[]

TMCE

PA GOGAL SUD
56920 ST GONNERY - FRANCE

Tel : 33 (0)2 97 38 41 41
Fax : 33 (0)2 97 38 40 10

Le dernier article publié

Booster l’action des mycorhizes avec le TMS

Voir l'article

Grâce à une étude menée par Welience Agro-Environnement, il a été prouvé que le TMS de l’entreprise TMCE a une action positive sur la présence et le développement de la mycorhi- zation. La fertilité du sol est alors boostée. Les résultats sont cohérents avec l’étude Welience en lien avec Genosol de 2013 sur les bactéries et champignons et 10 ans d’essai au CRA-W de Gembloux.
Les champignons endomycorhiziens (MA), capables de former une association symbiotique avec les racines des plantes, permettent (...)

Grâce à une étude menée par Welience Agro-Environnement, il a été prouvé que le TMS de
l’entreprise TMCE a une action positive sur la présence et le développement de la mycorhi-
zation. La fertilité du sol est alors boostée. Les résultats sont cohérents avec l’étude Welience en lien avec Genosol de 2013 sur les bactéries et champignons et 10 ans d’essai au CRA-W de Gembloux.

Booster l'action des mycorhizes avec le TMS Les champignons endomycorhiziens (MA), capables de former une association symbiotique avec les racines des plantes, permettent l’exploration d’un volume de sol 1 000 fois plus important que les racines seules ! En favorisant cette symbiose, les cultures
bénéficient d’apports accrus en nutriments (phosphore notamment) et en eau, mais profitent également d’autres atouts liés à la présence du champignon (voir encadré). En 2015, Welience Agro-Environnement a mené des travaux pour TMCE, afin d’étudier l’impact du TMS sur la mycorhization. En effet, le TMS, amendement minéral basique-engrais, permet d’améliorer la fertilité du sol (biologique, physique et chimique), en agissant positivement sur la flore microbienne et l’évolution de la matière organique dans le sol. « Pour évaluer l’impact du produit TMS sur les populations des champignons endomycorhiziens, nous avons utilisé deux approches : la première par mesure des paramètres de la mycorhization dans les racines des plantes ; et la seconde par dénombrement des spores MA et mesure du pouvoir endomycorhizogène des sols », explique Abdelwahad Echairi, chercheur à Welience et responsable de l’étude TMS. Les mesures ont été effectuées sur les parcelles de quatre sites expérimentaux en France (Lutz en Eure-et-Loir, et Soulanges dans la Marne), et en Belgique (essais CRA-W de Gembloux et Gentinnes), correspondant à différents types de sols. Dans chaque cas, les témoins sont comparés avec les parcelles fertilisées en TMS depuis 6 à 22 ans. Second point de comparaison : les pratiques de travail du sol, avec labour/non-labour, là aussi en mettant en parallèle le facteur avec et sans TMS. Les prélèvements des échantillons de racines ont été effectués au printemps, avec cinq répétitions dans chaque parcelle. Les racines
sont ensuite lavées abondamment à l’eau claire, puis colorées à l’encre noire pour estimer la biomasse fongique totale. Différents paramètres sont estimés après observation au microscope. La fréquence F%, reflète le nombre d’impact de champignon sur la racine. L’intensité M% qui est la capacité des MA à se développer dans le cortex racinaire au champ. Enfin, la teneur en arbuscules dans le système radiculaire A% qui reflète en principe le mieux les potentialités d’échanges symbiotiques de l’association endomycorhizogène en place, donc son efficacité.

Effet positif sur la mycorhization

Premier constat sur les analyses issues de l’essai au CRA-W de Gembloux : les champignons MA ont colonisé toutes les racines de blé et ont formé des arbuscules quels
que soient le traitement et la pratique culturale. En comparaison du témoin non traité, les parcelles avec TMS à Gembloux présentent un effet positif sur la mycorhization. « Cet
effet est significatif pour la fréquence de mycorhization, la teneur en arbuscules et l’intensité, seule l’intensité en non-labour présente une tendance positive mais non significative », détaille Abdelwahad Echairi. En comparant le nombre de propagules MA
viables des différentes modalités, on constate que l’échantillon TMS-Labour est le plus fourni, suivi du TMS-non labour, du Témoin-non labour et du Témoin-labour.

