Lhoist

Agriculture Balthazard & Cotte -
Le Puy en Clermont
03800 Gannat - France
Tél. : +33 (0)4 70 90 27 27
Fax : +33 (0)4 70 90 18 28

Le dernier article publié

Témoignage : Sécuriser les rendements

Voir l'article

Fabrice DALENC est installé à BUZET sur TARN (31) et produit du maïs et soja
Depuis combien de temps pratiquez vous le non labour et pourquoi ?
Suite à une expérience aux USA (Iowa) dans le cadre d’un stage, je me suis mis à pratiquer le non labour en mono culture de maïs depuis 96. Mes sols sont limoneux sableux à argileux, donc sujets à la battance . Mon objectif est d’augmenter mes taux de matière organique et obtenir une meilleure structure.
Comment gérez vous la fertilisation NPKS ?
Le (...)

JPEG - 46.8 koFabrice DALENC est installé à BUZET sur TARN (31) et produit du maïs et soja

Depuis combien de temps pratiquez vous le non labour et pourquoi ? Suite à une expérience aux USA (Iowa) dans le cadre d’un stage, je me suis mis à pratiquer le non labour en mono culture de maïs depuis 96. Mes sols sont limoneux sableux à argileux, donc sujets à la battance . Mon objectif est d’augmenter mes taux de matière organique et obtenir une meilleure structure.

Comment gérez vous la fertilisation NPKS ?
Le potassium en plein en même temps que l’apport de CaO avec l’Oxyfertil, le soufre en plein au stade 3-4 feuilles et le NP en localisé.

Comment gérez vous les apports d’amendements basiques calciques et magnésiens ?
Les apports sont raisonnés en entretien annuel et sont en CaO légèrement supérieurs aux apports d’azote.

Quels sont les effets constatés après application d’une solution Oxyfertil ?
Depuis que nous effectuons ces applications, on peut constater de bons niveaux de rendements en mono culture et non labour, avec des sols par ailleurs moyens.


Les autres articles

Témoignage : Les terres se reprennent mieux avec un meilleur ressuyage

Voir l'article

Laurent DALENC est installé à BUZET sur TARN (31) et pratique la monoculture de maïs.
Depuis combien de temps pratiquez vous le non labour et pourquoi ?
Je ne laboure plus depuis 2000, on n’arrivait plus à labourer, nos terres en maïs semence étaient glacées, elles étaient bleues.
Je déchaume à l’automne, suivi d’un décompactage au printemps, herse rotative et semis.
Comment gérez vous la fertilisation NPK ?
Je fais des analyses de terre tous les 5 ans.
Le DAP est apporté en localisé à 150 kg/ha et (...)

Laurent DALENC est installé à BUZET sur TARN (31) et pratique la monoculture de maïs.

Depuis combien de temps pratiquez vous le non labour et pourquoi ?
Je ne laboure plus depuis 2000, on n’arrivait plus à labourer, nos terres en maïs semence étaient glacées, elles étaient bleues. Je déchaume à l’automne, suivi d’un décompactage au printemps, herse rotative et semis.

Comment gérez vous la fertilisation NPK ?
Je fais des analyses de terre tous les 5 ans. Le DAP est apporté en localisé à 150 kg/ha et l’azote en plein avec de l’urée à raison de 220 unités.

Comment gérez vous les apports d’amendements basiques calciques et magnésiens ?
J’apporte de l’Oxyfertil depuis 99 en calibré et depuis 2007 en broyé rendu-racine (potassique cette année à 600 kg/ha).

Quels sont les effets constatés après application d’une solution Oxyfertil ?
La matière organique est remontée au dessus de 1%, on était au dessous de 0,3.


Témoignage : Produire une ration de base au moindre coût et de qualité

Voir l'article

Vincent AUFFRET, installé en GAEC père/fils à PLEYBEN (29) et responsable des cultures sait « qu’avec la terre si on ne donne pas on a pas ! »
Exploitation référente chez Triskalia sur le sud et le centre Finistère, Vincent teste les solutions Oxyfertil depuis plus de 5 ans.
« Nos prairies ont retrouvé rendement et qualité, l’orge et blé sont en augmentation très sensible de niveau de rendement ainsi que le maïs grain. »
L’exploitation gère 154 ha de SAU (42 ha de céréales, 8 ha de légumes, 5 ha de (...)

