions pierreuses, les semelles surélevées sont un plus pour protéger la barre de coupe tout en garantissant une hauteur de fauche convenable (environ 10 cm).

Les mulots en bref :
- 1 à 4 portées par an
- 4 à 9 petits par portées
- perte de rendement de 40 à 70% (agriculturedewallonie.be)


KUHN SH 600 : Autonomie et qualité de semis incomparable

Voir l'article

Des précurseurs de l’agriculture de conservation se sont intéressés aux couverts végétaux il y a plus de 20 ans. Par la suite ils se sont démocratisés avec la première directive nitrate leur associant le nom de CIPAN (Culture Intermédiaire Piège à Nitrates).
Aujourd’hui incontournables dans la nouvelle PAC, les cultures intermédiaires sont incluses dans les SIE au même titre que les haies, bandes tampons et les jachères. Obligatoire dans toutes les inter-cultures longues, ces engrais verts, appelés de (...)

Kuhn SH 600Des précurseurs de l’agriculture de conservation se sont intéressés aux couverts végétaux il y a plus de 20 ans. Par la suite ils se sont démocratisés avec la première directive nitrate leur associant le nom de CIPAN (Culture Intermédiaire Piège à Nitrates).

Aujourd’hui incontournables dans la nouvelle PAC, les cultures intermédiaires sont incluses dans les SIE au même titre que les haies, bandes tampons et les jachères.
Obligatoire dans toutes les inter-cultures longues, ces engrais verts, appelés de manière trop restrictive « CIPAN », doivent être vus comme une bonne opportunité de valoriser votre capital sol.

Reconnus pour leur fonction de piège à nitrates, ces engrais verts peuvent même devenir une source d’azote dans votre rotation grâce à l’incorporation de légumineuses dans le mélange. De plus, grâce aux systèmes racinaires très variés selon les espèces associées, de nombreux éléments (P, K, S…) du sol deviennent assimilables pour les cultures suivantes. Les racines parcourant tout l’horizon amélioreront significativement la porosité, la stabilité et la résilience de la structure de votre sol. Les résidus laissés par le couvert alimenteront le cycle du carbone. De plus, l’érosion sera grandement diminuée, l’infiltration augmentée et l’activité biologique démultipliée.

Cependant, il est primordial de soigner le semis pour espérer en retirer tous les avantages de ce couvert.

Dans ce contexte de volonté d’augmenter le débit de chantier, de limiter les coûts d’implantation, mais aussi de valoriser les semences (parfois chères), KUHN vous propose d’allier le déchaumage au semis de qualité grâce aux nouveau SH 600.

Le SH 600, doté d’une trémie de 600 litres, vient se positionner en chef de file de la gamme actuelle des SH (200 et 400 litres). Avec sa grande autonomie et sa distribution de haute qualité, il permet de semer sur des largeurs allant jusqu’à 9 mètres.

Équipé d’un doseur volumétrique par cannelures type Venta, il permet de semer tous types de graines à des densités variant de 1 à 430 kg/ha. Grâce à sa tête de répartition (16, 20 ou 24 sorties), l’écartement de semis varie en fonction des largeurs entre 25 et 35 cm. La répartition homogène des graines est assurée par des éclateurs montés avant le rouleau. Ce dernier, indispensable, assure un rappui suffisant pour un contact terre-graine optimal.

Grâce à son boitier de contrôle Quantron S2, reconnu sur les semoirs pneumatiques Venta, sa simplicité et sa rapidité de réglage sont gages de semis réussis. Ce boitier permet de gérer : la modulation du dosage électrique, l’anticipateur de rotation et d’arrêt du doseur, l’assistant réglage de la dose, la surveillance électronique (niveau de semence, régime de soufflerie, rotation du doseur).

Disponible sur les PERFORMER, CULTIMER L 1000 et DISCOLANDER, le SH 600 vous assurera un semis de qualité et un grand débit de chantier.
Le SH 600 peut aussi équiper toute machine de déchaumage présente sur votre exploitation.