Pour le site de Gentinnes, la même tendance s’observe : les champignons MA ont bien colonisé les racines de blé en formant des arbuscules quels que soient le traitement et la pratique culturale. « Là encore, le TMS favorise la mycorhization des plantes de blé. Cet effet est plus net et statiquement significatif pour les paramètres F%, M% et A% dans la parcelle labourée, détaille le chercheur. En non-labour, le TMS confirme cet effet positif à favoriser la mycorhization par rapport au témoin pour la fréquence, mais les variations d’intensité et de teneur en arbuscule ne sont pas significatives. » Au global dans le sol, le
nombre de spores est le plus élevé dans les échantillons TMS provenant de la parcelle non labourée par rapport à celle labourée, avec des différences statistiquement
significatives.

Vérifié sur céréales, pas sur colza

Dans le site implanté en maïs de Lutz, l’effet positif du TMS sur la mycorhization des plantes est confirmé. Les différences sont significatives entre le TMS et le témoin non traité pour l’intensité et la teneur en arbuscules. Dans le sol, le nombre de spores des champignons endomycorhiziens pour le TMS monte à 535 spores/10 g de sols, contre 354 pour le témoin. Dernier site : Soulanges, avec des mesures sur les sols cultivés en
colza. Les résultats montrent que les spores sont présentes de façon comparable, sans effet significatif entre les deux traitements TMS/Témoin. « Certaines plantes comme le colza ne dépendent pas de la mycorhization pour se développer. Les Brassicacées sont en effet naturellement dépourvues de mycorhizes, et sont incapables d’en développer, à
la différence des céréales », précise Abdelwahad Echairi.

Poursuivre l’étude

« Grâce à l’étude, on peut conclure que le TMS présente une tendance positive sur les différents paramètres de mycorhization, le nombre de spores dans le sol et le potentiel
mycorhizogène des sols, note Abdelwahad Echairi. Toutefois, il faut tenir compte d’autres paramètres pour interpréter les résultats comme les propriétés physicochimiques du
sol et notamment la teneur en phosphore assimilable par les plantes, et répéter les comparaisons sur plusieurs années. Ensuite, il serait très intéressant de valider l’impact du statut mycorhizien sur la qualité des cultures, afin de conclure sur l’effet bénéfique du TMS. »

Labour, non-labour, chacun sa performance avec TMCE

Sur sa plateforme agronomique organisée cette année près de Châteaudun (Eure-et-Loir), TMCE avait choisi de comparer ses solutions en labour/non labour. L’occasion de montrer à plus de 750 agriculteurs présents les bénéfices de la démarche agronomique prônée par l’entreprise, quel que soit le système de travail du sol.

C ’est à Châtillon-en-Dunois près de Châteaudun sur le département d’Eure-et-Loir,
que TMCE a choisi d’organiser cette année sa plateforme agronomique annuelle. Plus de 750 agriculteurs de l’Ouest, du Nord mais aussi de la Belgique étaient au rendez-vous. L’évènement rassemble chaque année bon nombre de clients fidèles, mais aussi des
nouveaux agriculteurs, attirés par l’approche agronomique prônée par TMCE autour des sols et de la fertilisation. Organisée chez deux clients utilisateurs du concept depuis plus de 15 ans, l’un en labour et l’autre en non-labour, cette plateforme agronomique aura permis aux visiteurs de comparer l’intérêt des produits et de l’approche TMCE dans les deux systèmes, avec de réelles performances dans chacun des cas.


Les autres articles

Le TMS stimule la vie du sol

Voir l'article

La biodiversité des sols est essentielle pour une production agricole durable et rentable. Le laboratoire GenoBiome adossé à l’Inra a testé entre novembre 2012 et avril 2013 l’impact d’un amendement engrais, le TMS sur la microflore du sol. Résultats intéressants.
La pression est de plus en plus forte sur les agriculteurs pour diminuer les intrants chimiques sur leurs cultures (engrais, pesticides…). Beaucoup d’entre eux choisissent de prendre en compte l’activité biologique des sols (...)

