Colza associé : les premiers résultats du CETIOM

Guillaume Bodovillé -

recommander cette page


Associer le colza à plantes de couverture est l’une des techniques agronomiques actuelles les plus prometteuses.
Le principal objectif attendu est de couvrir le plus rapidement possible le sol pour limiter les levées d’adventices et les concurrencer tout en laissant le colza se développer, afin de réduire l’usage d’herbicides (notamment les anti-dicotylédones).
Différentes plantes de couverture ont été testées, comme le sarrasin, le nyger, la caméline et différentes légumineuses. Des plantes de couverture gélives sont habituellement préférées afin de ne pas concurrencer le colza de la reprise de végétation jusqu’à la récolte.
Si le sarrasin et le nyger se révèlent en effet efficaces pour concurrencer les adventices (essais de la chambre d’agriculture de la Mayenne), les meilleurs résultats sont obtenus avec des légumineuses gélives : elles concurrencent les adventices à l’automne, gèlent au cours de l’hiver (évitant un recours à un herbicide) et ainsi ne gênent pas le colza à la reprise de végétation et, qui plus est, la minéralisation de leurs résidus fournit de l’azote au colza !

Depuis la campagne 2008/2009, des semis de colza associé sont mis en place par le CETIOM, voici les premiers résultats partiels de deux années d’essais réalisés en semis direct en Champagne Berrichonne.

Pour en savoir plus :
- Colza sous mélange de couverts : une innovation à tester (TCS n°43, Juin/Juillet/Août 2007). Avec le recul, on ne peut que féliciter les agriculteurs pionniers qui avaient lancé l’idée !
- Propreté du colza, des stratégies émergentes,
- Colza : le CETIOM confirme l’orientation SD et l’association avec légumineuses (TCS n°53, Juin/Juillet/Août 2009).

Merci à Gilles Sauzet du CETIOM et à Lucie Rocton de la chambre d’agriculture de la Mayenne.
Crédit photo : Gilles Sauzet.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?