L’agriculture de conservation démarre fort en Algérie


L’association FERT appuie à Sétif, l’association Trait d’union qui réunit des agriculteurs, des techniciens et des chercheurs autour du développement agricole et notamment le semis direct. Le 10 mai, Trait d’union a réuni plus de 100 personnes autour des « techniques culturales sans labour » pour leur 3ème journée d’étude sur l’agriculture de conservation : tous les intervenants ont insisté sur l’intérêt et la nécessité de s’orienter vers le semis direct dans ce secteur semi-aride de l’Algérie, tandis que les divers témoignages d’agriculteurs ont montré la réelle compétence et l’implication des pionniers de l’AC en Algérie. Il ressort de cette journée qu’une véritable dynamique « semis direct » est lancée en Algérie.


Sétif labourLe système conventionnel pratiqué localement est la jachère sèche : les parcelles (avec de fortes pentes dans la zone nord) sont labourées au printemps et passent l’été ainsi avant d’être emblavées en novembre, généralement avec une céréale. Après récolte en juillet, les sols sont laissés en jachère et pâturé par les moutons. Le système permet de recréer de la matière organique avant un nouveau labour minéralisateur au printemps suivant. Le problème est bien entendu l’érosion éolienne et hydrique impressionnante sous ce type de climat, mais également l’insuffisance de la production de ce système productif une année sur deux.

Sétif érosion


Sétif semoirLe semis direct semble particulièrement adapté à la zone, notamment en ce qui concerne le potentiel d’économie et de valorisation de l’eau disponible. Les membres de l’association Trait d’union ont déjà développé des solutions de semis direct, la culture continue (abandon de la jachère), des associations céréales / légumineuses ... les résultats sont très positifs comme le montrent les résultats obtenus sur la ferme de Ser Sour dans le sud de la zone (moins de relief mais moins de précipitations).


Sétif profilLe seul obstacle potentiel semble être le piétinement animal qui occasionne de sévères compactions de surface, notamment dans les zones argileuses. En effet, lors des labours de printemps les bergers rabattent leurs troupeaux sur les zones non travaillées ... dont les zones en semis direct ! Or les premiers cm de sols doivent être correctement structurés si l’on veut réussir en semis direct.

L’étape suivante consiste maintenant à trouver des couverts adaptés à la zone pour " démarrer la fertilité des sols ".


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?