Labour, non labour... pour ceux qui hésitent encore

Document Emmanuelle Richard

recommander cette page


Henri BaigtHenri Baigt, Béarnais, a commencé à faire du non labour sur les terres difficiles de pied de bois. Ces terres sont plus argileuses, mais surtout, leurs configurations en pied de côteaux les conduisent à être toujours plus froides et humides.
Peu à peu, le non labour gagne du terrain sur son exploitation. Il fait généralement des couverts, féverole et féverole-blé (aujourd’hui, il dose à 100 kg/ha de féverole et 30 kg de blé).
Cette année, sur la parcelle qui était en soja, il installe un RG. Il trouve trop difficile de détruire le RG en non labour et décide de labourer la parcelle (c’est son ressenti).
A droite de cette parcelle, il fait du non labour (décompacteur, vibroculteur, herse rotative, semis). Commençant le non labour sur cette parcelle, il choisit de conserver l’usage du décompacteur.

Maïs labour et non labour
Maïs labour et non labour
2 Parcelles côte à côte sur les alluvions du Gave de Pau, vers Artix (64)
Limons argileux sableux caillouteux brun
A gauche, un maïs labouré après RG. A droite du fossé, un maïs en non labour
Après labour, le sol est très battant
Après labour, le sol est très battant
Détails du sol labourré
Détails du sol labourré
Sol grumeleux et motteux en non labour
Sol grumeleux et motteux en non labour
Détails du sol en non labour
Détails du sol en non labour

Le résultat est frappant pour Henri et le réconforte sur le non labour.
D’autres éleveurs font le choix de faire du non labour sur RG. Pour certains qui veulent garder le RG et qui sont ouverts à diversifier, je les oriente sur des mélanges
de RG, avoine, trèfle squarosum. Ce mélange associe 2 intérêts : l’intérêt agronomique de la céréale pour l’enracinement profond et l’intérêt alimentaire (à condition de le ramasser suffisamment jeune).
Merci à Henri pour le partage de cette expérience.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?