Cécile Waligora

  • Bousiers dans un crottin de cheval Tarpan
  • Petit îlot de graminées indésirables dans une orge cultivée en semis direct (photo : C. Waligora)
  • Berger et son chien
6
avril
2017

Oeufs d’avant Pâques

Nid de perdrix dans couvertC’est précoce cette année. Voici une photo d’un nid vraisemblablement de perdrix dans un très beau couvert de féverole, phacélie et radis chez Olivier Bilhé dans les Pyrénées Atlantiques.
L’oiseau aime en effet nicher dans des endroits protégés en plaine, souvent dans les haies. Ce couvert maintenu vivant jusqu’au semis prochain de maïs semble tout à fait lui convenir. Photo généreusement partagée par Marie-José Blazian d’Agro D’Oc


17
février
2017

Les couverts d’automne augmentent le taux de survie hivernal des abeilles

L’hiver est une saison difficile pour tous. Les insectes pollinisateurs, si essentiels à la reproduction des plantes, ne sont pas épargnés.
Une étude associant l’Inra, l’Acta et l’ITSAP-Institut de l’abeilles’est penchée sur les mécanismes biologiques impliqués dans la survie hivernale des abeilles mellifères.
Les scientifiques ont isolé une protéine, dotée de propriétés anti-oxydantes, la vitellogénine, dont la production assure une augmentation de 30 %, la probabilité de survie des abeilles en hiver. Ainsi, les colonies composées d’individus avec de forts taux de vitellogénine atteignent des taux de survie hivernale d’environ 90 %. Ce taux de survie n’est que de 60 % lorsque les insectes ont un faible taux de vitellogénine.

La production de cette protéine « de vitalité » est favorisée par la qualité de l’environnement dans lequel les insectes vivent et surtout celui présent à l’automne. Sans surprise, cette étude a ainsi montré l’importance de couverts fleuris et autres ressources liées aux habitats naturels. L’étude met ainsi en exergue l’impact positif des haies et lisières forestières mais aussi celui des couverts d’interculture implantés dès le mois de septembre et présentant des espèces appréciées des abeilles car hautement nutritives, telles que les moutardes blanche et brune, le trèfle d’Alexandrie, les vesces pourpre et commune, la phacélie et le tournesol.
Biomax canton Genève


23
décembre
2016

Drôles de bêtes sur des couverts

Il se passe des choses bizarres en Seine et Marne !

Chameaux dans des couverts

En AC, ces dernières années, un nombre grandissant de céréaliers fait le choix judicieux de réintroduire de l’élevage dans son système. Des moutons, le plus souvent, mais aussi des vaches, voire des volailles.
Mais des chameaux ! Voilà bien une idée très originale ! Et pourtant, ce sont bien des chameaux qui, cet automne, sont venus pâturer cette parcelle de couverts de Dominique Guyot, ACiste averti. Ce ne sont évidemment pas ses animaux mais ceux d’un cirque de passage sur Provins. Les propriétaires étaient ravis car voilà une nourriture intéressante pour leurs bêtes, qu’ils n’ont pas l’habitude d’avoir.

Alors, Dominique, quels effets de la bouse de chameau ???


5
décembre
2016

L’homme, l’agriculture, le chien

Berger et son chienLe chien, quelle que soit sa race (environ 400 à ce jour), est issu du loup gris. Les premières domestications ont eu lieu, au minimum, vers 15 000 ans avant JC.
Les dernières recherches en la matière évoquent deux grandes aires géographiques de domestication du loup gris : l’Asie et l’Europe, engendrant deux types d’ancêtres de chiens. A la faveur des migrations humaines, les chiens « asiatiques » auraient ensuite pris le dessus sur les chiens de type européen. Ces trouvailles sont aujourd’hui permises grâce à l’analyse de l’ADN où il est possible de comparer l’ADN de nos chiens actuels avec celui de loups actuels, de loups anciens et de chiens anciens, à partir de leurs fossiles.

La sélection de loups capables de digérer l’amidon...

C’est ainsi qu’on a fait la découverte suivante : une partie du génome du chien diffère de celui du loup par sa capacité à fabriquer des protéines rendant l’amidon plus assimilable (plus digeste). C’est alors qu’on a fait le lien avec l’agriculture. Au fur et à mesure du développement de l’agriculture et de formes de nourriture qui y sont liées (productions de céréales, de féculents), l’homme a progressivement sélectionné des loups puis des chiens s’adaptant à cette variante dans leur alimentation à l’origine quasi exclusivement carnée. Quant à la manière dont les premières domestications de loup gris se sont faites, il y a plusieurs pistes, l’une n’excluant pas l’autre : la récupération de louveteaux ou, tout bonnement, des loups s’approchant des camps humains, attirés par les restes de repas. La sélection a fait le reste ! Seuls les individus les plus à même de digérer des ressources riches en amidon ont perduré et, à la faveur d’évolutions de leur génome, ont engendré les chiens.

La domestication du loup qui a donné le chien est donc, semble-t-il, étroitement lié, au développement de l’agriculture.


31
octobre
2016

L’agroécologie en mode équine

Vous qui êtes particulièrement attentionné à votre sol, avez sans aucun doute remarqué l’état souvent déplorable des paddocks renfermant des chevaux : tassement des sols, présence récurrente des mêmes plantes qui sont délaissées (appelées refus), herbage de piètre qualité, perte de biodiversité etc.

