20
mars
2017

Michel Lambotte

Chutes d’arbres, deuil et inondations

Chute d'arbre à Warsage, BelgiqueJe voudrais vous relater un fait qui serait divers s’il n’y avait eu la mort d’un couple de la quarantaine.
Ce dernier s’est trouvé dans le village de Warsage, en Belgique, au mauvais endroit au mauvais moment, écrasé à bord de leur voiture par un arbre de plus d’un mètre de diamètre qui était vermoulu à sa base ; des vents de 50 à 100km/h ont eu raison de lui. https://www.rtc.be/article/info/faits-divers/la-tempete-fait-deux-morts-a-dalhem_1494204_325.html
On peut comprendre la colère des habitants de la région et leur critique à l’égard du Gouvernement Régional Wallon d’avoir classé ces arbres. Avec le temps, entourés de cultures industrielles et d’asphalte qui n’ont pas facilité leur vie, ils ont été fragilisés par l’attaque de gui et de champignons et sont devenus de véritables dangers publiques. Les arbres sont des êtres vivants qui naissent, qui grandissent, qui s’épanouissent, qui déclinent et meurent comme tout être vivant. On pourrait dire qu’ils suivent leur intention en se fichant pas mal de nous.

Les arbres sont inclassables

Dès lors, une question vient à l’esprit, pourquoi classe-t-on des arbres ? Trop de gens pensent encore que la préservation de la nature consiste à créer des sanctuaires comme les réserves naturelles ; les choses ne sont pas aussi simples et il ne sert à rien d’avoir quelques îlots de nature préservée entourés de déserts biologiques. A mes yeux, les arbres sont inclassables par le simple fait qu’il évoluent ; ce n’est pas par un classement qu’on résoudra le problème de la dégradation de la biosphère.
Il faut créer une dynamique agricole et sylvicole qui considère tous les arbres sous leurs dimensions écologique, sociologique et économique, l’essentiel étant qu’ils deviennent un outil de développement. On peut comprendre que les arbres remarquables soient répertoriés par un organisme local qui suit leur développement, qui les soigne, qui en limite la dangerosité et qui accompagne leur fin de vie vers une utilisation la plus noble possible. On ne risque qu’une chose : en apprendre beaucoup. Mais il n’y a pas que les arbres de cultures à visée économique ou remarquable, il y a toute cette forêt qui n’est plus entretenue, des arbres au bord des routes ou des bosquets abandonnés.

Arbres non entretenus
Acacias qui, perchés sur un talus le long d’une route à grande circulation, sont attaqués par le lierre et le gui. Gros risques...

La deuxième image montre des acacias qui, perchés sur un talus le long d’une route à grande circulation, sont attaqués par le lierre et le gui. Les pompiers ont abattu deux d’entre eux qui se sont fort heureusement écroulés sur leur voisin ; les pompiers ont également mis en évidence la dangerosité des derniers. Ils doivent être abattus mais jusqu’à présent, aucun organisme n’a réagi. Ces arbres sont considérés comme un coût plutôt qu’une ressource, et si la Wallonie se trouvait dans une zone méditerranéenne, elle serait sujette à de graves incendies de forêt par manque d’entretien. L’intention de cet article n’est pas d’accuser qui que ce soit mais de mettre en évidence des problèmes qui doivent être résolus.

Manque de matières organiques

Agroforesterie
Moisson en parcelle agroforestière, autre forme de considération de l’arbre.
BRF
Création de BRF ; un autre rapport avec l’arbre...

L’agroforesterie sous toutes ses formes, le brf peuvent constituer des bases sur lesquelles peuvent s’appuyer une métamorphose de la considération qu’on peut avoir à l’égard des arbres. Ce projet récent dans la région d’une agriculture citoyenne va également dans cette direction. https://www.cdlt.be/2017/02/20/des-enfants-de-lecole-de-bolland-ont-plante-leurs-arbres/

Inondations à Warsage, Belgique
Inondation et coulées de boue dans le village de Warsage, Belgique

D’autre part, il y a cinq ans, dans le même village de Warsage, des habitants ont été victimes d’inondation et de coulées de boue.
Si vous prenez le temps d’étudier le site A2C, vous comprendrez que cette situation est principalement due au manque de matière organique dans le sol des cultures qui se situent en amont. Il faut savoir que le village de Warsage se situe dans un bassin versant qui récolte les eaux de centaines d’hectares si ceux-ci ne peuvent les absorber.
http://agriculture-de-conservation.com/sites/agriculture-de-conservation.com/IMG/pdf/tcs-91dossier.pdf
Devant nous, nous avons un paradoxe qui veut que nous avons de la matière organique à travers la gestion silvicole, et d’un autre, un manque de matière organique dans des cultures qui occasionne des inondations. Je pense que c’est le paradoxe de notre système industriel moderne qui séquence les choses, qui spécialise, qui maximalise et peu de monde voit ce qui relie ces catastrophes tant il est figé par les
impératifs de sa spécialité.
Partout des arbres menacent de tomber, partout les bosquets ne sont pas entretenus et pourtant ils constituent un patrimoine, des matières premières qu’on pourrait valoriser. Partout la pluie risque des inondations sur des terrains nus manquant de matière organique. Pourtant en couvrant le sol en permanence, on peut résoudre ces problèmes, tout en précisant que les rémanents non encore valorisés ne peuvent résoudre à eux seuls les problèmes d’érosion. C’est à ce niveau que l’agriculture de conservation est nécessaire. Autrement dit, les rémanents forestiers ne peuvent être qu’un apport complémentaire à l’agroécologie qui organisera une terre couverte de plantes vivantes le plus possible dans l’année.

En admettant qu’on veuille créer une synergie entre les bûcherons élagueurs, entreprise de parc et jardin, agriculture, scieries etc. le banquier nous demandera d’abord quel est notre business plan et quelles sont nos garanties. En fait, on ne pourra pas les connaître sans avoir essayé.
On peut aussi envisager cette synergie dans le cadre d’une humification des terres agricoles à grande échelle en mettant en « humification » pendant plusieurs années des terres qui ne seraient pas utilisées pour la production. Ce temps serait mis à profit pour la capitalisation de l’humus et la gestion des adventices au travers de la culture de couverts et épandage de BRF.
Puissent ces quelques modestes réflexions aider les familles des deux victimes à surmonter leur peine.


DU MÊME AUTEUR : Michel Lambotte

Contact - Mentions Légales - Problème technique ?