Mercredi 11 avril 2018

Ulrich Schreier

Ulrich Schreier a fondé en 1994 la société Ecodyn qui développe des solutions en biodynamie et agriculture régénérative. Ecodyn fait partie des partenaires d’A2C.

La vie du sol change les règles de la fertilisation

Les analyses de sol habituelles ne donnent pas une image complète des éléments fertilisants présents dans un sol. Elles ne tiennent compte que des minéraux facilement mobilisables par les solutions d’extraction utilisées dans le contexte des méthodes analytiques classiques, et non pas de tous les éléments présents dans la roche mère, les limons, le sable, l’argile et certains complexes carbonés que seuls les microorganismes sont capables de mobiliser.
Obéissant aux lois du monde de la vie, la biologie peut nous libérer de certaines contraintes purement physiques et chimiques, qui dominent dans un système pauvre en humus et en micro-organismes, où la disponibilité des différents éléments est étroitement liée au pH et à leur présence dans une forme soluble ou facilement mobilisable.
Les modèles basés sur les analyses de sol classiques et la restitution des éléments exportés par la récolte n’ont donc qu’une valeur limitée étant donné que le stock effectif de nutriments est beaucoup plus important que les valeurs indiquées par les analyses habituelles. Quant à l’azote, généralement le facteur limitant, notamment en bio, les bactéries et les complexes humiques présents dans un sol en bon état et riche en microorganismes et en matière organique, peuvent fournir tout l’azote dont les cultures ont besoin (voir l’exemple du maïs montré dans le document joint)
La vie du sol change les règles de la fertilisation