Semis direct sous couvert avec un semoir pour semis simplifié : ESPRO

Voir l'article

Semis sous couvert en TCS Le semis direct est riche en diversité et en technicité. L’ESPRO est un semoir rapide qui réalise des semis sur sols préparés, labourés mais aussi en direct sur chaumes ou sous couvert.
Cette dernière technique peut paraitre surprenante mais ses avantages agronomiques sont indéniables :
La double rangée de disques à l’avant de la machine détruit le couvert et réalise un mulch en surface. Le travail des disques favorise la décomposition du couvert, tout en conservant la (...)

Semoir Kuhn EsproSemis sous couvert en TCS Le semis direct est riche en diversité et en technicité. L’ESPRO est un semoir rapide qui réalise des semis sur sols préparés, labourés mais aussi en direct sur chaumes ou sous couvert.

Cette dernière technique peut paraitre surprenante mais ses avantages agronomiques sont indéniables :

- La double rangée de disques à l’avant de la machine détruit le couvert et réalise un mulch en surface. Le travail des disques favorise la décomposition du couvert, tout en conservant la matière organique en surface.
- Le travail du sol contribue à son réchauffement et à favoriser un démarrage plus rapide de la culture.
- Notons aussi que le semoir ESPRO permet une destruction mécanique du couvert et un semis de qualité en un seul passage.

Le semis sous couvert avec l’ESPRO apporte ainsi des réponses aux besoins de l’agriculture de conservation, aide et offre une solution économique aux agriculteurs en cours de transition vers le semis direct et apporte une solution pour détruire les couverts en agriculteur biologique.

Le semoir ESPRO en quelques mots.

Ce semoir rapide se compose de 2 rangées de disques, suivies par une rangée de pneus puis par la nouvelle barre de semis CROSSFLEX. Le semoir ESPRO, c’est aussi 2 innovations majeures :
- des roues de grand diamètre (900 mm), au profil exclusif décalées et équipées de crampons prédominants pour un affinage idéal du lit de semence.
- une barre de semis CROSSFLEX assurant une levée homogène grâce à un maintien des élastomères par un profil en croix pour un meilleur suivi du terrain.

Côté pratique

1. Le semoir ESPRO est capable de semer en direct dans une grande diversité de couverts végétaux : moutarde, avoine, phacélie, différents types de mélanges, … et de résidus de cultures : chaume de blé, de maïs, … Dans le cas d’un couvert dense, la vitesse d’avancement doit être plus élevée, dans la limite du raisonnable afin de ne pas altérer la qualité du semis.

2. Pour un travail optimal, il est conseillé de régler les disques de préparation du sol à environ 5-6cm. C’est un bon compromis entre destruction du couvert, préparation du lit de semence et puissance consommée. A noter, le rouleau Packer à l’avant permet de coucher le couvert, casser les tiges dans le cas de couverts ligneux avant le travail de préparation des disques.

3. Les réglages de la pression de la barre de semis ont également toute leur importance. Il faut trouver un juste milieu entre pression de terrage, de rappui et passage des résidus. En présence de résidus humides, une pression trop importante peut ralentir leur flux et freiner les disques de semis. Pour pallier cet effet, vous avez la possibilité de diminuer la pression de terrage ou d’augmenter la vitesse d’avancement.

Kuhn Espro : Semis de pois protéagineux directement dans un mélange avoine-moutarde

Kuhn Espro : Semis de céréale directement dans un couvert avoine vesce phacélie

Kuhn Espro : Semis de blé dans un couvert de moutarde en un seul passage


Valorisation des effluents liquides avec le STRIGER KUHN

Voir l'article

Lors d’une journée qui s’est déroulée le 11 décembre 2014, KUHN a présenté une technique d’enfouissement d’effluent d’élevage avec le Striger. KUHN profite aujourd’hui de son expérience en Allemagne et en Italie, pour diffuser cette technique en France. Les agriculteurs, entrepreneurs et méthaniseurs, majoritairement du grand ouest de la France ont pu apprécier les différentes présentations faites par Arvalis, la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne ainsi que l’Université d’Hohenheim en Allemagne. (...)

