Projet PEPITES : Processus Ecologiques et Processus d’Innovation Technique Et Sociale en agriculture de conservation

S. de Tourdonnet - INRA -

recommander cette page



Télécharger le document
(PDF - 704.9 ko)

Les techniques culturales sans labour et l’Agriculture de Conservation, fondés sur une perturbation minimale du sol, le maintien d’une couverture végétale en surface et une diversification des rotations et associations de cultures, se développent rapidement auprès des agriculteurs mécanisés au nord et au sud, du fait de leur rentabilité économique. Leur émergence procède souvent d’un processus d’innovation original, fondé sur un apprentissage permanent et adaptatif au sein des exploitations et de réseaux sociotechniques novateurs, qui bouscule les schémas linéaires de conception et transfert des innovations. La mise en oeuvre de ces systèmes modifie le fonctionnement de l’agrosystème et les services écologiques rendus : production de biomasse, conservation du sol et de la biodiversité, et stockage du carbone, sans cependant que la portée de ces modifications ne soit bien connue. Par ailleurs, la mise en oeuvre de ces techniques est délicate et peut conduire à diminuer les performances des systèmes de culture et à accroître la dépendance aux pesticides. Leur adaptation aux systèmes de production pose aussi des problèmes, particulièrement dans les contextes fortement contraints.

L’objectif général du projet PEPITES est de produire des connaissances sur les processus écologiques, les processus d’innovation technique et sociale, et leurs interactions, pour évaluer et concevoir des systèmes techniques et des dispositifs d’accompagnement plus durables.

Les travaux se dérouleront sur quatre terrains d’étude (France grandes cultures, France agriculture biologique, Brésil et Madagascar petite agriculture familiale) choisis pour explorer une gamme de situations agropédoclimatiques et socioéconomiques permettant une analyse comparative riche. Six tâches à dominante disciplinaire ont été identifiées. L’analyse du processus d’innovation (tâche 6) est centrée sur la production des connaissances au sein des réseaux sociotechniques, les modalités de coopération entre acteurs, les dynamiques de changements des pratiques et des processus d’apprentissage. L’approche des systèmes de production (tâche 5) permettra de comprendre et de simuler la diversité de ces systèmes et d’expérimenter des outils d’aide à la réflexion prospective. Des études couplant expérimentation et modélisation des systèmes de culture (tâche 3) permettront de comprendre et de raisonner l’usage de processus écologiques qui pourraient améliorer leurs performances. L’étude des processus écologiques résultant des interactions entre matières organiques et êtres vivants (tâches 1 et 2) fournira des connaissances et des indicateurs pour raisonner l’adaptation des pratiques et pour évaluer les services écologiques rendus. Les indicateurs et les cahiers des charges identifiés à différentes échelles serviront à mener une évaluation ex-ante, multicritère et multi-acteurs des performances de systèmes de culture innovants en AC (tâche 4). Trois tâches seront consacrées à des questions transversales de nature interdisciplinaire : comment accroître la pertinence et la capacité des modèles utilisés par la recherche pour étudier et intervenir dans ces processus complexes (tâche 7) ? Comment impliquer la recherche dans des démarches et des dispositifs en partenariat pour accompagner l’émergence de l’AC (tâche 8) ? Comment contribuer à la formation et au transfert des connaissances (tâche 9) ? Le projet produira des connaissances originales dans les différentes disciplines et aux interfaces sciences biophysiques / sciences techniques / sciences sociales, renforcera la communauté de chercheurs et praticiens du nord et du sud travaillant autour de l’AC, et proposera des dispositifs d’accompagnement et d’enseignement sur ces innovations complexes pour une agriculture intensive mais durable.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?