On brûle et on ramasse encore les cailloux


JPEG - 158.4 ko

Hier, traversant le plateau de Langres, je pestais contre cette étouffante chaleur. A quand une pluie bienfaitrice ? A quand cette pluie qui éteindra cette fumée dense que je vois au loin ? Me rapprochant et alors que quelques jours plus tôt, fin juillet, j’étais en rogne contre les agriculteurs qui, dans mon secteur, brûlaient encore leurs chaumes, cette fumée-là était différente. Dans une parcelle immense, sans rien pour arrêter le regard, un vrai désert de terre, un tracteur charriait les cailloux, remontés à la surface par les passages répétés de déchaumeur. Et comme il faisait très sec depuis quelque temps, on ne voyait qu’un épais nuage de poussière à l’arrière de l’engin. Je n’avais jamais vu çà !

Oui, çà me met en rogne car je sais, maintenant et après plusieurs années de contribution TCS, ce qu’il faut faire pour ne plus voir çà : ne plus voir de désert, ne plus voir de nuage de poussière, de cailloux remontés et, surtout, de parcelles moissonnées sur lesquelles on gratte une allumette…alors qu’il fait plus de 30°C à l’ombre… Alors que toute la maigre vie présente en surface va y passer…alors que la végétation de bords de parcelle va roussir…

Je me détourne de ces visions, plongeant dans l’espoir que bientôt, même ici, je verrais à cette époque, des parcelles verdir de couverts, de nouveau des corridors écologiques, et des paysans fiers de ce qu’il mettent en œuvre. Des paysans acteurs de leur destin et pas de simples figurants.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?