Ils sèment parmi les vers.


Semis de maïs sous couvert de féveroles et phacélie

Ils sont de plus en plus, ses agriculteurs qui ont signé un pacte avec l’écologie. Je suis admiratif devant l’humilité de ses femmes et de ses hommes, ceux dont on ne connait même pas l’existence mais qui silencieusement font avancer l’agriculture vers des techniques qui allient économie et écologie.
Je vais vous présenter quelques parcelles où les agriculteurs ont semés leur maïs sur du vert, afin de maximiser la production de biomasse pour alimenter les infatigables laboureurs que sont nos vers de terre. On allie ici minimum de travail du sol ( autant que possible, si peu que nécessaire) et maximum de couverture, chaque agriculteur mettant cela en pratique en fonction de l’aptitude de son sol, de la météo locale, des tolérances de son cerveau, de sa capacité financière à prendre des risques.

- Jean Hamot dans le Gers : Changer de pratique, pourquoi, comment ???

Combien rapporte un couvert ??? (réponse)

Une belle vidéo pour ceux qui ne l’aurait pas déjà vu, Jean explique très bien comment modifier petit à petit ces pratiques.

Du concret à la pratique :

- Chez moi en Sarthe :

C’est beaucoup plus timide que mon ami Jean, je me suis brulé un peu les doigts il y a quelques années en voulant aller trop vite, mais ce n’est pas pour cela que je renonce au semis sous couvert. J’ai modifié mes pratiques pour gérer différemment mes effluents, j’ai réduis le trafic dans les champs en condition limite, bref je remplace doucement du métal par du végétal.

Petit résumé de la parcelle sur la vidéo ci-dessous :

Vidéos des années précédentes ici

Sur les 2 photos suivantes, nous avons une belle illustration de l’Agriculture Ecologiquement Intensive (AEI), je vous laisse deviner sur quelle photo on voit l’azote ???

Passage d'un strip till sur les lignes de fèveroles pour réchauffer les sol au printemps. Grain de maïs fraichement semé et nodosités de Fèveroles

- Réponse : Les 2 photos, l’azote de l’air rentre par le tuyau rouge pour ce trouver localisé sur le futur rang de maïs après avoir subit une transformation via la fèverole. Les nodosités que l’on aperçoit sur la photo de droite sont le lieu où a eu lieu cette transformation, beaucoup d’azote va être restitué par les racines et les résidus de ma fabacées. De plus, l’azote du sol capter pendant l’hiver ainsi que l’azote de l’air se trouvent maintenant dans tous les tissus de la fèverole ( racines, tiges, feuilles), la décomposition de ces résidus va être progressive avec le réchauffement de mon sol, et donc parfaitement en phase avec les besoins du maïs. Elle n’est pas bien faite la nature ???
Le glypho sera fait à petite dose 2 à 3 jours après le semis avec le désherbage du maïs, la fèverole et la phacélie sont des plantes à tige creuse facile à détruire mécaniquement, je suis à 2 doigts de faire l’impasse sur le glypho, je pense pouvoir le faire quand je serais au même niveau que les vidéos qui suivent.

- Green Tillage, quelque part en France.

Je suis bluffé, quand je disais que les agris les plus intéressants sont ceux qui parlent le moins !!!

Plus d’infos sur Green-tillage.com

Vous avez une envie soudaine de modifier votre semoir pour semer sur du vert ???
DawnBiologic

Planting green, Famille Groff en Pennsylvanie

- Si les pionniers transmettent leurs savoirs à leurs enfants, je suis pressé de voir à quoi ressemblera l’agriculture dans 10 ans...

- Steve

- Laurent

Sur ce, je retourne semer sur du vert, car j’ai du monde à nourrir ...


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?