La biodiversité des sols est essentielle pour une production agricole durable et rentable. Le laboratoire GenoBiome adossé à l’Inra a testé entre novembre 2012 et avril 2013 l’impact d’un amendement engrais, le TMS sur la microflore du sol. Résultats intéressants.

TMS stimule la vie du solLa pression est de plus en plus forte sur les agriculteurs pour diminuer les intrants chimiques sur leurs cultures (engrais, pesticides…). Beaucoup d’entre eux choisissent de prendre en compte l’activité biologique des sols pour garantir le maintien des rendements et la diminution des intrants. Le TMS est une solution complète minérale qui a été testée par le laboratoire GenoBiome. Cet amendement engrais, qui favorise la microflore tellurique, a déjà prouvé son efficacité sur la disponibilité en minéraux, sur la structure du sol ou encore sur les rendements. Dans cette dernière étude, l’équipe de chercheurs a voulu comprendre l’action du TMS sur les processus microbiens du sol.

Une microflore essentielle

Par son activité, la microflore microbienne est essentielle pour la fertilité des sols et le maintien de leur structure. “Parmi les populations microbiennes, certaines dégradent efficacement la matière organique. Le produit de cette dégradation se compose d’éléments minéraux facilement assimilables pour la plante mais aussi de ciments organiques qui assurent la cohésion du sol et limitent les phénomènes d’érosion. C’est ce qu’on appelle la fertilité biologique des sols” commente Lionel Ranjard, expert en microbiologie des sols à l’Inra de Dijon. La qualité des sols relève du maintien de ces populations microbiennes naturellement présentes. Cet effet barrière naturel empêche le développement des micro-organismes opportunistes et pathogènes pour les plantes et garantit le bon état sanitaire du sol. La microflore du sol assure aussi un rôle d’épurateur par dégradation des produits exogènes type pesticides.

Des méthodes innovantes

L’efficacité de cette activité microbienne dépend fortement de la quantité et de la diversité des populations présentes. La zone géographique, l’utilisation du sol (prairies, cultures), les techniques culturales (labour, rotation des cultures, cipan) sont autant de facteurs déterminant dans la biodiversité de la microflore du sol. Le TMS pourrait-il compenser certains facteurs limitants du développement de la biodiversité microbienne des sols agricoles ? C’est ce qu’ont voulu savoir les experts de GenoBiome à travers cette étude. Depuis plusieurs années, l’Inra et ses partenaires se sont attachés à développer des techniques précises et innovantes pour quantifier et qualifier cette biodiversité. Cette technologie a été mise au service de l’essai mené. “Il s’agit d’extraire l’ADN des micro-organismes du sol. Cet ADN nous permet de quantifier la biomasse microbienne du sol mais aussi de distinguer les bactéries des champignons. Nous pouvons identifier les différents genres de micro-organismes présents et distinguer ceux qui ont un intérêt agro-écologique” explique Anne- Laure Blieux, Ingénieure et Chef de projet chez GenoBiome.

20 ans de recul

Dans le cadre de l’étude, le TMS a été testé dans 3 exploitations agricoles françaises de régions différentes (Bretagne, Centre et Marne) et sur le site expérimental du Centre de Recherche Agronomique de Gembloux en Belgique. Chaque site a du recul sur l’usage de cet amendement et utilise le TMS depuis 4 à 20 ans. Chacun présente une parcelle de taille conséquente amendée par le TMS qui a été comparée à une parcelle témoin. “Le système expérimental en amont était bien construit. Il y avait tous les critères techniques de faisabilité pour des analyses scientifiques. C’est ce qui donne sa crédibilité à l’étude” commente Anne-Laure Blieux. Les textures des sols des différents sites sont proches mais présentent un pH et un taux de matière organique distincts. Différentes pratiques culturales sont appliquées sur les sites. Pour aller plus loin, au site expérimental de Gembloux, le même protocole a été appliqué sur des parcelles labourées et non labourées car cette pratique modifie la structure du sol et perturbe les équilibres microbiens du sol. L’abondance des micro-organismes et la biodiversité des communautés microbiennes du sol ont été mesurées.

