Assurer un contact sol graine propre

Document Thierry Stokkermans

recommander cette page


En réunion technique et dans les brochures commerciales, il est souvent question de créer “un bon contact sol graine”. Mais qu’entend-on exactement par “bon” ? Et le “coup de pouce du jardinier” est-il vraiment efficace ? En d’autres mots, quel contact sol graine faut-il en Agriculture de Conservation ?

HairpinningEn Semis Direct (SD), il y a un élément qui peut faire échouer la germination : les résidus. En effet ces derniers peuvent rentrer dans le sillon et s’interposer entre la graine et le sol. Les anglais appellent ça le “hairpinning” (figure 1). Par conséquent, la clé de réussite du SD est un contact sol graine propre. Pour cela, il faut bien gérer les résidus tant au niveau de la parcelle qu’au niveau du sillon. Mais, avant tout, il est important de bien comprendre comment le hairpinning peut faire échouer le semis ?
Il faut distinguer 2 situations : le sillon “sec” et le sillon “humide”.
Isolation de la graine par les résidusTout d’abord le sillon “sec”. Comme expliqué dans le précédent post sur le brouillard du sol, les résidus isolent. Par conséquent, la graine se retrouve isolée du reste du sol et, en particulier, de l’eau nécessaire à sa germination (figure 2). Dans ces conditions, la graine ne germe pas. Elle reste en dormance et attend là jusqu’à ce qu’il y ait assez d’eau pour s’hydrater et germer. Durant ce temps d’attente, elle servira de casse-croûte aux rongeurs et autres animaux qui se nourrissent de graines.
L'acidité des résidus attaque la grainePuis vient la seconde situation : le sillon “humide”. A partir du moment où il y a assez d’eau, sous forme de brouillard-du-sol ou sous forme liquide, la graine s’hydrate et commence à germer. C’est une très bonne chose mais cela signifie aussi que les résidus ont assez d’eau pour se décomposer. Et c’est là que le bât blesse. En pourrissant, les résidus génèrent des jus acides de décomposition qui brûlent le germe, tuant au passage la graine (figure 3).
Le hairpinning est un problème qui ne se résout pas : il finit inévitablement par endommager la germination et la levée. Le hairpinning est un problème qui s’évite. Il faut anticiper et cela passe par la bonne gestion des résidus au niveau de la parcelle et du sillon. La gestion des résidus à la parcelle est un sujet qui est déjà abordé dans les réunions techniques et dans les publications agricoles. C’est pourquoi je n’en parle pas ici et je vais directement parler de la ligne de semis.
Résidus poussés sur le côté par le semoir
Résidus coupés par le semoir
La gestion des résidus au niveau du sillon est un point critique pour éviter le hairpinning. Votre succès passera ici par les 2 éléments suivants : a) utiliser une machine capable de bien gérer les résidus et b) bien régler votre semoir. Ce dernier doit, soit pousser les résidus sur le côté (figure 4), soit les couper net avant de créer le sillon (figure 5). Pousser les résidus sur le côté se fait le plus souvent avec des roues-étoiles ou chasses-débris-rotatifs ; il est important de les régler de manière à ce qu’ils suivent le contour du sol sans rentrer dedans. En effet, il faut enlever tous les résidus sans “taper” dans le sol au risque de faire remonter du “gras” ou de mettre en germination des adventices. C’est à dire que ces équipements doivent toujours être en contact avec le sol pour bien attraper et pousser tous les résidus sans entrer en terre. C’est parfois compliqué à bien régler. Pour couper net les résidus, la solution la plus simple est un disque lisse vertical qui rentre à plus de 3 cm dans le sol. En effet, un simple “coup de couteau” suffit pour bien couper les résidus et un disque lisse qui rentre verticalement dans le sol devant la ligne de semis suffit pour bien couper les résidus. Si vous souhaitez profiter des effets bénéfiques du brouillard-du-sol, le “coup de couteau” est la meilleure solution car il laisse les résidus en place. Il est à noter que le disque doit être un minimum affûté pour bien couper. Pensez à vérifier vos disques “coup de couteau” en morte saison et à les changer si nécessaire.
Pour la petite histoire, le pire hairpinning qu’il m’a été donné de voir est un semis de colza dans un chaume de blé avec un semoir à double disques. Plus de la moitié des graines de colza n’avait aucun contact avec le sol. L’agriculteur avait roulé son chaume puis avait semé son colza avec un angle d’environ 30 degrés par rapport au roulage. Le problème dans ce cas est que le rouleau a plaqué les chaumes au sol et que les disques ont rencontré les brins de paille à un angle très défavorable. Le semoir a attrapé les brins un par un et les a enfoncé au fond du sillon en les pliant en deux. Les graines de colza ont été posées au milieu du pli (figure 6). Elles avaient de la paille à droite et à gauche. Elles n’avaient aucune chance de trouver l’humidité nécessaire à leur germination. Elles étaient en mauvaise posture. Pour le reste, tout avait été bien fait. Il manquait seulement un contact sol-graine propre pour que le colza puisse bien démarrer.
Graine emprisonnée dans la paille
En SD, il est important d’avoir un contact sol-graine propre. Un bon contact est donc un contact propre. Il faut que la graine touche le sol sur tous ses côtés. Là est le meilleur environnement pour qu’elle s’hydrate bien et germe. Pour obtenir un tel résultat, il faut gérer les résidus au niveau de la parcelle et du sillon. Au moment du semis, il est important d’utiliser le bon semoir ou les bons équipements capables de gérer les résidus et de bien les régler.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?