Semer à 60 cm d’écartement

recommander cette page


Témoignage de Mr Vincent SAILLARD – Agriculteur dans le Cher

« Lorsque je me suis installé en 1990, on produisait autant de tournesol que de maïs sur 2 exploitations à 40 km l’une de l’autre. On devait donc passer du Tournesol au maïs et inversement au moins 2 fois dans la saison ce qui entrainait des modifications importantes du semoir. Nous avons donc opté pour l’écartement 60 cm. Le choix de l’écartement 60 cm de 1990 a été conforté d’année en année par la pratique grâce à la polyvalence de cet écartement sur les 3 cultures : Colza, Tournesol et Maïs.

Les essais réalisés ici et là ont montré que dans le pire des cas le rendement était équivalent entre 60 et 80 cm. En revanche le maïs semé à 60 cm couvre plus vite le terrain et limite ainsi le salissement notamment lors de printemps froids où la croissance est lente, comme en 2012.

Il y a 4 ans, j’ai semé mon colza à 60 cm « pour voir » ; le résultat a été identique au semis à 40 cm. En 2010, j’ai équipé mon semoir MAXIMA 2 d’un pulvérisateur pour désherber sur le rang et biner le colza, là encore pas de différence de rendement avec 80% de dose de désherbage en moins. Seulement 12 cm sont traités sur le rang soit 20% de la surface pour un désherbage qui vaut entre 60 et 80 €/ha l’économie est palpable. »

Le point de vue des spécialistes KUHN, E. de Saint Laumer, responsable Produit Semoir Monograine :

L’allongement des rotations des cultures répond aux contraintes environnementales et diminue également les dépenses phytosanitaires. De plus en plus cet allongement des rotations impose d’investir dans un semoir capable de semer tous types de graines comme le maïs, le colza et le tournesol. Les plantes sont traditionnellement semées à différents écartements, pour cela des machines indexables ont été créés. Aujourd’hui il existe d’autres possibilités : le semis de toutes les cultures à 60 cm d’écartement.

Le maïs : semé à un écartement de 60cm, le maïs bénéficie d’une meilleure répartition des plantes au sol, qui rend possible une meilleure utilisation des ressources du sol aussi bien hydriques que nutritionnelles. Par ailleurs un écartement réduit rend possible une couverture plus rapide du sol ce qui freine le développement des mauvaises herbes. Ce développement des mauvaises herbes est d’autant plus important lorsque le maïs est semé tôt dans la saison et que la période de levée est longue.

Le Tournesol : traditionnellement le tournesol est semé à 60cm de large. C’est un bon compromis entre l’écartement et le rendement. Avec un écartement plus large le potentiel n’est pas correctement exploité et le rendement peut être réduit.

Le Colza : avec le développement des variétés hybrides les densités de semis peuvent être baissées, leur capacité à créer de nombreuses branches compense cette faible densité de semis. Par ailleurs avec les derniers étés secs, ce système permet de limiter les travaux de préparation du sol en écartant les débris végétaux et mottes de part et d’autre de la ligne de semis, le lit de semence est sans pailles ni mottes et est favorable au développement du pivot du colza.

Geoffrey De Wever – Support Produit STRIGER

Le STRIGER réglé à 60 cm d’écartement offre de nombreux avantages :
- Un bon écoulement des résidus entre les éléments.
- Un travail tous les 60 cm peut être défavorable aux populations de rongeurs du fait d’un travail mieux réparti.
- De travailler plus profond tout en conservant un inter-rang intact.
- Avec un nombre de rangs impairs, le tracteur enjambe 3 rangs et ne roule pas sur les futures lignes de semis (Tracteur avec une voie de 1,80m).
- Le rang central de la machine peut servir de référence lors du travail du sol et du semis.
- Pour la culture suivante, la répartition des lignes tous les 60 cm permet de mieux répartir les zones travaillées/fertilisées.



Contact - Mentions Légales - Problème technique ?