Des résultats sans appel

“La biomasse microbienne renseigne sur l’abondance totale des micro-organismes, tels que les bactéries, les champignons, les virus ou encore les protozoaires, présents dans le sol. Plus elle est importante, plus la microflore du sol est abondante” expose Lionel Ranjard. L’étude démontre qu’à long terme, l’usage de TMS permet d’augmenter la biomasse microbienne des sols ce qui va améliorer leur qualité biologique. Résultat intéressant sur les sols labourés : le TMS compense la perte d’abondance microbienne due à cette pratique.

Sur certains des sites, entre 10 et 15% de biomasse supplémentaire ont été quantifiés. Dans tous les cas, les analyses montrent que le TMS augmente plus particulièrement les densités de populations bactériennes et, de façon moins marquée, de champignons sur tous les sites. Le TMS stimule donc la richesse biologique des sols que l’on soit en système labour ou non. Sur les parcelles avec du TMS, les chercheurs ont identifié un nombre plus important de genres de bactéries participant au bon fonctionnement des cycles azote et carbone. “C’est leur présence et leur abondance qui assurent une bonne dégradation de la matière organique et qui permet la mise à disposition de minéraux assimilables par la plante. C’est ce processus biologique qui induit une bonne fertilité biologique potentielle” concluent les deux experts.


Profiter au maximum de la vie biologique de surface

Voir l'article

Les limons battants de Gilles BRETON compactaient régulièrement après les pluies à cause des lissages et « glaçages » de surfaces qui limitaient la porosité et l’activité biologique du sol.
C’est pour résoudre ces problèmes qu’il commence la fertilisation TMCE il y a 11 ans. Les améliorations successives de la structure l’ont amené à changer ses pratiques pour ne pas détruire mécaniquement la fertilité biologique qui s’installait. C’est ainsi qu’il est passé en TCS en 2 étapes et le dernier labour date de (...)

Les limons battants de Gilles BRETON compactaient régulièrement après les pluies à cause des lissages et « glaçages » de surfaces qui limitaient la porosité et l’activité biologique du sol.

JPEG - 60.7 ko

C’est pour résoudre ces problèmes qu’il commence la fertilisation TMCE il y a 11 ans. Les améliorations successives de la structure l’ont amené à changer ses pratiques pour ne pas détruire mécaniquement la fertilité biologique qui s’installait. C’est ainsi qu’il est passé en TCS en 2 étapes et le dernier labour date de 2004. Mais, rapidement, Gilles a senti qu’il fallait aller plus loin : « la terre était devenue tellement facile à travailler qu’il était évident que la herse rotative n’était plus adaptée car elle émiettait vraiment trop finement et le sol se refermait à nouveau après la pluie. En effet, après plusieurs années de fertilisation TMS, le sol a retrouvé sa structure initiale, nécessitant un retour au travail normal du sol sans outils animés (prise de force)  ».

Peu de matériels présents sur le marché lui semblaient aptes à apporter une solution idéale à un prix raisonnable. « J’ai donc décidé de fabriquer moi-même un semoir adapté à mes observations et contraintes agronomiques, et ceci à moindre coût car hors main d’œuvre, il me revient à environ 6 000 €. » L’assemblage de 2 bâtis de canadiens à dents rigides droites constitue l’ossature de base pour faire un outil de 3m50 facile à transporter et conforme à la législation.

« Il faut impérativement des socs à pointe carbure pour avoir une usure régulière afin de maîtriser la profondeur de semis. Ils permettent aussi d’écarter efficacement les pailles et de déposer la graine dans la terre en garantissant une bonne levée.  » Après quelques mises au point, cela fait maintenant 4 ans que ce semoir lui donne toute satisfaction. Cette année, l’installation d’une double trémie est une évolution importante car elle permet à Gilles d’expérimenter des idées nouvelles tant dans l’association de plantes que pour la fertilisation. « Ça m’a permis de semer simultanément un mélange de vesce et trèfle ou du pois dans les colzas. Je fais aussi des essais de fertilisation organique avec notamment l’apport de 150 kgs d’Organo TMS au semis des céréales.  »

Le besoin de progresser est bien visible chez Gilles BRETON et correspond à son souhait de toujours mieux respecter cette terre aux équilibres fragiles mais dont la fertilité préservée lui a permis de produire en 2011, 85 qx de blé, 98 qx de maïs, 43 qx de colza et 61 qx de pois tout en limitant les coûts de production. En effet, un tracteur de 120cv suffit amplement à ses besoins et la consommation de carburant a baissé de 30 % et se chiffre à 70 L/ha récolte incluse.

