9
sept

Opaline Lysiak

Les Danois découvrent l’AC Française

Frédéric Thomas s’est rendu au Danemark cet été et a pu rencontrer les chercheurs de l’Université de Copenhague et le réseau ACiste danois.

Il a donné une conférence sur la ferme de Hans Frederik Larsen, qui a mis au point avec son fils un semoir Cross-Slot adapté à ses terres hydromorphes (voir article TCS n°99).

Je propose ci-dessous une traduction (adaptée de Google Translate) de cet article paru sur le site de la FRDK (Foreningen forReduceret jordbearbejdning, association pour la réduction du travail du sol)


Agriculture de conservation : après les récoltes, la santé des sols

Les pionniers français encouragent une diversité accrue
05/09/2019 - écrit par Hanne Schønning, consultante en communication, FRDK

Depuis 25 ans, Frédéric Thomas, agriculteur français et pionnier de l’agriculture de conservation, a optimisé son domaine en utilisant la diversité dans la rotation des cultures, les cultures et les méthodes de culture. "Je suis l’homme de la diversité", dit-il, et estime qu’il devrait y avoir une place pour la diversité car elle offre une plus grande certitude dans l’agriculture.
 
Frederic Thomas donne une conférence sur la ferme de la famille Larsen au Danemark
Photo : Frédéric Thomas plaide pour son point de vue
 
Présentation à Barløegaard près d’Assens
Frédéric Thomas a expliqué comment il avait progressivement obtenu des rendements plus élevés et plus stables sur sa propriété de 230 hectares située en Bretagne, dans le nord-ouest de la France (il y a une erreur dans l’article sa ferme est en Sologne). Le sol est sablonneux et difficile à manipuler car il est gorgé d’eau en hiver et a tendance à sécher en été. La journée a été organisée par FRDK en collaboration avec la famille d’accueil Larsen à Barløegaard près d’Assens.

 
L’agriculture de conservation est un système de culture
Frédéric Thomas travaille depuis des années pour reconstruire ses sols, qui passaient d’un très mauvais état à un sol beaucoup plus fertile. La méthode a consisté à cultiver conformément aux principes de l’agriculture de conservation, à savoir le semis direct, jamais la même culture deux années de suite et toujours couvrir les résidus de culture ou de plantes de couverture. Aujourd’hui, dans ses champs, il a une croissance beaucoup plus luxuriante, des rendements plus élevés et un nombre beaucoup plus grand de vers de terre. Ce n’est pas seulement le semis direct qui fonctionne, mais la combinaison avec les autres facteurs. Grâce à une bonne rotation des cultures, aucune adventice ni aucune maladie ne se propage et grâce à la présence de résidus végétaux à la surface du sol ou à la croissance des cultures, la biomasse constituera un aliment délicieux pour les grands vers de terre effectuant un travail du sol naturel.
 
Les ruminants pâturent après les récoltes
Frédéric Thomas travaille avec un jeune agriculteur qui a des moutons qui pâturent sur les résidus et couverts en hiver. De plus en plus de personnes pensent que le pâturage est le quatrième pilier en agriculture de conservation. Le système digestif des ruminants commence la conversion du carbone hautement dégradable. La circulation dans le sol se poursuit et il a été démontré que cette interaction entre les ruminants et la biologie du sol contribuait à la stabilisation du carbone dans le sol.
 

La co-culture offre une plus grande sécurité
Il est maintenant impossible d’éviter les associations de cultures, qui sont testées par de plus en plus d’agriculteurs, également au Danemark. Frédéric Thomas, par exemple, sème le colza d’hiver et le sarrasin ensemble. Le sarrasin libère du phosphore au profit du colza d’hiver. La récolte mûrit rapidement, il a donc souvent réussi à la récolter en octobre avec un rendement compris entre 500 et 1 500 kg de graines par hectare. "S’il n’est pas possible de récolter, laissez simplement le sarrasin et il gèlera pendant l’hiver". Une autre bonne raison d’avoir une culture associée dans le colza est que, par expérience, il y a moins d’infestations de ravageurs sur le plant de colza, car les parasites semblent confus que le champ contient autre chose que "l’aliment préféré".
 
Les post-récoltes doivent être cultivées comme une culture
Depuis 2003, Frédéric Thomas expérimente diverses cultures, notamment les tournesols, qui ont des racines profondes et qui ne sont pas particulièrement sensibles à la sécheresse et qui conviennent donc à son sol sablonneux. Le point commun à toutes les cultures est qu’elles doivent être semées comme toute autre culture le plus tôt possible. Ils doivent être fertilisées et prises en charge tout au long de la saison de croissance. Peu à peu, il aime mélanger de nombreux types de cultures. Celles-ci ont, entre autres choses, des racines différentes, certaines vers le bas et d’autres ont des racines, ce qui est très utile pour répartir l’azote dans les couches supérieures du sol. Une récolte importante peut produire 5,8 tonnes de biomasse par an. Il a mesuré jusqu’à 160 kg d’azote par hectare. hectares. Comme l’azote de cette biomasse n’est libéré que lentement, on mesure souvent environ 25-30 kg d’azote par hectare disponible avant l’hiver, le risque de lessivage est donc minime.
 
 
Enlève la paille avant le colza d’hiver
La paille à la surface du sol revient à retirer les aliments d’un colza nouvellement établi. L’azote, qui est important pour le colza à proximité immédiate de la graine, est rapidement consommé par la paille coupée, ce qui entraînera une croissance plus pauvre et plus lente pour la petite plante, qui ne contient que peu de fertilité dans la petite graine. Par conséquent, Frédéric Thomas conseille soit de retirer la paille, soit d’établir le colza d’hiver après les pois ou les féveroles, qui présentent un faible rapport C / N et ne consomme donc pas l’azote du sol lors de la dégradation des cultures.
 
Réseau français sur l’agriculture de conservation
Grâce à ses compétences techniques et à sa connaissance approfondie des sols, Frédéric Thomas est aujourd’hui l’un des spécialistes de l’agriculture de conservation, où il joue un rôle actif non seulement en France, mais également dans le reste du monde.

Retrouvez ici l’interview de Hans Frederik Larsen l’agriculteur qui a accueilli Frédéric :

Et de son fils Frederik :

La famille Larsen fait partie du réseau Les Agron’Hommes, pour que les jeunes apprennent l’agroécologie par l’expérience dans les fermes du Monde.
Plus d’informations : www.lesagronhommes.com

recommander cette page


DU MÊME AUTEUR : Opaline Lysiak


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?

Hébergeur web vert