JPEG - 93.5 koVincent AUFFRET, installé en GAEC père/fils à PLEYBEN (29) et responsable des cultures sait « qu’avec la terre si on ne donne pas on a pas !  »

Exploitation référente chez Triskalia sur le sud et le centre Finistère, Vincent teste les solutions Oxyfertil depuis plus de 5 ans.

« Nos prairies ont retrouvé rendement et qualité, l’orge et blé sont en augmentation très sensible de niveau de rendement ainsi que le maïs grain. »

L’exploitation gère 154 ha de SAU (42 ha de céréales, 8 ha de légumes, 5 ha de colza, 49 ha de maïs, 2 ha de betteraves fourragères, 48 ha d’herbe, 120 VL sur aire paillée produisant 940000 litres de lait.

- Le chaulage est pratiqué sur les terres en redressement avec 1 tonne d’Oxyfertil 82.10 (Ca.Mg) broyée vrac principalement sur les têtes de rotation comme le maïs le colza et les légumes (25 tonnes minimum par an) ;
- Sur les terres à l’entretien, les céréales reçoivent 300 kg par ha et par an d’Oxyfertil 82.10 calibrée (10 tonnes en 2012) ;
- En 2013, pour les parcelles les moins riches en P2O5 et K2O, sera appliqué de l’Oxyfertil 0.10.20.35.6 (N.P.K.Ca.Mg) (10 tonnes en 2013).

L’amendement basique est raisonné de cette manière pour la 82.10 broyée depuis 5 ans et pour les apports de calibrée 82.10 depuis 3 ans. Le chaulage des prairies sera à intensifier en 82.10 et 0.10.20.35.6 dans les prochaines années.

« Nous voulons maintenir le potentiel de l’outil de production, valoriser et faire travailler les fumiers, tout cela pour produire une ration de base au moindre coût et de qualité. »


OXYFERTIL, partenaire de la conservation des sols

Voir l'article

Les sols sont le support de nos productions, ils jouent un rôle majeur dans la régulation des grands cycles planétaires, notamment ceux de l’eau, du carbone ou de l’azote. Ils sont fragiles et notre devoir est de les respecter pour nous et les générations futures. Compte tenu de la faible extensibilité des surfaces cultivables, nous devons imaginer des systèmes à forte productivité capables de nourrir la planète sans hypothéquer l’avenir. Ces systèmes doivent intégrer des techniques et une (...)

Les sols sont le support de nos productions, ils jouent un rôle majeur dans la régulation des grands cycles planétaires, notamment ceux de l’eau, du carbone ou de l’azote. Ils sont fragiles et notre devoir est de les respecter pour nous et les générations futures. Compte tenu de la faible extensibilité des surfaces cultivables, nous devons imaginer des systèmes à forte productivité capables de nourrir la planète sans hypothéquer l’avenir. Ces systèmes doivent intégrer des techniques et une fertilisation respectueuses de la faune et la flore de nos sols et ainsi préserver la biodiversité pour poser les bases d’une politique de gestion durable des sols.

Les techniques culturales simplifiées préservent la structure du sol et sa biodiversité naturelle, la non-incorporation des résidus de cultures et le maintien des couverts végétaux limitent les risques de battance, d’érosion et de lessivage.

Si l’agriculture de conservation préserve la fertilité du sol et permet ainsi un meilleur fonctionnement de celui-ci, il n’en reste pas moins que l’augmentation du taux de matière organique dans la couche superficielle du sol et le développement de la vie biologique contribuent à générer une acidité en surface qu’il convient de contrôler.

Face à cette réalité, il faut se poser les bonnes questions quant aux modalités d’apports des amendements minéraux basiques et du type de produit à utiliser pour aboutir aux meilleurs résultats. Les questions techniques afférentes principales sont :

- Quelle profondeur de sol dois-je considérer ?
- Quelle quantité de valeur neutralisante dois-je apporter ?
- A quelle fréquence dois-je faire mes apports ? Quel(s) produit sera efficace ?


Un statut acido-basique correct préserve la vie biologique du sol

Voir l'article

L’apport d’un amendement minéral basique améliore l’ensemble des composantes de la fertilité d’un sol (physique, chimique et biologique),
Il stimule la minéralisation directe de la matière organique par l’effet pH (gain d’azote et autres nutriments)
Il augmente la taille de la biomasse microbienne du sol et son activité
Il renforce la stabilité de l’humus par l’effet calcium
Il facilite l’augmentation des populations de vers de terre qui activent la transformation de la matière organique fraîche et (...)

