Panem et circenses

Document Matthieu Archambeaud

recommander cette page


Colysée de Rome

... [populus Romanus] qui dabat olim imperium, fasces, legiones, omnia, nunc se continet atque duas tantum res anxius optat, panem et circenses. ... [le peuple romain] qui distribuait autrefois pleins pouvoirs, faisceaux, légions, tout, maintenant se replie sur lui-même et ne s’inquiète plus que pour les deux choses qu’il souhaite : du pain et des jeux. (Juvénal, Satires, 10, 78-81).

Du côté des jeux pas de souci, la télé est encore là pour quelques années et Internet est déjà bien équipé pour la distraction des cerveaux. Du côté du pain, et contrairement à la production des nourritures de l’esprit de la tête, la production des nourritures terrestres est bien concrète : nourrir aujourd’hui 6 milliards de citoyens consommateurs commence à poser quelques problèmes, sans compter les 3 milliards supplémentaires qui doivent suivre d’ici à la fin du siècle si tout se passe bien.

Cette tension est double avec d’un côté une demande forte due à la démographie et, de l’autre côté, l’accès d’une part toujours plus importante de la population mondiale à la consommation de masse. L’offre agricole reste toujours croissante mais commence cependant à s’essouffler : on est loin de pouvoir multiplier les rendements par deux d’ici à 40 ans. Aussi, et malgré les phénomènes de yo-yo qui caractérisent les cours mondiaux, on peut tabler à moyen terme sur une augmentation du prix des produits agricoles ... et des intrants également.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?

Hébergeur web vert