« Je veux profiter au maximum de cette « vie biologique » très visible en surface avec la M.O. qui évolue et le nombre impressionnant de vers de terre. J’ai même fait réaliser une analyse de terre à partir de turricules de surface. Le laboratoire, croyant d’abord à une parcelle à problème vu la date de prélèvement, a été très surpris de découvrir des résultats aussi élevés pour tous les éléments.  » conclut Gilles conforté dans ses pratiques par ses observations et ses résultats.


Passion et tradition au service de la gastronomie

Voir l'article

Philippe MARTINON (64)
40 ha :
3 ha Piment d’Espelette
37 ha de prairies
30 vaches Blondes d’Aquitaine
Philippe MARTINON sait perpétuer les traditions car depuis son installation en 2000, il a toujours cultivé du Piment d’Espelette. Il n’a pas non plus raté une seule fois le concours général agricole de Paris. Il faut dire qu’en 11 participations, il y a reçu 3 médailles d’argent dont 2007 et 2011, 3 médailles d’or dont 2008 et 2009, puis 2 prix d’excellence en 2010 et 2011.
C’est aussi que la (...)

Philippe MARTINON (64)

40 ha :
- 3 ha Piment d’Espelette
- 37 ha de prairies
- 30 vaches Blondes d’Aquitaine

JPEG - 59.5 ko

Philippe MARTINON sait perpétuer les traditions car depuis son installation en 2000, il a toujours cultivé du Piment d’Espelette. Il n’a pas non plus raté une seule fois le concours général agricole de Paris. Il faut dire qu’en 11 participations, il y a reçu 3 médailles d’argent dont 2007 et 2011, 3 médailles d’or dont 2008 et 2009, puis 2 prix d’excellence en 2010 et 2011.

C’est aussi que la production de Piment d’Espelette est une vraie passion familiale depuis plusieurs générations et Philippe en est même devenu le Président du Syndicat des Producteurs. Trois hectares sont dorénavant consacrés à sa culture soit 60 000 pieds. La surface restante est en prairies pour nourrir 30 vaches allaitantes Blondes d’Aquitaine.

« La rotation est simple, 10 ans de Piment, 10 ans de prairies » précise Philippe. « Nous sommes relativement autonomes en cultivant nous-mêmes nos plants en mottes. Pour la fumure, on met du fumier tous les ans et la seule fertilisation minérale est l’azote (25 u à la préparation des sols et 150 kg de nitrate de chaux en août) et le TMS à 500kg/ha (maraîchage) avec 4 L de TMF en pulvérisation foliaire au repiquage.  » Les traitements herbicides et fongicides étant interdits en AOC, il n’y a pas donc pas d’interventions sur la culture autres que le binage mécanique ou manuel.

Nous sommes dans le domaine des saveurs et les termes employés pour apprécier la qualité des piments sont ceux habituellement utilisés en gastronomie.

«  Nous recherchons des arômes fruités, plus de piquant au nez et une bonne longueur en bouche, et j’ai trouvé cette constante depuis l’emploi de votre TMS » ajoute Philippe visiblement satisfait du plaisir que ses produits apportent aux consommateurs.

Le Pays Basque est une région de traditions et quand les hommes les font rimer avec passion, c’est l’assurance de retrouver à chaque fois une qualité inégalée.


Maîtriser la sante pour assurer la pérennité

Voir l'article

Élevage de Pascal et Bénédicte AUBRY (53)
36 ha :
Colza 5 ha
Blé 5 ha
Orge 8 ha
Maïs 7 ha
Luzerne 11 ha
150 truies :
4 bandes avec auto-renouvellement
Sevrage 21 jours
Environ 4 000 porcs produits/an
Après 20 ans d’installation, les crises porcines successives ont forgé le caractère de Pascal AUBRY qui aujourd’hui assume pleinement ses choix techniques : « C’est en plein épisode MAP (maladie d’amaigrissement du porcelet) que j’ai démarré le TMA, il y a 10 ans. J’avais 20 % de (...)

