Aux USA : le " no-till " rend les farmers plus performants

Document Victor Leforestier

recommander cette page


Dwayne Beck, Don Reicosky, Steve Groff… leurs expériences nous font avancer dans l’Agriculture de Conservation. Dans leur pays le semis direct a fait évoluer considérablement certaines fermes vers une agriculture durable.

Direction le Midwest...

En 2008 j’ai passé 8 mois à Frahm Farmland, une ferme au Nord-Ouest du Kansas, près de la petite ville de Colby. 2 000 ha lors de sa reprise en 1986, 5 600 ha quand j’y suis arrivé, 6 500 début 2009, et demain… Dans cette zone de production de blé les fermes dites " familiales " font entre 2 000 et 5 000 ha.

De la Summer Fallow au No-Till

Dans les années 80, Lon Frahm hérite de la ferme de ses parents. Le système est très simple, à l’image de la région : les terres irriguées sont en monoculture de maïs, et sur le reste de la ferme c’est le blé et la jachère qui s’enchaînent. Ce système est encore assez répandu dans cette région de l’Ouest du Kansas et du Colorado où les fermes familiales élèvent également quelques bovins viandes en petits feedlots.

Avec une formation de gestion d’entreprise, Lon cherche à rendre sa ferme plus performante. Il investit dans le stockage, et agrandit petit à petit la ferme. Dans les années 1990, il se penche sur le semis direct, et participe à différentes conférences de No-till on the plains www.notill.org. Il invite systématiquement ses employés, très impliqués dans la gestion de la ferme, afin que le projet soit porté par tous. C’est ainsi qu’en 1995, tout le matériel de travail du sol est revendu, un semoir acheté, les terres non irriguées passent en semis direct et, nouveauté importante, elles sont désormais cultivées tous les ans !

Une sweep est composée de dents avec des socs pattes d’oies pouvant aller jusque 1m de large

La rotation est blé –blé – maïs – maïs : grâce à cette rotation en " 2+2 " chaque culture a 2 précédents différents et la gestion du salissement est facilitée. Le blé peut être implanté tôt, dés mi septembre (blé de blé) et bénéficie de la bonne couverture des résidus du précédent tout comme le maïs de blé.
Dans cette rotation c’est le blé de maïs qui est le plus risqué car en cas de semis tardif, son potentiel est affecté. Le maïs de maïs peut être semé tôt car les cannes de maïs permettent un réchauffement plus rapide du sol. Sur les terres irriguées en monoculture de maïs, l’achat de 2 strip-tillers permet de limiter le travail du sol à la future ligne de semis. Dans les années 90 aux USA il était difficile de trouver du conseil local sur le semis direct et très peu de personnes en faisaient dans la région. Le conseil est venu des vendeurs de produits phytosanitaires, de semences et de matériels. A l’heure actuelle ce sont encore eux qui assurent la promotion du strip-till, qui profite d’un intérêt grandissant auprès des producteurs de maïs.

La rotation blé/jachère est très ancienne et est toujours employée de nos jours dans le Midwest. L’objectif principal est de stocker de l’eau dans le sol en n’implantant pas de culture et empêchant que les mauvaises herbes se développent.
Après la moisson, les chaumes sont laissés intacts. L’été suivant, les déchaumages à la sweep se succèdent (jusque 8 passages pendant l’été suivant les levées), d’abord superficiellement puis jusque 15-20cm. Un passage de charrue (sans rasettes) peut également finir le travail si les adventices sont trop développés. Cela permet de faire des faux semis (dans les années 80 très peu de désherbants étaient utilisés sur le blé) et de diluer la paille.

Face à ces rotations énergivores et peu productives, le passage au semis direct est un grand changement ! La suite au prochain numéro...



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?