JPEG - 116.5 koL’apport d’un amendement minéral basique améliore l’ensemble des composantes de la fertilité d’un sol (physique, chimique et biologique),

- Il stimule la minéralisation directe de la matière organique par l’effet pH (gain d’azote et autres nutriments)
- Il augmente la taille de la biomasse microbienne du sol et son activité
- Il renforce la stabilité de l’humus par l’effet calcium
- Il facilite l’augmentation des populations de vers de terre qui activent la transformation de la matière organique fraîche et améliorent la structure et l’aération du sol.

La forme oxyde assure, par une mise en solution rapide, un gain de minéralisation directe important et une stabilisation rapide de l’humus, ce qui permet :

- De préserver le sol et d’en pérenniser la fertilité,
- D’optimiser les conditions de milieu nécessaires à une production accrue et de qualité, afin d’exprimer au mieux le potentiel des cultures.

Nos essais mettent en évidence ces mécanismes et conséquences sur le végétal.

Pour exemple : Essai de mesure de l’évolution de la biomasse microbienne à Torcé-Viviers (53)

Rotation de maïs grain/blé/blé sans labour, 4 répétitions :
- Conditions initiales : pH eau = 6,1 ; MOS = 3% ; CEC = 10 meq/100 g (Ca = 62%, Mg = 7%, K = 2%) ; P Olsen = 35 ppm ;
- Épandage de 2 t/ha d’Oxyfertil Ca le 13/4/99 sur maïs ;
- Fertilisation : 90 kg/ha d’azote sur maïs et 160 kk/ha d’azote sur blé avec 70 kg/ha de soufre ;

Résultats :

JPEG - 49.2 ko

Autre exemple : Essai VEGAM à Sainte Colombe (35) : mesure des effets sur le rendement d’un apport d’Oxyfertil CaMg

- Cultures : blé (Isengrain) et seigle (Askari) ;
- Essai en blocs, 4 répétitions ;
- Conditions initiales en 2002 : pH eau = 6,1 ; MOS = 2,7% ; CEC = 8,4 meq/100 g (Ca = 67%, Mg = 8,6%) ;
- Epandage de 1 t/ha d’Oxyfertil CaMg (75-15) le 18/10/02 ;
- Fertilisation : 160 kg/ha d’azote en 2003 et 150 kg/ha d’azote en 2004.

Résultats :

JPEG - 41.6 ko


Amendement minéral basique : quelle stratégie adopter ?

Voir l'article

L’acidification d’un sol est un processus naturel, lent et inéluctable. En TCS et plus encore en SD, du fait du non retournement du sol, l’acidification s’accentue dans l’horizon de surface. Pour un retour à un équilibre, l’apport d’un amendement basique est une nécessité. Pour autant, et contrairement aux pratiques courantes, si un chaulage de redressement peut s’avérer incontournable au début, par la suite, seul un amendement d’entretien pourra suffire. Ce chaulage se raisonnera alors plus comme une (...)

L’acidification d’un sol est un processus naturel, lent et inéluctable. En TCS et plus encore en SD, du fait du non retournement du sol, l’acidification s’accentue dans l’horizon de surface. Pour un retour à un équilibre, l’apport d’un amendement basique est une nécessité. Pour autant, et contrairement aux pratiques courantes, si un chaulage de redressement peut s’avérer incontournable au début, par la suite, seul un amendement d’entretien pourra suffire. Ce chaulage se raisonnera alors plus comme une pratique de fertilisation avec des apports réguliers de petites quantités.

Pour exemple : sol à l’entretien mené en travail superficiel à l’automne

Sur ce type de sol (limons), les variations de pHeau liées à un apport d’amendement basique à 800 VN/ha sont les suivantes :

JPEG - 37.3 ko

L’apport chaque année permet une amélioration progressive du statut acido-basique sans risque de blocages induits d’oligo-éléments. A ces niveaux de pHeau, les amendements constitués d’oxyde de calcium (et d’oxyde de magnésium) sont particulièrement actifs et se solubilisent totalement et rapidement. La base forte ( O2- ) présente dans les amendements cuits et mixtes de type Oxyfertil Ca, Ca-Mg, Mg et Oxyfertil-engrais permettent de maîtriser le pH du sol rapidement et de façon durable.


Contact - Mentions Légales - Problème technique ?