Utiliser des couverts végétaux pour des sols de meilleure qualité, avec plus de macro-agrégats. Une étude menée dans le Kentucky

Document Christophe Barbot

recommander cette page


Les producteurs, qui cherchent à construire la structure du sol, et finalement améliorer la qualité des sols par l’utilisation d’amendement organiques, peuvent y arriver avec succès avec des cultures intermédiaires ou du fumier, selon les résultats d’une étude de l’Université du Kentucky. Shawn Lucas, élève doctorant avec spécialisation en microbiologie des sols et de l’écologie des sols dans le Department of Plant and Soil Sciences, a constaté que les résidus de vesce velue et fumier de bovins laitiers ont eu le plus grand impact sur la croissance microbienne du sol, en stimulant une plus grande activité fongique , qui a favorisé une plus grande formation de macro-agrégats.

Dans l’étude intitulée « Effets des amendements organiques sur l’agrégation et sur les dynamiques des communautés microbiennes dans les sols » a été comparé un apport de résidus de vesces, avec du fumier bovin laitier, du compost de végétaux et un témoin sans amendement organique.

JPEG - 52.4 ko Photo : Incubations de sols au labo, avec un matelas de croissance de champignons sur les résidus de vesce velue.

" L’agrégation du sol est le fondement de la structure du sol de surface, affectant des processus tels que l’infiltration et le mouvement d’eau, la diffusion de l’oxygène, et la disponibilité des éléments nutritifs pour les plantes », a déclaré Lucas. " Je soupçonne que la vesce velue et le fumier de vaches laitières font du bien, parce que la vesce et les composants non digérés non mature sont constitués de matières végétales complexes, qui sont plus facilement décomposées par les champignons, stimulant ainsi la croissance des champignons dans l’écosystème du sol. " Lucas a également comparé la vesce et le fumier avec un compost végétal et du sol non amendé . Il a constaté que le compost végétal a eu peu ou pas d’ effet sur la communauté microbienne du sol .

Dans certains cas, les sols non amendés ont dépassé la variante avec compost végétal . « Le compost utilisé comme amendement n’a ni amélioré la structure du sol et ni modifié de façon significative la communauté microbienne, même par rapport à des sols non amendés", a déclaré Lucas. « Je soupçonne que c’est parce que le compost a déjà été décomposé par le processus de compostage et ainsi il ne crée pas un environnement favorable au développement microbien rapide. "

Dans l’étude en laboratoire durant deux ans, Lucas a détruit la structure du sol native en forçant la terre à travers un tamis. Il a ensuite appliqué les amendements organiques et surveillé la formation des macro–agrégats du sol sur une période de 5 jours, 12, 30 et 82 jours. Lucas a constaté qu’une croissance fongique vigoureuse est survenue en quelques jours avec la vesce velue et a persisté au-delà du traitement de 82 jours . « J’ai eu une matelas visible de croissance fongique sur la surface du sol traité avec la vesce, durant les 2 premières semaines de l’étude et les indicateurs de l’activité fongique sont demeurés élevés tout au long de l’étude », précise Lucas.

Lucas avertit que les traitements de laboratoire ne traduisent pas nécessairement des situations du monde réel. " Des expériences au champ devraient également être menées ", a déclaré Lucas, " mais l’idée ici était de déterminer comment la communauté microbienne du sol répond aux différentes matières organiques , et ceux qui stimulent une plus grande activité fongique conduisant à des niveaux plus élevés de macro-agrégats stables . " L’étude est un point de départ pour les producteurs afin de déterminer quels amendements organiques utiliser pour un type de sol spécifique pour construire la structure du sol et la qualité du sol en utilisant un minimum de produits chimiques comme intrants.

Ceci est la traduction française d’un article de Candace Pollock, coordonateur pour le programme Southern Region Sustainable Agriculture Research and Education, travaillant à University of Georgia, Athens, USA. août 2011.

L’article source en anglais : http://www.southernsare.org/News-and-Media/Press-Releases/Use-Cover-Crops-Manure-for-Best-Soil-Quality

L’étude ’Effects of Organic Amendments onAggregation and Microbial Community Dynamics in Soils’ a été financé par une subvention aux étudiants diplômés de 10000 $ du SARE (Southern Sustainable Agriculture Research & Education) et on peut la trouver sur le web : http://mysare.sare.org/mySARE/ProjectReport.aspx?do=viewRept&pn=GS08-065&y=2011&t=1 et https://scisoc.confex.com/crops/2010am/webprogram/Paper60015.html

La thèse de S. Lucas en 2013 :

Lucas, Shawn T., "MANAGING SOIL MICROBIAL COMMUNITIES WITH ORGANIC AMENDMENTS TO PROMOTE SOIL AGGREGATE FORMATION AND PLANT HEALTH" (2013). Theses and Dissertations—Plant and Soil Sciences.Paper 24.

http://uknowledge.uky.edu/pss_etds/24

http://uknowledge.uky.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1026&context=pss_etds



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?