Élevage de Pascal et Bénédicte AUBRY (53)

36 ha :
- Colza 5 ha
- Blé 5 ha
- Orge 8 ha
- Maïs 7 ha
- Luzerne 11 ha

150 truies :
- 4 bandes avec auto-renouvellement
- Sevrage 21 jours
- Environ 4 000 porcs produits/an

JPEG - 78.1 ko

Après 20 ans d’installation, les crises porcines successives ont forgé le caractère de Pascal AUBRY qui aujourd’hui assume pleinement ses choix techniques : « C’est en plein épisode MAP (maladie d’amaigrissement du porcelet) que j’ai démarré le TMA, il y a 10 ans. J’avais 20 % de mortalité. Comme les résultats sanitaires se sont rapidement améliorés, j’ai persisté et le TMA est toujours incorporé à 1 % dans toutes les formules truies, porcelets et charcutiers. »

Les aliments sont tous en « formules FAF » à la carte chez un fabricant indépendant, avec des exigences particulières notamment pour les charcutiers vendus en direct à des bouchers indépendants (de 800 à 1 000 porcs/an valorisés à 1,50 € le kg de carcasse). L’incorporation de lin et d’antioxydant naturel permet une teneur minimale en oméga 3, ce qui devient un atout supplémentaire en vente directe.

Depuis fin 2010, l’élevage s’est réorganisé avec l’arrêt de 600 places d’engraissement à façon à l’extérieur. Elles ont été remplacées par la vente de porcelets de 25 kg à prix fixe à un partenaire engraisseur. « C’était devenu une nécessité économique, vu le niveau des cours. Heureusement que nos performances techniques sont bonnes. En 10 ans, on est passé de 19 à 25,4 porcs vendus par truie présente. La mortalité s’est stabilisée à 1 % en PS et 2 % en engraissement. L’amélioration des frais vétérinaires aujourd’hui à 85 €/truie/an est importante malgré les vaccins mycoplasme er iléite, alors qu’auparavant il y avait eu une pointe à 180 €. Avec la stabilité de l’état sanitaire, le temps de travail nécessaire à l’élevage a aussi été réduit d’un tiers.  »

Le concept TMCE est aussi appliqué rigoureusement sur tous les sols et cultures conduits en non labour depuis 12 ans. Les rendements 2010, malgré la sécheresse (30 qx en colza, 85 qx en blé, 93 qx en orge) témoignent de la bonne fertilité des sols. « J’ai quasiment toute la surface en une seule parcelle mais avec des zones humides qui m’empêchaient de passer en sortie d’hiver. Maintenant, grâce à la bonne structure et à la porosité, ça passe partout sans marquer la terre même avec une tonne à lisier. Avec ce qu’on voit sous nos pieds, si quelqu’un a besoin de vers de terre pour aller à la pêche, il ne sera pas nécessaire de retourner une grande surface », ajoute Pascal avec un brin d’ironie.

La luzerne, inhabituelle chez les éleveurs de porcs, a produit 13,8 tonnes de MS/ha et sert d’excellente tête de rotation pendant 4 ans. Elle est vendue directement, après déshydratation, à des éleveurs laitiers voisins également utilisateurs TMCE.

Visiblement, Pascal AUBRY prend du plaisir à communiquer sur sa technique et ses résultats, et sera ravi d’accueillir des agriculteurs fin mai pour une porte-ouverte TMCE organisée par Samuel BASLE, son technicien, avec qui il partage le même objectif de pérenniser les performances technico-économiques.


Quand la globalité devient une évidence

Voir l'article

La spécialisation généralisée
Depuis plusieurs années, dans tous les domaines d’activité, la tendance est à la spécialisation. L’agriculture, du fait de la technicité toujours plus importante nécessaire à sa mise en œuvre, n’échappe pas à la règle.
On retrouve bien évidemment cette spécialisation dans l’enseignement agricole où les diplômes décernés en sont le reflet et préparent leurs obtenteurs à exercer les fonctions proposées sur le marché du travail :
en productions végétales : spécialités agronomie, (...)

