[]

Focus TD : sur la voie d’une innovation à un élément durable de la stratégie agronomique


L’idée originale de travailler le sol en bandes a constitué, en 2006, la base du développement du Focus TD. Après la présentation du premier modèle à l’Agritechnica en 2006 et les développements qui ont suivi pour proposer une version retravaillée en 2013, nous avons aujourd’hui assez de recul pour parler des expériences acquises.

JPEG - 28.2 ko

L’écartement des résidus de récolte est l’élément fondamental du concept du Focus

Le concept de travail du sol en bandes est de travailler dans une zone définie (la ligne de semis) et à une distance, elle aussi définie, qui correspond à l’écartement des rangs. Cela permet d’éviter les compactions sur le rang et de dégager la future ligne de semis en déplaçant les résidus. En option, il est également possible d’apporter simultanément l’engrais de manière localisée. Le sol en dehors de la ligne de semis n’est donc pas travaillé. Ce concept permet de conserver les aspects positifs du semis direct (lutte contre l’érosion, diminution des pertes en eau) et de les associer avec ceux du travail du sol (lit de semences dégagé, sol bien structuré).

Ce sont exactement ces aspects qui ont été adaptés sur le Focus TD : grande distance entre les dents (intervalle de 35 à 37,5 cm) pour décompacter et dégager les résidus de récolte, incorporateur d’engrais et éléments semeurs distants respectivement de 35 à 37,5 cm et 17,5 à 18,75 cm (en fonction de la configuration de la rampe de semis). Le premier objectif du développement du Focus TD était d’économiser des passages et de réduire l’intensité du travail du sol. Une première configuration a été mise au point pour le semis de colza. Les graines doivent être semées à des écartements importants, dans un sol fissuré sous le rang et s’adapte très bien à une fertilisation localisée en profondeur. La première chose que l’on remarquait était le déplacement des résidus de la ligne de semis vers les interrangs.

Dans un deuxième temps, lors de semis de blé ainsi que pour d’autres céréales, le Focus TD configuré en interrangs de 17,5 à 18,5 cm s’est également montré intéressant.

Du concept au Focus TD nouvelle génération

Après des débuts encourageants, surtout dans des sols légers avec peu de stabilité structurale, il est vite apparu que les conditions d’utilisation idéales du concept du Focus TD n’étaient pas celles auxquelles on s’attendait. L’absence de travail du sol ou un travail du sol superficiel s’est vite révélé problématique. La présence de ravageurs, tels que les souris et les limaces, et les résidus de céréales lors des semis de colza nécessitaient une intensification du travail du sol. L’observation du Focus TD a montré que le système de travail en bandes combine une décompaction ciblée sous la ligne de semis, une localisation précise de l’engrais et une réduction des résidus de récolte dans la zone racinaire. Le mélange des résidus de récolte est absolument nécessaire les années où les quantités de paille sont importantes ou lorsque la répartition de celles-ci n’est pas optimale, à cause de l’humidité ou de la verse lors de la récolte.

L’expérience acquise sur le travail en bandes ainsi que les exigences des utilisateurs de Focus TD nous ont amené à retravailler le concept du Focus TD qui a été présenté à l’Agritechnica en 2013. L’écartement entre dents a été réduit à 30 cm. Cela permet d’accentuer l’intensité du travail du sol sans augmenter la puissance absorbée. De plus, cet écartement présente un autre avantage : les céréales et autres cultures qui s’adaptent bien aux écartements plus faibles peuvent être semées avec 15 cm d’espacement. Le développement de la dent TerraGrip III et son ressort d’escamotage horizontal a permis de positionner la trémie sur la partie du châssis où sont fixées les dents afin de réduire la longueur de l’outil. Pour étendre les possibilités d’utilisation de la machine, les dents peuvent être échangées par des disques. Cette option peut être utile, notamment lors de la préparation d’un lit de semis superficiel pour les implantations tardives de blé.

Le type de sol et la quantité de résidus de récolte déterminent les besoins de travail du sol avant le passage du Focus

Pour déterminer l’intensité du travail du sol à réaliser nécessaire en amont du semis, il faut considérer séparément trois catégories de sol.