Lors d’une journée qui s’est déroulée le 11 décembre 2014, KUHN a présenté une technique d’enfouissement d’effluent d’élevage avec le Striger. KUHN profite aujourd’hui de son expérience en Allemagne et en Italie, pour diffuser cette technique en France. Les agriculteurs, entrepreneurs et méthaniseurs, majoritairement du grand ouest de la France ont pu apprécier les différentes présentations faites par Arvalis, la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne ainsi que l’Université d’Hohenheim en Allemagne. KUHN réalise avec cette université une étude de 3 ans sur l’enfouissement de lisier ou digestat de méthanisation. Cette étude a pour but de donner à terme des informations concernant la dose, la profondeur et la date d’apport en fonction de la teneur du produit et de la culture (Colza ou Maïs).

Voici quelques résultats qui ont pu être présentés lors de cette journée

JPEG - 196.7 koSuite à un rappel des règles d’épandages en Bretagne / Pays de la Loire et des facteurs de volatilisation (forme Uréique ou Ammoniacale, température, vent et pluviométrie pendant ou dans les heures suivant l’épandage) Arvalis a présenté les résultats d’étude sur la volatilisation. Il en ressort qu’un enfouissement, ne serait-ce qu’à 5 -10 cm de profondeur réduit de 60 à 100 % les pertes par volatilisation. En revanche, un appareil type déchaumeur à disque indépendant ou encore un appareil type chisel aura tendance à laisser une partie de l’apport en surface ou en contact avec l’air. Les pertes seront certes limitées mais dans une moindre mesure. Ces résultats ont été complétés par la Chambre d’agriculture régionale de Bretagne. Les résultats sont présentés dans le graphique ci-dessous. L’enfouissement complet avec une couverture parfaite de l‘apport permet de limiter au maximum (90 à 100 %) les pertes. L’enfouissement avec le Striger et la technique la plus adaptée à la réduction des pertes par volatilisation.

Grâce à ce tableau et ce graphique on remarque une influence importante de la méthode d’apport. En enfouissant les effluents liquides, l’efficacité de l’apport est nettement augmentée. De même, dans le cadre d’un apport sans enfouissement, les conditions climatiques ont un rôle très important. L’enfouissement permet de conserver une efficacité importante et ce peu importe les conditions. Il serait peut-être envisageable de réduire la dose apportée à l’hectare tout en conservant une efficacité importante ou au contraire, conservé la même dose d’apport mais aboutir à un rendement plus important grâce à une excellente utilisation de l’effluent.

Les intérêts de la localisation des effluents liquides sont donc nombreux. Les mêmes constatations peuvent être faite avec de l’urée 46 (forme 100 % uréique) ou Solution 39 (Forme 50 % uréique – 25 % ammoniacale et 25 % nitrique). L’apport localisé de ces produits permet d’améliorer de manière significative leur efficacité.

L’université d’Hohenheim a clôturé les interventions de la matinée avec la présentation de recherches allemandes sur la volatilisation et les premiers résultats d’essai. L’étude est menée conjointement avec KUHN et Garant KOTTE, constructeur de tonne à lisier en Allemagne.

Différentes recherche bibliographique ont montré qu’un travail simultanée ou 1 heure après l’apport permettait de limiter de 90 % la volatilisation. En revanche, un enfouissement 4 heures après l’épandage ne limite que de 50 % la volatilisation.

Les résultats de cette première année ne permettent pas de donner des préconisations exploitables en tant que telles. Les résultats 2014 seront corrélés avec ceux de 2015 et 2016 et feront l’objet d’une restitution globale. En revanche, il est possible de donner quelques points important à prendre en compte. Dans un premier temps, il est important que le travail du Striger avec la tonne à lisier aboutisse à un lit de semence parfait avec un lisier bien recouvert Le Striger KUHN évolue avec la tonne à lisier et place le lisier à environ 15 cm de profondeur (30m3/ha sur la photo du centre). Il travaille dans un couvert gelé de seigle (peu développé). Quelques jours après le passage, le semoir monograineMAXIMA 2 positionne la graine à 4 cm de profondeur. Les sols noirs ont un réchauffement rapide permettant de limiter le délai entre la préparation du sol et le semis. Dans ces sols légers, un délai important engendrerait une ligne trop sèche et pénaliserait la levée du maïs. La semence est donc placée à 10-12 cm du lisier. Différentes profondeur d’apport ont également mis en avant qu’une graine trop proche du lisier ou digestat de méthanisation perdait énormément de ces facultés germinatives. Il est préférable de viser une distance Graine – Digestat de l’ordre d’une dizaine de centimètre. De même, un lisier trop frais aura tendance à dégager beaucoup d’ammoniac qui pénalisera la germination.

