L’agriculture de conservation se développe également en Pologne

Guillaume Bodovillé

Document Guillaume Bodovillé

recommander cette page


Originaire de la Beauce, Thibault Perrier est responsable de l’exploitation agricole "Barycz" à Ryczen qui couvre 1035 ha dans l’Ouest de la Pologne (Basse Silésie).

Le sol est composé de 40 cm à 1 m de sable (avec de nombreuses pierres) posé sur de l’argile. Hydromorphes, toutes les parcelles sont drainées, et 800 ha sont irrigués. La pluviométrie est de l’ordre de 500 mm par an.

Les potentiels de rendement sont limités : 70 à 80 q/ha en blé irrigué, 60 à 70q/ha en orge de printemps irriguée, 40 à 50 q/ha en seigle en sec. Dans ces conditions, Thibault cherche à limiter les coûts d’implantation et les charges en intrants.

L’exploitation a été conduite en labour jusqu’à l’arrivée de Thibault en 2002. Les champs, très dénivelés, étaient envahis de chiendent, avec un taux de matière organique de l’ordre de 0,6 à 0,8% et un pH de 4,5 à 5. Il était urgent de redresser la situation. Le travail du sol restait cependant profond avec un déchaumage à dents et un décompactage.

Depuis 2005, l’acquisition d’un Compil permet de réduire la profondeur de travail du sol. Les couverts végétaux sont désormais implantés en interculture.

Depuis 2008, l’exploitation est conduite en agriculture de conservation (déchaumage superficiel au Compil, strip till, implantation systématique de couverts en interculture) pour continuer à améliorer la vie du sol et sa structure.

L’assolement comprend environ 140 ha de blé tendre d’hiver, 100 à 240 ha de seigle, 130 à 160 ha de betteraves sucrières, 85 à 100 ha de maïs grain, 70 à 100 ha d’avoine blanche de printemps, 45 à 100 ha de colza, 40 à 80 ha de tournesol, 60 à 70 ha de petits pois (pour la conserverie), 50 à 60 ha d’oignons et d’échalotes, 5 à 20 ha de sarrasin, completés selon les années par de l’orge de printemps, des porte-graines, des brocolis et du céleri branche.

L’exploitation emploie un chef de culture français et 15 ouvriers polonais. Le parc matériel est très optimisé avec seulement 1,2 cv/ha : 11 tracteurs de 80 à 220 cv (principalement des John Deere et des Same, dont 4 ont moins de 10 ans, et quelques vieux tracteurs polonais Ursus), un pulvérisateur automoteur Spra Coupe 4450 (28 m, 1500 L, utilisé en bas volume 20/30 L/ha), un Compil Duro de 7,1 m, 2 strip-till Duro (6 et 12 rangs), un épandeur DP12, un épandeur à engrais porté Amazone, un semoir Väderstad Rapid 4 m, un semoir monograine NG Plus 2 de 12 rangs, une planteuse Ferrari, une benne Joskin de 16 t et 2 bennes polonaises de 14 t, 2 vieilles arracheuses à betteraves Matrot MT05, un épandeur à chaux, un téléscopique.

Le compil est employé pour déchaumer, reniveler les parcelles après les récoltes tardives (betteraves) et pour implanter à la volée les couverts et les céréales.

Le colza, les betteraves, le tournesol, le maïs, les brocolis et le céleri branche sont quant à eux implantés en strip till. Thibault envisage de s’équiper pour localiser une fertilisation au passage du strip till.

Pour l’irrigation, l’exploitation utilise 7 enrouleurs de 600 m, complétés par une couverture intégrale et des gouttes à goutte.

La récolte est assurée par une entreprise depuis 2005. Toute la récolte est stockée à la ferme, qui possède son propre séchoir à maïs. Dans les champs, les bennes roulent au maximum dans les passées de traitement.

La consommation de carburant ne dépasse pas 45 l/ha, récolte à la moissonneuse batteuse comprise.