La spécialisation généralisée

JPEG - 65.2 ko

Depuis plusieurs années, dans tous les domaines d’activité, la tendance est à la spécialisation. L’agriculture, du fait de la technicité toujours plus importante nécessaire à sa mise en œuvre, n’échappe pas à la règle.

On retrouve bien évidemment cette spécialisation dans l’enseignement agricole où les diplômes décernés en sont le reflet et préparent leurs obtenteurs à exercer les fonctions proposées sur le marché du travail :

- en productions végétales : spécialités agronomie, fertilisation, protection des végétaux …
- en productions animales : spécialités par espèces, en nutrition, bâtiments…

Les agriculteurs trouvent donc facilement toutes les informations et les conseils utiles à l’exercice de leur métier tant celui-ci est vaste et la somme de connaissances pour l’exercer importante.

Une vision globale

JPEG - 37.9 ko

Toutefois, toutes les interventions et choix techniques en culture et en élevage ont des conséquences parfois insoupçonnées.

Ainsi, certains pesticides nuisent à la biodiversité dans les sols et modifient l’évolution des résidus de cultures qui deviennent alors le refuge de parasites gênants pour la culture suivante. De même, un déséquilibre alimentaire en élevage déjà préjudiciable à la santé des animaux, peut avoir un effet agronomique négatif générant de mauvaises fermentations et une évolution défavorable des effluents rapportés au sol.

C’est pourquoi, il est nécessaire d’avoir une réflexion globale afin de garder une cohérence d’ensemble indispensable pour préserver les équilibres microbiologiques qui engendrent toutes les évolutions.

L’équilibre : une nécessité

La valeur biologique des végétaux est conditionnée par l’équilibre minéral et microbiologique du sol. Toutefois, la lutte permanente entre les unicellulaires et les pluricellulaires aboutit souvent à des déséquilibres et développements anarchiques de certaines flores qui peuvent avoir les incidences pathologiques les plus désastreuses, tant sur le végétal que sur l’animal. Il faut donc contenir la microflore dans sa fonction de métaboliseur, sinon elle peut devenir agent pathogène et défier l’immunité des êtres vivants supérieurs. Dans la nature, seule la « lithosphère » (le minéral) peut limiter la « microsphère » (biosphère élémentaire : bactéries, champignons, virus) responsable d’un important transfert d’énergie lié au changement d’état qu’elle engendre.

C’est de l’équilibre entre le thermo-dynamisme, énergie d’entretien fournie par la matière organisée, et l’électro-dynamisme, énergie de production et d’évolution fournie par le minéral, que résulte une évolution normale, une défense immunitaire solide et une vie saine.

Le concept global TMCE

JPEG - 78.3 ko

Le minéral oriente l’activité biologique et accompagne la vie microbienne C’est toute la logique du concept TMCE qui veut que l’on respecte la loi du minimum et les équilibres en fertilisation et en nutrition. De plus, la forme de la présence des minéraux est primordiale et conditionne leur action.

Dans le souci de répondre aux défis de demain, la biodiversité et l’hygiène sont indispensables à toutes les étapes du cycle pour garantir la qualité des productions, les économies d’intrants et offrent des solutions nouvelles pour s’adapter aux nouvelles exigences agro-environnementales.

Le sol est à la base de toutes les productions végétales et animales et doit recycler les matières organiques générées par ces activités : résidus de culture et effluents d’élevage. Il est donc indispensable de préserver tous ses équilibres.

Si nous ne voulons pas nous exposer à d’importants déboires dans notre mission de nourrir l’humanité toute entière, nous devrons sans cesse nous rappeler l’adage de l’agronome sage et responsable : « le sol est à un peuple ce que le sang est à l’homme ».


Un concept, une approche

Voir l'article

1- Observer
Tout commence par une observation des éléments productifs de l’exploitation : sol, plante, animal, effluent. Une observation pragmatique réalisée par des professionnels expérimentés et compétents.
Au niveau du sol : le coup d’œil, de bêche, l’odeur permettant d’apprécier la texture, la structure, l’évolution de la matière organique, l’activité biologique, la porosité, la profondeur des racines…
Au niveau de la plante : l’observation des cultures (homogénéité, développement aérien et (...)

1- Observer

JPEG - 125.2 ko
Profil de sol compacté sous un blé implanté en TCS.