En Allemagne, les entrepreneurs travaillent beaucoup avec des retardateurs de libération d’azote partant du graphique d’utilisation des éléments ci-dessous.

En effet, le maïs n’a pas réellement besoin d’azote en début de cycle mais plus aux alentours de 6 – 8 feuilles notamment lors de la détermination du potentiel épi. Un apport quelques jours avant le semis sans retardateur aura tendance à perdre en efficacité avant les besoins essentiels du maïs. L’utilisation de produit type PIADIN® permet une libération plus tardive de l’azote est une assimilation par la plante lorsque celle-ci en a réellement besoin.

Des essais menée en North Rhine – Westphalia ont montré l’intérêt de ce retardateur comme le montre le graphique ci-dessous :

En effet, le retardateur semble apporter légèrement plus de rendement. A hauteur de 3 L/ha, l’utilisation de ce type de produit peut être conseillée.

Pour terminer, l’étude a également montré les économies réalisables entre le Striger et un travail conventionnel. Pour ce faire, un comparatif de tarif a été fait chez un entrepreneur proposant à ces clients la technique conventionnelle ou l’enfouissement de lisier avec le Striger. Les chiffres sont consignés dans le tableau suivant :

L’augmentation de l’efficacité de l’engrais permettrait également de réduire les doses d’engrais minéral apportées en culture. Cette première année d’étude a permis de dessiner quelques tendances qui seront confirmées et étoffées dans les années à venir notamment avec l’utilisation de différents couverts végétaux et de retardateur de libération d’azote. De même, la thématique du semis à 60 cm d’écartement sera abordée et l’étude se verra de ce fait agrémenter avec la culture du colza. Pour finir, des comparaisons seront mise en place entre Strip Till et technique conventionnelle ainsi qu’entre une fertilisation toute organique ou toute minérale. KUHN propose aujourd’hui des équipements permettant de répondre aux futures réglementations environnementales Française. En effet, l’utilisation d’appareils d’enfouissement est déjà obligatoire dans différents pays d’Europe notamment en Europe du Nord.


Meilleurs voeux pour l’année 2015

Voir l'article

En ce début d’année 2015, le Groupe KUHN souhaite à tous les lecteurs du site www.agriculture-de-conservation.com une excellente année 2015. Que celle-ci vous apporte, joie, bonheur et santé dans vos foyers. Ensemble, faisons en sorte que cette année soit synonyme de rentabilité, efficacité et amélioration des sols. KUHN, cette année encore, ce veut proche des agriculteurs pour une adéquation parfaite entre vos attentes techniques – agronomiques et nos machines. Nous vous donnons également rendez-vous (...)

JPEG - 82.9 ko

En ce début d’année 2015, le Groupe KUHN souhaite à tous les lecteurs du site www.agriculture-de-conservation.com une excellente année 2015. Que celle-ci vous apporte, joie, bonheur et santé dans vos foyers. Ensemble, faisons en sorte que cette année soit synonyme de rentabilité, efficacité et amélioration des sols. KUHN, cette année encore, ce veut proche des agriculteurs pour une adéquation parfaite entre vos attentes techniques – agronomiques et nos machines. Nous vous donnons également rendez-vous au SIMA pour découvrir et échanger autour des matériels KUHN.


Optimer + : L’efficacité à haute vitesse

Voir l'article

Outils de déchaumage à disques indépendants, l’Optimer + est un appareil idéal pour la réalisation de déchaumages superficiels de qualité à haute vitesse. Il facilite la réalisation de faux semis, la décomposition de la matière organique et permet de conserver un maximum d’humidité dans le sol. Sa polyvalence lui permet également de reprendre des préparations profondes afin de réaliser un bon lit de semence. Son dégagement sous châssis important (le plus grand du marché) repousse ses limites d’utilisation (...)