Sols légers à faible stabilité structurale

En fonction du volume de résidus, le travail du sol peut être réalisé superficiellement ou à moyenne profondeur. La plupart du temps, un déchaumage superficiel avec un outil à disques ou à dents est privilégié. Un deuxième passage est effectué à un tiers de la profondeur visé par le Focus, avec un mélange intensif réalisé, là aussi, avec un outil à dents ou à disques. Ensuite, le Focus peut effectuer la décompaction à la profondeur souhaitée. Les années avec beaucoup de paille, parfois mal broyées et mal réparties, il peut être nécessaire, avant le passage du Focus, d’effectuer une préparation jusqu’aux deux tiers de la profondeur que l’on désire atteindre avec le Focus. Ce passage pour un mélange intensif permet d’obtenir un contact suffisant entre la paille, les résidus et le sol pour améliorer le processus de décomposition.

Sols lourds à mi-lourds (pourcentage d’argile maximum de 25 à 30 %)

La priorité pour le travail préalable sur des sols lourds à mi-lourds est la production en quantité suffisante de terre fine dans l’horizon de semis. La présence de dents limite la capacité du Focus à produire de la terre fine dans l’horizon de semis. En amont du semis, il faut donc privilégier un travail du sol avec un outil à disques indépendant ou avec un outil avec plusieurs rangées de dents. Le choix doit être fait, en fonction de la parcelle, de façon à éviter la fabrication de mottes. Lors d’un deuxième passage de fissuration et de mélange, on ciblera la moitié de la profondeur que l’on veut atteindre avec le Focus. Puis, le Focus décompactera la profondeur désirée et produira les meilleures conditions pour la germination et la croissance de la graine.

Sols lourds et argileux

Sur les sols lourds et argileux avec des taux d’argile de 30 % et plus, le concept du Focus peut atteindre ses limites, surtout si le travail préalable n’arrive pas à produire de la terre fine en quantité suffisante. Pour ces types de sol, il peut être raisonnable de laisser ressuyer le sol après le premier passage avant de faire une préparation supplémentaire. Afin d’adapter le Focus à ces conditions, nous réfléchissons sur la forme des pièces travaillantes en cherchant une pointe qui remonte le moins possible de terre vers la surface et qui évite la fabrication de mottes. Une dent de décompaction, tout simplement.

Comme synthèse, voici les phrases à retenir :

- Plus le sol est lourd, plus on doit travailler le sol de façon intensive et profonde
- Plus le sol est lourd, plus la production de terre fine lors du travail du sol est un facteur important de réussite.
- Les quantités importantes de résidus nécessitent un mélange intensif et homogène. C’est pour cela que, même sur des sols légers, on pourra parfois envisager une préparation sur la totalité (ou presque) du profil.

Quels sont les leviers qui poussent à intégrer un Focus TD dans le système cultural d’une exploitation ?

- Sécurité de mise en place de la culture grâce à la décompaction sous la ligne de semis.
- Réduction de la présence de résidus immédiatement dans le lit de semences et la zone racinaire.
- Placement précis de l’engrais grâce aux dents permettant une meilleure efficacité de l’alimentation de la plante, par extraction du dépôt concentré.
- Sécurité de la levée, surtout en colza, grâce au travail profond combiné au semis en un seul passage permettant d’humecter le lit de semences et de garantir une meilleure germination.
- Sur des sols sensibles au tassement, le Focus donne l’opportunité, en un seul passage, d’effectuer la décompaction, la fertilisation et le semis. Grâce à cette combinaison, on évite les traces répétées.
- Une moisson tardive du blé, précédant un colza, engendrent souvent des problèmes liés à une quantité importante de paille dans l’horizon de semis. Grâce à l’utilisation du Focus, la concentration des résidus de récolte dans cette zone sensible est fortement réduite et permet au colza de bien lever et de bien développer son pivot.
- Les parcelles qui n’ont pas connu de retournements profonds du sol, particulièrement celles peu pourvus en éléments essentiels, profiteront de l’engrais placé en profondeur. L’apport d’éléments nutritifs ‘’frais’’ sous forme concentrée, a un effet positif sur l’absorption de ces éléments, surtout en conditions sèches.
- Le Focus TD ouvre de nouvelles voies pour la fertilisation : grâce à la possibilité de déposer l’engrais avec précision à différentes profondeurs, directement sous la plante, en profondeur ou les deux, l’agriculteur peut s’adapter aux différentes contraintes des cultures et réagir aux effets annuels.
- Le concept Focus TD apporte une régularité dans les rendements, surtout dans les années où l’on rencontre des conditions climatiques extrêmes.


Documents joints

  • (PDF - 2.2 Mo)

Contact - Mentions Légales - Problème technique ?