Le Compil de Duro


Le COMPIL est un outil de travail du sol apportant une réponse aux problèmes de maintien naturel des structures de surface. Bien qu’adapté à tous les systèmes de cultures, l’outil a été adopté par beaucoup d’agriculteurs soucieux de trouver une réponse aux problèmes rencontrés lors de la simplification du travail du sol.

duro compil 1

Il n’existe pas de limite à l’utilisation de l’appareil, que ce soit en méthode traditionnelle ou en techniques simplifiées, et ses avantages sont multiples : faux-semis, restructuration et nivellement des parcelles, arrachage et matraquage des chaumes, destruction par lacération des couverts vivants, enfouissement régulier des amendements et effluents organiques, semis de blé, de colza, de pois, de couverts...

La machine est équipée de trains de bêches de 540 mm de diamètre. L’axe des trains de bêches forme un angle léger par rapport à l’axe d’avancement du tracteur : il s’en suit un déplacement latéral des bêches lors de la progression de l’outil. En associant l’avancement et le mouvement latéral, la pointe de la bêche décrit un arc de cercle entre sa pénétration dans le sol et sa sortie. Il en résulte un mouvement d’arrachement en « coup de cuillère », à raison de 80 coups au m².


duro compil 2

Ce procédé permet d’obtenir un fond de travail alvéolé en « boîte à œufs » qui a plusieurs avantages :
- Absence de lissage : les trains de bêches sont en suspension sous la structure de l’appareil qui est lui-même contrôlé dans sa descente par la tête, les roues et les rouleaux ;
- A la différence des dents ou des disques qui portent en continu sur le sol, les bêches en suspension du COMPIL ont une action d’arrachement et maintiennent la porosité et la friabilité des sols. Cela permet une infiltration optimale de l’eau en conditions humides (pas de ruissellement latéral) et une sécurisation de la levée des cultures en conditions sèches (connexion à la capillarité du sous-sol) ;
- Les zones qui semblent non touchées par les bêches sont en fait disloquées mais gardent une bonne cohésion : cela permet le passage des engins sur les « crêtes » des « boîtes à œufs » sans création d’ornières. De plus l’absence de travail en ligne facilite la direction du tracteur au semis.

duro compil 3La vitesse de rotation des bêches, entraînées par appuis successifs, provoque une projection de terre et un tri densimétrique : les éléments fins retombent en premier, puis les éléments moyens et grossiers, et enfin les débris végétaux qui viennent recouvrir le tout :
- La proportion de terre fine est raisonnable car le fractionnement se fait naturellement par le choc des mottes entre elles ;
- Le mulch ainsi créé facilite le contact terre / résidus et par conséquent accélère la minéralisation et la décomposition ;
- Le lit de semence est idéal avec un fond de travail ferme et connecté à la porosité du sol, des éléments fins assurant un bon contact sol / graine, et une couverture végétale en surface garantissant la protection du sol et la conservation de l’humidité.

Quelques données techniques :

Avec le Compil, et pour une puissance de traction donnée, la largeur de travail et la vitesse optimum de travail sont 1,25 fois supérieures à celles d’un covercrop ; cela donne pour un tracteur de 120-130 CV.

Le rapport des coefficients est de 1,56 : cela signifie que le tracteur attelé au Compil réalise environ 1,6 moins d’heures que celui attelé au covercrop. Pour un un tracteur de 130 CV réalisant 10 h de travail avec un covercrop, il ne faudrait que 6h15 avec un Compil de 5 m ; les économies portent donc sur la consommation en carburant, sur la mécanisation et sur le temps de travail.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?