Outils de déchaumage à disques indépendants, l’Optimer + est un appareil idéal pour la réalisation de déchaumages superficiels de qualité à haute vitesse. Il facilite la réalisation de faux semis, la décomposition de la matière organique et permet de conserver un maximum d’humidité dans le sol. Sa polyvalence lui permet également de reprendre des préparations profondes afin de réaliser un bon lit de semence. Son dégagement sous châssis important (le plus grand du marché) repousse ses limites d’utilisation dans les résidus et les couverts végétaux. Il est doté de moyeux lubrifiés à vie pour réduire votre temps de maintenance. Pour des travaux de 3 à 5 cm, privilégiez les disques petits créneaux, et les disques grand créneaux pour un travail plus intensif. Optimisez votre appareil pour du semis avec l’option SH ou tête de distribution pour trémie frontale (TF 1500). Le choix du rouleau Tube – T-Ring – T-Liner ou Packliner permet un rappuyage adapté aux différents types de sol.

Profitez de tous ses avantages sur toute la gamme, de 3 à 7.5 m en version portée fixe ou repliable mais aussi en version trainée.

Ils témoignent de l’utilisation de leur Optimer + :

Déchaumeur Cultimer KuhnOptimer + 5003 – Rouleau PackLiner avec TF 1500 – Centre de la France : « L’Optimer + 5003 combiné avec la TF me permet de semer mon mélange de couvert : Moutarde – Phacélie – Radis Chinois et 3 types de trèfles de manière simple et rapide. Le rouleau Packliner assure le rappui du sol et le contact terre graine pour une levée homogène sur toutes la parcelle. »


Déchaumeur Cultimer Kuhn repliableOptimer + 403 R – Rouleau T-Liner – Normandie : « Suite à un déchaumage à dent à 12 cm, l’Optimer + me permet de préparer mes terres pour les semis d’automne. A 6 cm de profondeur, il détruit les repousses de colza, de blé mais aussi les graminées type Ray Grass - Vulpin et assure un nivellement parfait de la parcelle. Le rouleau T-Liner termine le travail. J’ai choisi le T Liner pour sa capacité à passer dans mes sols pierreux (silex). Le SDLiner 3000 me permet également de semer sans bouleverser le sol et limiter les relevées entre rang. Avec l’Optimer +, j’ai retrouvé les intérêts du déchaumage superficiel pour la gestion des adventices et des limaces. »


Strip-till Striger : Disques de reprise de printemps

Voir l'article

Les disques de préparation, intéressants, passionnants et dans certaines conditions indispensables...
Le point de vue de P. Oberli, utilisateur émérite du Striger avec disques de préparation de printemps : « J’observe de plus en plus que la limite de la technique Strip Till est souvent la création du bon lit de semence, la clef de la réussite de la technique réside à la faculté de créer assez de terre fine, c’est le nerf de la guerre... avec les disques il y a toutes les chances d’y arriver.
Ce (...)

Disques de reprise de printemps du Striger KuhnLes disques de préparation, intéressants, passionnants et dans certaines conditions indispensables...

Le point de vue de P. Oberli, utilisateur émérite du Striger avec disques de préparation de printemps : « J’observe de plus en plus que la limite de la technique Strip Till est souvent la création du bon lit de semence, la clef de la réussite de la technique réside à la faculté de créer assez de terre fine, c’est le nerf de la guerre... avec les disques il y a toutes les chances d’y arriver.

Ce printemps je les ai utilisés 2 à 3 jours avant le semis en profitant du passage pour y localiser du 18/46 dans le flux. Au semis, avec mon MAXIMA je me concentre sur l’essentiel : le semis ...

Je pense que théoriquement l’alimentation de la plantule se fera plus régulièrement avec l’engrais dans le flux (en 3D) qu’un système de bande étroite et évite la rupture d’alimentation d’azote jusqu’au moment où les racines puisent dans l’azote au fond (apportée avec la dent)

J’ai travaillé autour de 5 cm de profondeur à 12 km/h. Pour optimiser un maximum le système ST je réalise 3 passages en profitant à chaque passage pour apporter de la fertilisation.