Dégradation des sols par les chevaux
Le tassement des sols est l’une des conséquences d’une surexploitation des espaces dédiés aux chevaux

Les « pâtures » pour chevaux sont utilisées de deux façons par les propriétaires ou hébergeurs d’équidés :
-  Soit en pâture toute l’année. Un adage dit qu’il faut au minimum 1 ha par cheval pour couvrir ses besoins alimentaires, sachant qu’en hiver ou même autrement, un apport de foin sera en général nécessaire.
-  Soit en paddock de détente. C’est en général le cas pour des structures type centres équestres, écuries de travail où le pré n’a plus de fonction alimentaire puisque les chevaux sont nourris en intérieur mais une fonction de « défouloir – détente – plaisir » et maintien d’un minimum d’activité de pâturage s’il reste quelques touffes d’herbes.
Par défaut de connaissances agronomiques, de manque d’espace ou tout simplement parce que ce n’est pas une préoccupation majeure, les hébergeurs de chevaux se retrouvent donc avec des pâtures aux sols complètement déstructurés à force de surexploitation (surpâturage, piétinement, manque d’entretien). On ne prend pas le temps ou on ne peut tout simplement pas mettre cet espace au repos. Et pour les chevaux qui restent à l’année dehors, les espaces proposés ne sont même plus à même de leur fournir une nourriture de qualité et en quantité.

Il est possible d’arranger les choses, même si on ne peut pas, un temps, interdire l’accès aux chevaux pour refaire une structure et resemer. Dans la nature, lorsqu’ils ont l’espace suffisant pour assouvir tous leurs besoins (alimentation, déplacement, repos, abri contre les insectes ou les intempéries, grattage…), les chevaux ne « piétinent » pas 100 % de leur espace. Au contraire, ils utilisent des parcours pour se déplacer d’un endroit à un autre et donc d’une occupation à une autre. Ils ont ainsi des aires pour se nourrir, d’autres pour se reposer, d’autres encore pour se protéger etc. De ces observations est né un nouveau « concept », venu d’outre-Atlantique : le paddock paradise. Dans ce type de paddock, on propose ainsi aux pensionnaires équins des distributions de nourriture comme le foin à différents endroits répartis dans l’espace, un ou des abris également répartis, un approvisionnement en eau à un autre endroit etc. Les distributions de nourriture se font en petites quantités afin que les chevaux ne stagnent pas trop longtemps au même endroit. En général, on se base sur l’existence d’éléments naturels (arbres, haies, bosquets, bois, cours d’eau, dénivelé…) et on organise son paddock paradise en fonction.

Exemple de paddock paradise
Schéma d’un projet de paddock paradise conçu par l’une des spécialistes de l’agroécologie équine en France, Marie-Laure Guénot. A partir des éléments naturels déjà présents sur l’espace dédié aux chevaux, les parcours sont aménagés (clôtures), menant aux différents points d’attraction : nourrissage, eau, abri etc.

Cela a plusieurs conséquences :
-  « forcer » les chevaux à se déplacer d’un point à un autre comme ils le feraient au naturel, ce qui, psychiquement et physiquement, est très positif.
-  Eviter de « défoncer » les sols sur de trop grandes surfaces. Une sorte de control traffic pour chevaux !!! Seuls les chemins de parcours et les quelques aires dédiées à certaines fonctions sont « sacrifiées ». Il s’agit de développer un espace plus durable aussi pour les chevaux qui, en retour, doivent agir positivement sur celui-ci.

Paddock paradise
Seuls les parcours menant d’un point d’intérêt à une autre sont dégradés, laissant le reste de la pâture mieux s’épanouir et se régénérer.

Cette approche qui commence à faire des émules en Europe, a aujourd’hui son vocable, au-delà de la seule approche du paddock paradise : l’agroécologie équine où le cheval ne devient plus un élément détériorant de son environnement mais au contraire, un acteur de son agroécosystème, ce dernier devenant beaucoup accueillant pour lui et profitable.


7
octobre
2016

Action citoyenne pour les sols

PNG - 15.2 koEn dépit de leur importance primordiale, les sols ne sont toujours pas officiellement protégés au niveau national et européen. Même si beaucoup, sur le terrain, œuvrent depuis de nombreuses années à leur protection (on pense évidemment au développement de l’agriculture de conservation), trop de sols continuent à pâtir de pratiques agricoles délétères. Trop de sols disparaissent aussi ! Au profit, notamment, de l’asphalte. En France, les derniers chiffres Agreste révèlent l’artificialisation de 48 900 ha en moyenne et par an entre 2010 et 2015.
People4Soil, un réseau européen réunissant plus de 350 organisations (ONG, instituts de recherche, associations d’agriculteurs et groupes environnementaux), a donc décidé d’impliquer les citoyens européens dans une vaste collecte de signatures destinées à la Commission européenne afin qu’elle donne enfin un cadre de protection aux sols. Lancée en septembre 2016, la collecte de signatures est ouverte jusqu’au 11 septembre 2017, sur le site officiel www.people4soil.eu, et sur les sites des organisations membres. Objectif : réunir 1 million de signatures !



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?