Les champs non irrigués étaient conduits jusque l’an dernier en rotation courte de type seigle (puis couvert) / avoine de printemps. Cette rotation vient d’être allongée en seigle (puis couvert) / avoine de printemps / seigle (puis couvert) / tournesol afin de mieux contrôler le brome. Le seigle est semé à la volée avec le Compil. Après la récolte du seigle, un passage de Compil favorise la levée de repousses et permet d’implanter un couvert multi-espèces à la volée. Avant tournesol, un passage de strip till est également réalisé dans la foulée avec le semis simultané au monograine d’une légumineuse (comme du pois fourrager) sur le futur rang de tournesol. Après la récolte de l’avoine, un premier passage de Compil assure le déchaumage avant le semis du le seigle.

Sur les parcelles irriguées, il n’y a pas rotation figée. Les itinéraires d’implantation typiques sont :
- Entre colza et blé : Un premier passage de Compil pour favorise les repousses de colza. Le semis du blé à la volée avec le Compil est précédé d’une destruction chimique du couvert.
- Entre blé et colza : Un passage de Compil assure le déchaumage. Le colza est ensuite implanté en combiné strip till / monograine.
- Entre betteraves sucrières (premiers arrachages) et blé : Un premier passage de Compil pour reniveler, puis un deuxième passage pour semer le blé à la volée.
- Entre maïs ou betteraves sucrières (derniers arrachages) et une culture de printemps : Un passage de Compil permet de reniveler la parcelle après la récolte tardive. Après betteraves sucrières, ce passage de Compil permet également de semer du seigle qui couvrira le sol en interculture. Au printemps, le couvert est détruit chimiquement. Les betteraves sont semées en combiné strip till / monograine, l’orge de printemps à la volée avec le Compil et les petits pois avec le Rapid après un passage de Compil.



- Avant des betteraves sucrières : Après une céréale, le déchaumage est assuré par un premier passage de Compil sitôt la moisson et, deux semaines plus tard, un deuxième passage de Compil permet de semer le couvert à la volée. Après des petits pois, un couvert est implanté à la volée avec un passage de Compil sitôt la récolte des pois et dans la foulée Thibault passe le strip till combiné avec le monograine pour implanter de la gesse sur le futur rang de la betterave. Au printemps, le couvert est détruit chimiquement avant le semis des betteraves en combiné strip-till / semoir monograine.
- Pour l’implantation des oignons et échalotes, il est nécessaire de passer une fraise à 15/20 cm de profondeur. Ce sont ces cultures qui nécessitent encore le travail du sol le plus intensif. Le céleri branche et les brocolis étaient jusque là implantés après un passage de herse rotative, mais depuis cette année ils sont implantés en combiné strip till / planteuse. Pour les pois de conserve, un passage de Compil précède le semis au Rapid.

Les couverts sont multi-espèces : avoine, lentille, moutarde, nyger, phacélie, pois fourrager, radis chinois, sarrasin, tournesol, trèfle incarnat… sont parmi les espèces les plus utilisées. La composition des couverts est définie en fonction de la culture qui sera implantée ensuite.

L’objectif est que ces couverts concurrencent les adventices et si possible produisent de l’azote pour la culture suivante.

A noter qu’aucun antilimace n’est utilisé sur l’exploitation.

Cette année, du colza a été implanté après des petits pois récoltés le 15 Juin. En interculture, un couvert d’avoine, sarrasin et nyger a été semé à la volée avec le Compil. Le couvert a été détruit chimiquement, quelques jours avant le semis du colza en combiné strip-till / semoir monograine le 18 Août.

A l’automne (ces photos ont été prises à la mi-Novembre 2009), le développement du colza était très satisfaisant. Mais Thibault envisage de modifier l’itinéraire d’implantation pour cet été : semis du couvert au Compil sitôt la récolte des pois et passage du strip till dans la foulée avec le semis simultané au monograine de féveroles sur le futur rang du colza. Le couvert sera détruit le plus tard possible, avant le semis du colza au monograine. La densité du couvert devrait également être augmentée afin de concurrencer davantage les adventices.

Merci Thibault.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?