1. passage d’automne avec la dent avec éventuellement du PK (en fonction des analyses de sol)
2. sortie d’hiver (en fonction de la législation ...) dent + urée (de préférence stabilisée)
3. quelques jours avant le semis avec les disques + 120 kg de 18/46 dans le flux

Avec ce système j’ai réussi à faire cette année les plus beaux semis de ma carrière ! »

Le point de vue du spécialiste Striger chez KUHN :

Avec les disques de préparation, vous limitez la puissance demandée par la machine et n’usez pas la dent de votre appareil. Pourquoi ne pas effectuer la reprise de printemps avec le tracteur qui effectue le semis, léger et surtout à la voie ? Comme le dit Mr Oberli, la fertilisation semble apporter un réel bénéfice. En effet, d’autres utilisateurs estiment également augmenter l’efficacité de leur apport en le localisant sur le rang. Sur le STRIGER et grâce à une TF 1500, vous tirez le meilleur de votre appareil et bénéficiez d’un équipement clé en main.


Nouvelle version du Cultimer traîné

Voir l'article

Le CULTIMER L est un déchaumeur à dents polyvalent : la nouvelle version du Cultimer traîné existe en 3 rangées de dents en 4-5-6 mètres (Modèles 4000/5000/6000)
C’est un outil idéal pour du déchaumage superficiel, médian et profond jusqu’à 35cm de profondeur, pour des déchaumages d’été, des préparations de sol d’automne et de printemps.
Il tire sa polyvalence de la diversité des pièces d’usure :
Soc patte d’oie 350mm pour du déchaumage superficiel de 3 à 7cm,
Pointe 80mm et ailettes 350mm (standard ou (...)

Le CULTIMER L est un déchaumeur à dents polyvalent : la nouvelle version du Cultimer traîné existe en 3 rangées de dents en 4-5-6 mètres (Modèles 4000/5000/6000)

C’est un outil idéal pour du déchaumage superficiel, médian et profond jusqu’à 35cm de profondeur, pour des déchaumages d’été, des préparations de sol d’automne et de printemps.

Il tire sa polyvalence de la diversité des pièces d’usure :
- Soc patte d’oie 350mm pour du déchaumage superficiel de 3 à 7cm,
- Pointe 80mm et ailettes 350mm (standard ou carbure) pour du déchaumage jusqu’à 15cm,
- Pointe 80mm seule pour un pseudo labour jusqu’à 35cm,
- Nouvelle pointe étroite 50mm pour un travail de fissuration profond ou un déchaumage en terrain dur pour une demande plus faible de puissance.

Ce nouveau modèle CULTIMER L est l’outil polyvalent pour vos préparations de sol. Ses spécificités techniques lui confèrent une qualité de travail exceptionnelle.

Atouts agronomiques :

1. Déchaumage et faux semis avec le soc patte d’oie jusqu’à 7cm : Décomposition des pailles accélérée par le contact des 3 facteurs : sol, humidité et air. Bonne levée des adventices par un positionnement superficiel de la graine.

2. Déchaumage médian jusqu’à 15cm avec ailettes : l’intérêt des ailettes est de maximiser le mélange terre paille en vue de sa dégradation naturelle dans les premiers centimètres du sol.

3. Préparation de sol avant semis : la polyvalence de l’appareil jusqu’à35cm de profondeur permet d’effectuer un pseudo labour en vue d’un semis de céréales par exemple.

4. Niveau de rappui de léger à fort en fonction du choix de rouleau : En fonction du type de sol et de l’exigence en terme de rappui, KUHN a adapté sa gamme de rouleaux avec le T-Liner 140kg/m et le Rouleau HD-Liner 600 avec 180 kg/m. Le T-Liner est léger et s’adaptera à des limons battants. Le HD-Liner sera préféré en terres fortes.

