Les couverts végétaux biomax se démocratisent !

Document Nicolas Courtois

recommander cette page


Depuis six ans, une quinzaine d’agriculteurs genevois développent les principes de l’agriculture de conservation avec la mise en place du semis direct, la modification des rotations et bien sur la mise en place de couverts végétaux performants. Pour les aider, des essais sont réalisés chaque année afin d’affiner les mélanges en fonction des différentes intercultures que l’on rencontre dans la région. Un guide disponible sur le site d’AgriGenève synthétise les résultats (www.agrigeneve.ch) et présente des mélanges regroupant plusieurs espèces. Les sdistes utilisent ces mélanges qu’ils peuvent commander tout prêt à la coopérative locale.

Couvert Biomax automne 2015 en campagne genevoiseMais, à ma grande surprise, en parcourant la campagne cet automne, on retrouve de nombreuses parcelles de non sdistes couvertes avec ces mélanges. A en juger par la photo prise à la mi octobre, les résultats sont au rendez vous et pourraient rendre jaloux certains sdistes ! Ces couverts, tous gélifs, ont un impact paysager non négligeable et sont d’ailleurs reconnus par la nouvelle politique agricole suisse. Le grand public apprécie également la coloration des champs à cette époque. Et les sols concernés devraient très logiquement apprécier aussi, surtout en comparaison à la traditionnelle phacélie utilisée en pure dans le simple but de répondre à une contrainte réglementaire.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?