Tout commence par une observation des éléments productifs de l’exploitation : sol, plante, animal, effluent. Une observation pragmatique réalisée par des professionnels expérimentés et compétents.

- Au niveau du sol : le coup d’œil, de bêche, l’odeur permettant d’apprécier la texture, la structure, l’évolution de la matière organique, l’activité biologique, la porosité, la profondeur des racines…

- Au niveau de la plante : l’observation des cultures (homogénéité, développement aérien et racinaire, aspect, couleur) permet d’évaluer le potentiel de production.

- Au niveau de l’animal : son aspect extérieur, son comportement, ses déjections sont le reflet de son fonctionnement interne : rumination, digestion, assimilation, système immunitaire…

Toutes ses observations aboutissent à un diagnostique technique qui donne les points d’amélioration possibles sur l’exploitation.

2- Orienter

JPEG - 72.1 ko

Dans un deuxième temps, le technicien propose la solution qui répond aux attentes de l’agriculteur ou de l’éleveur dans le respect de ses pratiques habituelles, un suivi technique et une visite régulière sur le terrain

L’agriculteur détermine son choix et ses priorités. Une véritable relation de partenariat s’établit avec le technicien.


3- Valoriser

JPEG - 86.3 ko

Au cours de la troisième phase, le technicien analyse avec l’agriculteur ou l’éleveur ses résultats. La valorisation se fait au travers de leur étude sur le plan technique et économique.


Une solution minérale

Voir l'article

1- Une solution minérale globale :
Dans un système où les éléments productifs sont interdépendants (sol, culture, élevage), vos interventions doivent être cohérentes les unes par rapport aux autres, iONiFLORE va apporter des solutions à la globalité de l’exploitation. iONiFLORE, c’est une solution qui va du sol aux plantes, des plantes au animaux et jusqu’aux consommateurs.
2- Une solution minérale pragmatique :
Observer pour poser un diagnostic pertinent, orienter vers des réponses adaptées à vos (...)

JPEG - 43.2 ko

1- Une solution minérale globale :
Dans un système où les éléments productifs sont interdépendants (sol, culture, élevage), vos interventions doivent être cohérentes les unes par rapport aux autres, iONiFLORE va apporter des solutions à la globalité de l’exploitation. iONiFLORE, c’est une solution qui va du sol aux plantes, des plantes au animaux et jusqu’aux consommateurs.

2- Une solution minérale pragmatique :
Observer pour poser un diagnostic pertinent, orienter vers des réponses adaptées à vos besoins et valoriser vos résultats : voilà la base de la démarche iONiFLORE. Un bon sens nourri de l’expérience des techniciens de TMCE.

3- Une solution minérale facile à mettre en œuvre :
Quel que soit le contexte de l’exploitation (types de sols, de cultures et d’élevages), une formule unique s’applique chez vous et facilite vos apports minéraux. C’est finalement la réponse simple à une problématique complexe.

4- Une solution minérale efficace :
Pour être performant, vous devez valorisez au mieux votre capital productif. iONiFLORE agit pour optimiser les potentiels :
- Du sol, en améliorant sa fertilité biologique, physique et chimique
- Des cultures, en favorisant leur nutrition et en renforçant leurs défenses naturelles
- De votre élevage, en exprimant son potentiel génétique par une valorisation des rations alimentaires et un renforcement de l’état sanitaire

5- Une solution minérale novatrice :
La solution minérale iONiFLORE est équilibrée et adaptée pour optimiser les fonctions biologiques du sol, de la plante et de l’animal. Le progrès permis par iONiFLORE tient dans son approche dynamique de l’action des minéraux : un double effet catalytique et électrolytique pour le respect de la vie microbienne de tout système de production.

6- Une solution minérale respectueuse de l’environnement :
iONiFLORE contribue pleinement au respect de l’environnement en permettant une juste utilisation des intrants et une limitation des artifices.

7- Une solution minérale pour tous :
iONiFLORE permet de pallier d’éventuelles difficultés physiologiques de la plante ou de l’animal mais surtout d’assurer la pérennité de vos productions. Quels que soient la taille, le type, la nature de votre exploitation et le niveau de production, iONiFLORE c’est votre solution.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?