« J’apprécie la polyvalence de la machine pour mes déchaumages après moissons et pour mes préparations avant blé. En changeant seulement les ailettes, c’est rapide, et efficace.  »

« La stabilité de la dent dans mes sols argileux m’impressionne. Pas de pianotage, le travail reste homogène en profondeur. »


Ensemble, voyons plus loin

Voir l'article

KUHN partenaire du site www.agriculture-de-conservation.com vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année ainsi qu’une très bonne année 2014. Aujourd’hui, les lignes faites par le Striger profitent du gel pour vous offrir au printemps des conditions de semis optimales. Vos couverts commencent pour certains à faiblir à cause du gel. Ils vous permettront de nourrir votre capital sol. Nous avons appris beaucoup de ces 2 dernières années aussi bien au niveau agronomique – climatique et économique. Dans (...)

JPEG - 83.5 koKUHN partenaire du site www.agriculture-de-conservation.com vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année ainsi qu’une très bonne année 2014. Aujourd’hui, les lignes faites par le Striger profitent du gel pour vous offrir au printemps des conditions de semis optimales. Vos couverts commencent pour certains à faiblir à cause du gel. Ils vous permettront de nourrir votre capital sol. Nous avons appris beaucoup de ces 2 dernières années aussi bien au niveau agronomique – climatique et économique. Dans un environnement ou la gestion financière se complexifie, nous vous apportons des solutions concrètes pour la maitrise de vos charges et le respect de votre sol. Pour les années à venir nous vous accompagnons de manière efficace et précise et nous nous efforcerons de répondre du mieux possible à vos attentes pour faire avancer ensemble l’agriculture de conservation.


Témoignage de M. Destouches

Voir l'article

M. Destouches a commencé le semis direct en 2007 en utilisant un Semeato. Il s’agissait de l’un des seuls semoirs disponibles sur le marché à sa connaissance. Depuis ces débuts, il a participé à de nombreuses réunions, rencontres de spécialistes pour accroitre ses connaissances en matière de semis direct et de couverts végétaux. Au travers de ces diverses rencontres il a appris la présence sur le marché du semoir KUHN SD. En discutant avec d’autres agriculteurs, il s’est rendu compte que la machine avait (...)

Colza en semis direct associé à une féverole

M. Destouches a commencé le semis direct en 2007 en utilisant un Semeato. Il s’agissait de l’un des seuls semoirs disponibles sur le marché à sa connaissance. Depuis ces débuts, il a participé à de nombreuses réunions, rencontres de spécialistes pour accroitre ses connaissances en matière de semis direct et de couverts végétaux. Au travers de ces diverses rencontres il a appris la présence sur le marché du semoir KUHN SD. En discutant avec d’autres agriculteurs, il s’est rendu compte que la machine avait de très bons retours. Les agriculteurs possédant un SD KUHN lui ont également fait part de l’attention que portait KUHN sur les évolutions des techniques de semis pour concevoir des machines permettant de répondre au mieux aux besoins des agriculteurs. Lorsque M. Destouches a vu le SDLiner au Festival NLSD, il a tout de suite été intéressé. Il a eu l’occasion de se rendre à une démonstration auprès de son exploitation qui a renforcé son intérêt et l’a conforté dans sa volonté d’achat d’une machine.

Fenugrec dans un mélange d’inerculture semé derrière moisson (août 2013)

Durant les 6 dernières années, M. Destouches a continué les recherches sur le semis direct et les couverts pour augmenter ses compétences. Grâce à des essais constants et « l’apprentissage par l’erreur », M. Destouches s’est rendu compte de l’importance de la maitrise de la profondeur de semis (notamment pour les cultures d’hiver). Il cherche également à placer la graine dans un sol ayant un niveau d’humidité optimal ainsi qu’une structure favorable à la germination. Les périodes sont donc très souvent réduites, au moment du semis, la machine doit être fiable.

Pivot de colza semé en direct

L’expérience des dernières années l’ont amené à de nouvelles attentes sur le SDLiner notamment au niveau du système de disque ouvreur qu’il a adapté en provenance directe d’Amérique du Sud. Ces nouveaux disques ouvreurs ont une meilleure capacité de découpe au travers du couvert et créent un sillon exempt de résidus. Pour le colza, ces disques travaillent légèrement la ligne pour placer la graine dans des conditions de germination optimale avec une certaine proportion de terre fine créant un excellent contact sol/graine.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?