Passion et tradition au service de la gastronomie


Philippe MARTINON (64)

40 ha :
- 3 ha Piment d’Espelette
- 37 ha de prairies
- 30 vaches Blondes d’Aquitaine

Philippe MARTINON sait perpétuer les traditions car depuis son installation en 2000, il a toujours cultivé du Piment d’Espelette. Il n’a pas non plus raté une seule fois le concours général agricole de Paris. Il faut dire qu’en 11 participations, il y a reçu 3 médailles d’argent dont 2007 et 2011, 3 médailles d’or dont 2008 et 2009, puis 2 prix d’excellence en 2010 et 2011.

C’est aussi que la production de Piment d’Espelette est une vraie passion familiale depuis plusieurs générations et Philippe en est même devenu le Président du Syndicat des Producteurs. Trois hectares sont dorénavant consacrés à sa culture soit 60 000 pieds. La surface restante est en prairies pour nourrir 30 vaches allaitantes Blondes d’Aquitaine.

« La rotation est simple, 10 ans de Piment, 10 ans de prairies » précise Philippe. « Nous sommes relativement autonomes en cultivant nous-mêmes nos plants en mottes. Pour la fumure, on met du fumier tous les ans et la seule fertilisation minérale est l’azote (25 u à la préparation des sols et 150 kg de nitrate de chaux en août) et le TMS à 500kg/ha (maraîchage) avec 4 L de TMF en pulvérisation foliaire au repiquage.  » Les traitements herbicides et fongicides étant interdits en AOC, il n’y a pas donc pas d’interventions sur la culture autres que le binage mécanique ou manuel.

Nous sommes dans le domaine des saveurs et les termes employés pour apprécier la qualité des piments sont ceux habituellement utilisés en gastronomie.

«  Nous recherchons des arômes fruités, plus de piquant au nez et une bonne longueur en bouche, et j’ai trouvé cette constante depuis l’emploi de votre TMS » ajoute Philippe visiblement satisfait du plaisir que ses produits apportent aux consommateurs.

Le Pays Basque est une région de traditions et quand les hommes les font rimer avec passion, c’est l’assurance de retrouver à chaque fois une qualité inégalée.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?